Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #publications et commentaires tag

Le projet "The Giant 2021"

22 Juin 2021 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées, #Publications et commentaires, #Christianisme, #Alchimie

Comme je l'expliquais dans mon livre "Néphilim, une lecture biblique de l'histoire des Géants " (L'Harmattan 2020) beaucoup redoutent que notre époque soit comme celle de Noé et que reviennent les Nephilim de la Bible.

Il semble que certains se fassent forts en ce moment de cautionner leurs craintes. Ainsi, la société irlandaise "The Giant Company" vient de lancer le projet "global" d'installer 21 statues de 35 mètres de haut dans 21 grandes villes du monde.  Chaque statue sera incrustée de millions de pixels LED adressables, ce qui lui permettra de prendre instantanément la forme de célébrités (Einstein, John Lennon, Beyoncé, Batman etc). 

Les bras et la tête du géant peuvent se déplacer dans diverses positions et les images des hommes et des femmes qui apparaissant sur la statue peuvent parler ou chanter. Les gens pourront aussi monter sur leurs épaules pour contempler la ville.

Projet attractif, instructif aux yeux de certains, ou participant à un conditionnement funeste pour d'autres. A vous d'en juger.

Lire la suite

Des nouvelles de mes travaux

10 Juin 2021 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires, #Christianisme, #Sainte-Baume, #Histoire des idées, #Philosophie

Il semble que cette année, je ne publierai pas de livre. Après avoir écrit 150 pages sur la vue du RP Lacordaire, j'ai finalement suspendu ce travail en mai. J'avais pourtant à travers cette recherche abordé des sujets importants, sur les origines du catholicisme social, les question qu'il posait sur le droit de révolte, le rapport à la modernité, aux libertés publiques à la question sociale. C'était un bon support de réflexion sur le rapport de notre pays à son Eglise, la manière dont il gérait l'héritage révolutionnaire et celui de Napoléon. La façon dont Lacordaire avait approché la question, sa propre relation à toutes sortes de sujets épineux comme le clivage gauche-droite, la réhabilitation du Moyen-Age (à travers ses essais sur le Saint Siège, sur Saint Dominique), la philosophie grecque, les hérésies du romantisme, et même le magnétisme étaient source de nombreux enseignements. Qui plus est cela permettait de croiser des personnalités très intéressantes comme Sainte-Beuve, le vicomte de Melun, Mme Swetchine, ou Ozanam, qui avaient eux aussi leur façon bien particulière de prendre position sur tous ces sujets et qui l'exprimaient dans le joli style de leur époque. Ces gens qui se sont influencés les uns les autres, parfois soutenus mutuellement, parfois critiqués, ont contribué chacun à leur manière à enfanter un nouveau regard sur le passé et le présent de la religion, à lui définir une nouvelle place.

Même l'histoire de la restauration des Dominicains à la Sainte-Baume et son avis sur Marie-Madeleine avaient son intérêt au regard notamment de mon propre itinéraire sur le sujet que je raconte dans mon livre sur les médiums.

Mais finalement j'ai eu l'impression que ce travail était une impasse. Je ne saurais trop dire pourquoi. Même l'échange par courriel avec une étrange guide touristique de Saint-Maximin qui se disait admiratrice de Lacordaire m'a convaincu que mon travail, comme les précédents, ne trouverait de toute façon pas le public qui lui correspondait (les gens fonctionnent avec des schémas mentaux qui ne sont pas les miens, donc tout ce que j'essaie de leur dire tombe dans un puits d'incompréhension).

Par ailleurs diverses personnes ont pris contact avec moi avec qui j'ai été conduit à réexplorer les sujets à la mode du rapport de la physique quantique au monde invisible, la prétention qu'ont beaucoup, sous l'influence des mysticismes orientaux (comme avant eux Schopenhauer, Nietzsche et Heidegger) à abroger la différence sujet-objet, réalité-représentation etc, à substituer a "méditation" inspirée au travail laborieux, autant de dérives qui ne sont pas du tout ma tasse de thé. Mais je ne crois pas avoir trop convaincu mes interlocuteurs soumis au Zeitgeist du moment.

Comme je ne suis pas obligé de publier quoi que ce soit, j'ai la chance de pouvoir préférer le silence plutôt que d'exposer des problématiques décalées par rapport à celles formatées les médias et l'ingénierie sociale de notre époque, je crois que, à part quelques billets sur ce petit blog, cette année 2021 sera finalement surtout, de mon côté, une année de silence.

Lire la suite

Une recension de mon livre "Les Nephilim"

28 Mars 2021 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires, #Christianisme, #Histoire secrète, #Histoire des idées

- Mes plus vifs remerciements à Christian Saves, écrivain, politologue, pour cette recension sur le site de l'Institut Jean Lecanuet.

Articles de la revue France Forum

Avec ce nouvel essai, Christophe Colera livre un texte aussi intéressant qu’original, aux frontières de la philosophie, de la sociologie et de la théologie ou, plus exactement, du religieux.

L’auteur est d’ailleurs, tout à la fois, sociologue et philosophe de formation, donc à l’aise dans les deux disciplines. France Forum avait déjà rendu compte, pour ses lecteurs, d’un précédent ouvrage de l’intéressé : Individualité et subjectivité chez Nietzsche (L’Harmattan, 2004). Le présent livre ne s’inscrit pas, à proprement parler, dans une veine qui est celle de la sociologie des religions. C’est plutôt, comme le souligne très bien son sous-titre, une lecture biblique de l’histoire des Géants, c’est-à-dire une tentative d’interprétation, de mise en perspective historique. L’auteur mène à bien ce travail avec beaucoup de conviction et de talent : le résultat est probant.

Si l’existence des Nephilim, êtres surnaturels bibliques et hybrides nés de l’union entre les « Fils de Dieu » et des femmes humaines, a été souvent contestée, aujourd’hui encore des chrétiens prennent leur existence au sérieux. L’essai présente les thèses de ces derniers, leur credo et la manière dont ils projettent cette croyance dans leur lecture du monde actuel. Dans un univers caractérisé par un fort retour du religieux, y compris sous des formes parfois inattendues et surprenantes, le biblique et le divin tendent à revenir au premier rang des réflexions, tout au moins dans certains milieux. Il est vrai que l’homme a horreur (et peur ?) du vide contemporain, ce qui peut contribuer à expliquer son retour vers Dieu, le divin et tout ce qui l’accompagne.

Il y a, très probablement, derrière ce type de posture, une forme de détresse, de désarroi très actuel. L’auteur le suggère d’ailleurs fort habilement et ce n’est pas le moindre de ses mérites. L’autre grande qualité de ce livre vient de ses résonnances bien contemporaines : aujourd’hui, les tenants des thèses apocalyptiques et les adeptes du « complotisme » (comme l’on peut s’en rendre compte au travers de la crise sanitaire mondiale liée à l’épidémie de Covid-19 et à ses avatars) prédisent/promettent, si ce n’est la fin du monde, au moins la fin d’un monde : le nôtre… donc notre propre fin. L’idée d’un châtiment divin pour les péchés commis n’est jamais très loin…

Dans des sociétés qui se déstructurent et perdent graduellement leurs repères, l’heure est à la culpabilité et à l’expiation, pour avoir été trop longtemps oublieuses de Dieu. Ce livre est stimulant car il aide justement à repenser un peu le rapport que chacun peut entretenir à Dieu et au divin, hors des sentiers battus…

Lire la suite

Un livre qui se vend encore

7 Janvier 2021 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires, #Généralités Nudité et Pudeur, #Interviews en rapport avec mon livre "La nudité", #Anthropologie du corps

Je reste toujours spécialiste de la nudité... et du silence...

Esaïe 20:2-3 : "En ce temps-là l'Eternel adressa la parole à Esaïe, fils d'Amots, et lui dit: Va, détache le sac de tes reins et ôte tes souliers de tes pieds. Il fit ainsi, marcha nu et déchaussé. Et l'Eternel dit: De même que mon serviteur Esaïe marche nu et déchaussé, ce qui sera dans trois ans un signe et un présage pour l'Egypte et pour l'Ethiopie".

Dans la Revue  de littérature comparée de janvier-mars 2020, le chercheur Diego Pellizzari analyse les oeuvres de Houellebecq à travers les catégories de mon livre "La Nudité, pratiques et significations" paru il y a 13 ans...

"Nous pouvons nous servir avec profit, écrit-il, de la typologie socio-anthropologique élaborée par Christophe Colera, sur la base de laquelle la nudité naturiste rentre dans le groupe de la nudité-affirmation, pour qui le fait d’exposer le corps dévêtu exprime une puissance « au double sens scolastique d’un potentiel (potentia) et d’un pouvoir (potestas) », ou bien, manifeste une rupture consciente à l’égard d’une norme sociale. Rentrent dans cette catégorie des comportements comme la volonté de séduire à travers la beauté physique, l’exhibition typiquement masculine d’une puissance athlétique et martiale, la nudité transgressive propre à la lutte politique ou à des sectes comme les gymnosophistes ou les adamites, ou celle des rituels de passage comme le baptême primitif. Les autres catégories mentionnées par C. Colera sont la nudité fonctionnelle, qui comprend tous les cas où l’on se met nu pour des motifs pratiques, afin de réaliser une action (se laver, dormir, etc.); la nudité-humiliation, symétrique inverse de la nudité-affirmation, celle qui nous fait éprouver de la honte, typique de nombreuses formes de punitions individuelles ou collectives, de certaines pratiques de torture, de certains actes de sadisme et de vexation — nous pouvons y faire rentrer les trois exemples littéraires tirés d’Homère et de la Genèse avec lesquels nous avons ouvert cet article ; enfin, la nudité-don, renoncement volontaire ou abandon de soi à l’autre, typique du comportement sexuel libre. Ces quatre grands types, que C. Colera divise en sous-catégories fort utiles pour encadrer les situations propres à la nudité en littérature, sont perméables, peuvent interférer entre eux, et se superposer. À la lumière de ce modèle, la nudity décrite par K. Clark et F. Jullien peut être rangée dans le type de la nudité-humiliation; le nude artistique, pour sa part, est une modalité de la nudité-affirmation, une affirmation positive de plénitude et de puissance. C. Colera partage donc avec P. Cordier l’idée qu’il faut considérer le nu artistique non comme une catégorie indépendante, opposée à la nudité, mais seulement comme l’une des modalités de la nudité elle-même."

Je ne sais pas si je dois me réjouir du fait que mon livre (dont j'ai demandé à mon éditeur de ne plus l'imprimer) serve à disséquer le nihilisme houellebecquien... Il y a des réflexions à mener tellement plus importantes sur l'âme et le corps que cette approche désespérée (et souvent mêlée de sorcellerie) de la nudité que nous proposent les auteurs à la mode ou les journalistes...

Lire la suite

Remerciements à "Des Trésors cachés dans le sable"

13 Octobre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #Publications et commentaires

Tous mes remerciements au blog "Des trésors cachés dans le sable" pour avoir bien voulu signaler la publication de mon dernier livre sur les Nephilim.

Je vous conseille vivement la lecture de ce blog pour approfondir votre connaissance de la Bible (notamment l'Ancien Testament).

Lire la suite

Mon nouveau livre : Les Nephilim

26 Août 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires, #Christianisme, #Histoire des idées, #Histoire secrète, #Alchimie, #Médiums

Vient de paraître chez L'Harmattan

Christophe Colera : Les Nephilim, une lecture biblique de l'histoire des Géants

Parmi les thèmes surnaturels bibliques marginalisés par la théologie académique figure celui des Nephilim, êtres hybrides issus de l'union narrée par le Livre de la Genèse entre les mystérieux « Fils de Dieu » et les femmes humaines. Selon certaines traditions ce sont des Géants, et leurs pères étaient des Anges déchus. L'ufologie et les réseaux sociaux, dans les milieux chrétiens, notamment aux États-Unis, confèrent à cette thématique un regain d'intérêt dans une optique apocalyptique. Cet ouvrage présente les thèses actuelles de ces chrétiens, ainsi que la manière dont ils projettent cette croyance dans leur lecture du monde contemporain, et en cherchent des preuves dans des domaines comme la possession psychique, la voyance, ou les énigmes archéologiques.

Vous pouvez le commander chez l'Editeur, sur Amazon, ou chez un libraire.

Lire la suite

Pourquoi l'histoire hypothétique est anti-biblique

1 Juillet 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires, #Christianisme, #Histoire des idées, #Histoire secrète

L'histoire hypothétique est très à la mode. Les médias et You Tube accordent une popularité imméritée à l'uchronie "Civilisations" de Laurent Binet (par exemple ici et ).

Ayant moi même cédé à la folie jadis d'écrire un livre d'histoire hypothétique, publié chez L'Harmattan, je dois préciser aujourd'hui quels sont les présupposés spirituels anti-chrétiens de cette démarche :

1) Cela part du principe que l'histoire n'a pas de sens, qu'elle est soumise aux aléas des rapports de forces et qu'il n'y a donc pas de plan de Dieu derrière, Dieu à supposer qu'il existe est sans pouvoir sur elle (ce qui est contraire à ce que dit la Bible).

2) Cela laisse entendre aussi souvent que les vaincus auraient mieux fait que les vainqueurs. C'est patent dans la thèse de Binet : si les Incas avaient conquis l'Europe ils auraient été plus tolérants sur le plan de la religion et des moeurs, on aurait mieux respiré en Europe etc. Le présupposé est que la liberté sexuelle (très relative), l'intérêt pour le corps, qui prévalaient chez les Incas sont meilleurs pour l'âme que la discipline. Evidemment ce point est indémontrable. On passe aussi par pertes et profits les sacrifices humains, notamment ceux des enfants, qui deviennent purement anecdotiques dans ce genre de spéculation. De même que toutes sortes d'autres formes d'oppression à l'oeuvre dans cet empire.

3) On fait notamment l'apologie de la soi-disant tolérance religieuse des païens : s'ils envahissent l'Europe ils ne chercheront pas à éradiquer le catholicisme. L'hypothèse est purement gratuite. Evidemment selon la logique rationnelle on devrait plutôt parier que si les Incas avaient gouverné notre continent, ils auraient persécuté le christianisme.  La Rome païenne étaient tolérante envers toute forme de paganisme tant qu'il ne cherchait pas à compromettre les sacrifices à l'empereur. Elle devint impitoyable pour le christianisme assez tôt. De même les Incas n'auraient pas accepté que les Chrétiens refusent le culte de l'empereur et y auraient vu une menace politique. Les paganismes (l'hindouisme par exemple) s'accommodent des formes abâtardies de christianisme (comme le New Age aujourd'hui) qui font du Christ un simple maître de sagesse, nient sa divinité, nient le salut par la résurrection, nient l'Apocalypse comme horizon de disparition de ce monde et acceptent les compromis avec toute idolâtrie. Un christianisme bien axé sur les vérités bibliques est incompatible avec tout paganisme et durement rejeté par lui. Il l'aurait été par un Empire inca victorieux comme par toute autre autorité païenne.

En somme ces spéculations sur l'Empire inca ne sont que des réhabilitations du mythe hérétique du bon sauvage. Un apitoiement sur le sort des vaincus qui ne sert en fait qu'à tenter de disqualifier les valeurs morales (chrétiennes occidentales) qui ont dominé le monde (et l'ont en grande partie libéré, sur le plan éthique, même si évidemment, ceux qui les instrumentalisaient dans un cadre colonial les ont souvent dévoyées). Il vaut mieux ne pas être dupe du sens profond de ce genre de démarche et de l'idéologie qui l'inspire.

Lire la suite

Compte rendu de mon dernier livre dans la revue "Historiens et Géographes"

10 Juin 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires

Un compte-rendu de mon livre "Le complotisme protestant contemporain, A propos d'une thèse sur la tribu de Dan" vient de paraître dans la revue de l'Association des Professeurs d'Histoire et de géographie, "Historiens et Géographes" , mai 2020, p. 195-196 sous la plume de M. Bernard Blandre.

Lire la suite

Recension de mon livre "Le complotisme protestant contemporain"

3 Octobre 2019 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #Publications et commentaires, #Histoire secrète, #Histoire des idées

Vient de paraître sous la plume de Bernard Blandre dans le bulletin "Mouvements religieux" du mois de septembre-octobre 2019 (470-471). Ce compte-rendu insiste un peu trop à mon goût sur les critiques que j'adresse à la thèse de Barbara Aho, alors que mon approche se veut plus nuancée, mais je vous la livre pour information.

--------

"Christophe COLERA, Le complotisme protestant contemporain – Ă propos d’une thèse sur la tribu de Dan Paris, L’Harmattan, 2019. 197 p., 20,50€"

Après la mort du roi Salomon, le royaume d’Israël s’est divisé en deux États : le royaume qui a conservé le nom d’Israël au Nord, occupé par dix des douze tribus dont celle de Dan, et celui de Juda au Sud.

Israël a été détruit par les Assyriens en 722 av. JC et Juda par les Babylonien en 587/586 av. JC.

La Bible affirme que les habitants des deux royaumes étaient monothéistes, adorant le dieu unique Yahveh, mais qu’ils ont été contaminés par les influences religieuses étrangères et, y compris beaucoup de leurs rois, se sont laissés aller à adorer d’autres dieux et déesses. Dans les faits il semble plutôt que le monothéisme se soit imposé provisoirement et jamais totalement.

Une grande partie des habitants de Juda a été déportée hors de son territoire mais a pu revenir à l’époque de l’empire perse. Ce sont les Juifs. Auparavant les dix tribus du Nord avaient été déportées par les Assyriens et sont disparues, probablement absorbées par les populations locales.

Voilà ce que nous apprend l’Histoire, dont les sources principales sont la Bible et des documents assyriens, babyloniens et perses.

Mais il existe depuis des siècles une abondante littérature dont les auteurs prétendent que tout ou partie des dix tribus perdues sont restées cohérentes et qu’on peut les identifier encore de nos jours. Des auteurs affabulateurs puisent dans ce matériel littéraire pour élaborer des théories invérifiables par l’Histoire scientifique parce que fausses. Parmi eux, Barbara Aho dont Christophe Colera a étudié la théorie complotiste.

Docteur en sociologie, Christophe Colera est diplômé de l’institut d’Études Politique de Paris et titulaire d’une maîtrise de philosophie de l’Université Paris IV – Sorbonne. Il est aussi auteur de plusieurs ouvrages dont chez le même éditeur Les médiums, une forme de chamanisme contemporain, 2017.

De Barbara Aho, on ne sait à peu près rien. Ce n’est peut-être qu’un pseudonyme utilisé par un ou plusieurs auteurs de la mouvance protestante évangélique. Elle s’exprimait d’abord sur le site Watch unto prayer qui n’est guère plus connu avant que son texte Mystery Babylon. The great catholic or jewish ? édité vers 2005/2006 soit repris sur d’autres sites.

La théorie complotiste de Barbara Aho

L’idée générale développée dans la théorie de Barbara Aho est la suivante : la tribu de Dan mène à bien depuis des siècles un plan démoniaque pour préparer le règne de l’Antéchrist.

L’apostasie d’une partie des juifs

Avant même la destruction des royaumes d’Israël et de Juda, une partie des Hébreux se sont ralliés au paganisme et à l’occultisme ; ils sont la synagogue de Satan qui n’inclut pas tous les Juifs : certains n’ont pas pratiqué la sorcellerie et d’autres se sont convertis au Christ.

Babylone est à la fois à l’origine et le point d’aboutissement des perversions de l’humanité. La grande prostituée évoquée dans l’Apocalypse est Rome, c’est-à-dire la papauté.

Le qualificatif « juif » ne s’applique qu’aux héritiers du royaume de Juda et pas aux dix tribus ; c’est pourtant par ce mot que Barbara Aho désigne la tribu de Dan, cette tribu impie, païenne et occultiste telle que cette auteure la présente. C’est d’elle que doit être issu l’Antéchrist.

Cette tribu de Dan et son action maléfique menée à travers les âges pour faire finalement triompher l’Antéchrist, Barbara Aho la trouve dans des quantités de personnalités historiques supposées juives, des groupes humains, des institutions et des sociétés secrètes, si bien que son ouvrage est présenté comme la chronologie des étapes de la mise en application d’une stratégie :

La stratégie supposée de la tribu de Dan

Samson, de la tribu de Dan, voulait détruire la tribu de Juda et imposer son messie qui devra diriger Israël et le monde. Il est à l’origine des esséniens dont l’ascétisme préfigure la vie monastique et donc les perversions démoniaques dans les couvents. La sagesse cachée des rabbins du moyen-âge dérive des doctrines secrètes babyloniennes. Les Juifs ont emprunté aux Chaldéens leurs doctrines mystiques pour concevoir la Kabbale.

Les gnostiques juifs ont contaminé les milieux chrétiens en modifiant l’enseignement du Christ dans un sens ésotérique et magique. Ormus, un moine et mage égyptien, a fondé une Société d’Ormes qui regroupait les esséniens, les thérapeutes, des kabbalistes et des prêtres égyptiens dans le rosicrucianisme. Née une soixantaine d’années après la mort du Christ, elle a fait croire qu’elle était dépositaire de son enseignement secret pour faire admettre ses croyances issues du mysticisme juif et païen égyptien. Les thérapeutes philoniens ont formé les auteurs chrétiens Clément d’Alexandrie et Origène qui ont sous leur influence développé une méthode d’interprétation allégorique des Écritures et un ascétisme excessif qui a amené les moines à rechercher le salut par la mortification au lieu d’essayer de l’obtenir par la foi comme le demande l’apôtre Paul. Les gnostiques juifs Valentin et Clément d’Alep ont introduit dans l’Église des thèmes kabbalistes. La messe n’est qu’un service de synagogue christianisé. C’est au concile d’Éphèse, en 431, que la Vierge a été proclamée « mère de Dieu » ; or il existait à Éphèse une école essénienne et la liturgie mariale est donc un culte idolâtre.

Selon les francs-maçons et les adeptes du new age, l’Église était dirigée à son origine par Jésus et Marie-Madeleine qui ont engendré une descendance : la dynastie mérovingienne. Une société secrète, le Prieuré de Sion, préserve cette vérité secrète. Elle est le sommet de la pyramide des sociétés franc-maçonniques. Son but est d’établir un descendant des Mérovingiens à la tête d’un gouvernement mondial.

Niant la croyance selon laquelle Marie-Madeleine et Joseph d’Arimathie seraient des esséniens exilés à Marseille et seraient de là partis l’un en Angleterre et l’autre à La Sainte Baume, dans le Var, Barbara Aho prétend que les Mérovingiens seraient de la descendance de Noé, auraient séjourné en Troade et de là en Gaule. Le conférencier chrétien Springmeier a vulgarisé l’affirmation que les Mérovingiens seraient d’origine juive et donc Barbara Aho voit des Mérovingiens partout : le roi Clovis I serait d’ascendance essénienne et issu de la tribu le Juda. Les rois Chilpéric et Dagobert I ont forcé des Juifs à se convertir au christianisme et le résultat est qu’ils sont devenus des marranes, c'est-à-dire des chrétiens de façade qui ont clandestinement continué à pratiquer le judaïsme. Le pape Grégoire le Grand était un Mérovingien ; il a soutenu le développement des monastères, foyers d’hermétisme et de sorcellerie et chevilles ouvrières du satanisme et de la monarchie franque. L’abeille, symbole mérovingien, a été reprise par Napoléon, les francs-maçons, les mormons et Beyoncé, une artiste occultiste.

Au moyen-âge, la première croisade inspirée par des Juifs avait pour but de placer un Mérovingien, Godefroy de Bouillon, sur le trône de Jérusalem. . Là, il fonda la société secrète : le Prieuré de Sion. Le juif Hugues de Payns a demandé au moine Saint Bernard de créer l’ordre du Temple, qui cultivait des connaissances diaboliques. Chantre du culte marial, Bernard avait des possessions en relation avec celles des hermétistes de l’abbaye d’Orval. En 1180 le Temple s’est séparé du Prieuré de Sion : les templiers, devenus les banquiers juifs de l’Europe, ont affirmé que Marie-Madeleine et sa progéniture se sont établis au Languedoc alors que le Prieuré s’est chargé de la protection des descendants du Christ mêlés aux familles mérovingiennes.

Les cathares du Languedoc pratiquaient un culte gnostique ; ils adoraient Marie-Madeleine en tant qu’épouse du Christ ; manipulés par les Juifs, ils se sont dressés contre l’Église. Montségur, leur site sacré, était une ouverture vers l’enfer. C’est une nouvelle Sion pour les Mérovingiens. Persécutés, les cathares et les templiers se sont exilés en Écosse où ils ont fondé la franc-maçonnerie. Protégés par la dynastie Stuart qui a pris ensuite le pouvoir en Angleterre, ils sont devenus l’Ordre de la Rose Croix.

La réforme protestante est aussi une invention des Juifs mérovingiens.

Ă partir de 1391 les Juifs d’Espagne et du Portugal ont été contraints de se convertir au catholicisme. Ils sont devenus des marranes ; en 1492 ils ont fondé l’Ordre des Illuminati. Riches et influents, ils ont essaimé dans le monde, ont financé les voyages d’exploration du marrane Christophe Colomb parrainé par Léonard de Vinci, le Grand Maître du Prieuré de Sion. D’autres financeurs étaient des membres de la Maison d’Anjou, une autre famille juive. Le but : découvrir la nouvelle Jérusalem.

Le grand sceau des Etats-Unis symbolise le rôle de l’Amérique comme nouvelle patrie des Juifs. Les 13 colonies américaines sont les 13 tribus d’Israël. Le nom de l’Amérique dérive de celui d’Ameru, le dieu-serpent de l’Amérique du Sud. Lors de la guerre d’indépendance, Georges Washington était financé par Haîm Salomon, un commerçant juif.

Barbara Aho insiste sur l’action des frankistes, les disciples de Jacob Frank (1726-1791). Ces juifs reconnaissaient en lui le messie. Il les entraîna en 1759 à se convertir au catholicisme, mais ils ne s’intégrèrent jamais complètement dans l’Église. Certains participèrent à la Révolution française de 1789. Aho voit donc des frankistes partout. Elle les présente comme à l’origine d’un courant libertaire et destructeur agissant à l’arrière-plan des Illuminati, héritiers les sociétés secrètes qui les ont précédés.

Frank et Weishaupt (le fondateur des Illuminés de Bavière qui ont effectivement existé au XVIIIème siècle et dont les complotistes ont fait les Illuminati) ont été financés par les Rothschild dont l’étymologie du nom est Ruth’s childs, les enfants de Ruth.

Sous l’autorité du Prieuré de Sion Rothschild et les Illuminati financent le sionisme, ce mouvement dont le but était de fonder un faux État juif à Jérusalem en vue d’affaiblir les États occidentaux. Les sionistes veulent prendre le contrôle de l’ensemble du judaïsme et lui imposer l’illuminisme kabbaliste. La tribu de Dan veut détruire celle de Juda et introniser son propre messie issu de la lignée mérovingienne. Pour cela les frankistes ont provoqué une intense persécution des Juifs pour les forcer à émigrer vers Israël. Ceux qui ont résisté ont été piégés en Pologne à l’initiative d’un illuminati petit-fils d’un Rothschild, Adolf Hitler qui les a en grande partie anéantis.

Les sionistes étaient établis à Rome longtemps avant la création de l’Église catholique. Ils dominent l’Espagne en 1550 et la France à travers la Révolution. Les Illuminati triomphent en Grande Bretagne et en Allemagne au moyen de leurs activités bancaires et en Russie grâce aux bolcheviks.

L’Église catholique est infestée de croyances occultes. Les jésuites sont des sorciers adeptes de la Kabbale et du Talmud. Les Médicis ont été les catalyseurs des traditions occultes sous couvert de néo-platonisme. La basilique Saint Pierre de Rome est la clé spirituelle de la compréhension de l’esprit démoniaque des Médicis.

L’Église catholique est le cheval de Troie de la franc-maçonnerie et d’autres sociétés kabbalistiques aux Etats-Unis. Les Rothschild en contrôlent les finances avec l’appui des Médicis. Le pape Jean XXIII était membre du Prieuré de Sion ; Jean-Paul Ier a été assassiné par des francs-maçons. Jean-Paul II était en relation avec le frankiste martiniste Mickiewicz ; Son rapprochement avec le judaïsme marque la victoire de la tribu de Dan. Le protocole 17 des sages de Sion prône l’infiltration de l’Église et son dénigrement en tant qu’institution païenne et pédophile.

James Caveziel, l’acteur qui joue le rôle de Jésus dans le film La passion du Christ est d’origine juive. Il a rencontré Jean-Paul II et a eu des contacts avec Ivan Dragicevic, un voyant de Medjugorje où le père Vlasic est adepte du new age. Son apparence physique de Jésus hollywoodien est utilisée pour représenter le faux Christ mérovingien, l’Antéchrist. Le roman à succès de Dan Brown Da Vinci Code a été publié pour accoutumer les chrétiens à l’hérésie mérovingienne.

Interprétant l’Apocalypse, Barbara Aho identifie la bête à la tribu de Dan à la prostituée qui la chevauche à l’Église catholique. Après bien l’avoir utilisée dans l’objectif de dominer le monde, la tribu de Dan s’en débarrasse et révèle son identité juive. Pourtant finalement les méchants Juifs seront détruits et les vrais Juifs, ceux qui auront reconnu le Christ, triompheront avec lui. Le complot de la tribu de Dan échouera finalement.

Les sources de Barbara Aho

L’ouvrage de Barbara Aho n’est ni unique ni le premier du genre. Elle s’appuie sur toute une littérature qu’elle exploite longuement. La question est : quelle est son originalité ?

 

Cette auteure se dit appartenant à la mouvance protestante évangélique ; elle s’appuie sur la Bible, selon laquelle effectivement elle peut trouver des éléments utilisables. La littérature millénariste cite fréquemment le plan de Satan de prendre le contrôle de l’humanité depuis le jardin d’Eden jusqu’à son triomphe provisoire avec l’avènement de l’Antéchrist.

Mais pour l’essentiel Barbara Aho tire son argumentation de ce qu’ont produit des auteurs complotistes de diverses tendances. L’un des grands intérêts de la recherche de Christophe Colera est de replacer les affirmations de cette auteure dans leur contexte littéraire si bien que son livre ne renseigne pas que sur Barbara Aho mais aussi sur le complotisme en général

Quelles sont donc les sources de Barbara Aho ?

Des auteurs chrétiens : Springmeier, Torell, sans négliger des complotistes catholiques : la revue traditionaliste Sodalitium, le collectif de prêtres « Maurice Pinay ».

Mais aussi, Barbara Aho se réfère à des auteurs de la tendance ésotéro-occultiste : H.P. Blavatsky, la fondatrice de la Société Théosophique ; le baron de Westerode, un rosicrucien ; Baigent, Leigh et Lincoln, les auteurs de L’énigme sacrée ; Twyman, un spirite ; Picknett et Prince, auteurs gnostiques, et Marsden, le traducteur en langue anglaise des Protocoles des sages de Sion.

Sans qu’elle soit totalement originale, Barbara Aho se distingue de deux façons :

Elle néglige la littérature complotiste sur les néphillim, ces géants nés de l’union de femmes et de démons cités dans la Bible.

Elle échappe au moins partiellement à l’accusation d’antisémitisme en ne présentant pas l’ensemble des Juifs comme les auteurs du complot mais en limitant la culpabilité à la tribu de Dan et en présentant les Juifs opposés au sionisme comme victimes des Illuminati.

L’analyse de la méthode, par Christophe Colera

Christophe Colera mentionne çà et là des erreurs de l’auteure mais n’en dresse pas l’inventaire. En bon sociologue, il pose des questions sur l’intérêt de l’auteure à développer sa théorie.

Barbara Aho apporte du nouveau et de l’insolite à la communauté évangélique à laquelle elle appartient. Elle fournit des arguments pour crédibiliser les prophéties bibliques qui ne suffisent plus à une partie des chrétiens évangéliques. Sa dénonciation des Illuminati, des riches hommes d’affaires juifs qui dominent le monde de façon occulte, satisfait une partie de l’opinion publique hostile aux puissants.

Mais cette auteure ne cherche pas à établir une vérité objective et vérifiable ; ce qu’elle veut, c’est donner corps à une prophétie dans un contexte actualisé. Pour cela elle crédibilise toute une littérature émanant des milieux qu’elle présente comme néfastes : franc-maçonniques, occultistes et théosophiques.

Son ouvrage contribue à un appauvrissement culturel : réduire de grands phénomènes historiques comme la Renaissance et la Révolution française au résultat d’un complot de la tribu de Dan n’encourage pas à se cultiver pour en comprendre la complexité.

D’un point de vue religieux, réduire l’action du diable à un domaine institutionnel, le complot des sociétés secrètes amène à négliger l’activité des démons dans les cœurs des humains.

Pour conclure

Le livre de Christophe Colera semble n’être qu’un travail de recherche d’un spécialiste rédigé à l’attention de spécialistes et donc réservé à un nombre de lecteurs limités.

Ce serait une erreur de limiter à cet aspect l’intérêt de ce livre. Parce qu’il replace constamment la théorie de Barbara Aho dans son contexte littéraire complotiste, l’ouvrage est en fait un livre sur le complotisme et est donc destiné à un public élargi.

Le complotisme chrétien

Examen d’un système de pensée

L’intérêt du livre de Christophe Colera sur le complotisme protestant étudié à la lumière des publications de Barbara Aho est de donner finalement une vision globale d’un système de pensée qui déborde du seul protestantisme évangélique.

Toutes les organisations chrétiennes ne sont pas complotistes mais beaucoup trouvent dans la Bible des éléments permettant d’alimenter ce système de pensée. On peut voir l’action de Satan et des démons se dérouler depuis que le serpent a séduit Ève et Adam jusqu’à l’avènement annoncé de l’Antéchrist, si bien que l’on peut interpréter les faits comme des étapes d’un complot du Diable.

Mais le complotisme chrétien ne se limite pas à l’exégèse des écritures saintes. Il fait intervenir nombre de sociétés secrètes plus ou moins imaginaires ou plus ou moins réelles auxquelles l’on prête des pouvoirs et une influence démesurés par rapport à la réalité. Elles seraient les instruments du Diable pour dominer le monde. Et très souvent les instigateurs présumés du complot sont désignés : les Juifs.

Une interprétation douteuse de la Bible

Les complotistes s’appuient sur la Bible, directement ou en utilisant des ouvrages complotistes qui commentent la Bible. Mais ils en déforment souvent le contenu.

Prenons l’exemple de l’image que donne Barbara Aho du juge Samson. Selon cette auteure ce personnage, de la tribu impie de Dan, voulait détruire la tribu de Juda pour préparer l’avènement d’un faux messie danite. Mais que nous apprend la Bible ?

Son livre des Juges contient plusieurs chapitres qui relatent les exploits de ce héros qui combat les Philistins, ce peuple qui a établi sa domination sur les Hébreux. Le chapitre XV raconte que les Philistins le cherchaient dans le territoire de la tribu de Juda et que par crainte des représailles cette tribu a livré Samson à ses ennemis. Mais le colosse s’est libéré et avec une mâchoire d’âne il a tué 1 000 hommes. Qui a été tué, c’est ce que la Bible ne dit pas. Des Philistins, très certainement. Des membres de la tribu de Juda ? Peut-être, mais la Bible n’en dit rien. Et dans la suite du récit on ne lit plus rien sur les rapports entre Samson et Juda.

Ainsi la réaction défensive de Samson prisonnier de Juda est-elle transformée par Barbara Aho en une volonté de ce juge de détruire une tribu en vue d’établir un messie danite dont la Bible ne dit rien. Pourquoi ? Parce que la tribu de Juda a donné son nom aux Juifs.

Le bricolage des articles collectés dans le supermarché des données de l’histoire.

Que font les clients qui achètent dans un supermarché ?

Ils choisissent les produits qui les intéressent et délaissent les autres produits en magasin. Ce faisant, ils démontent les rayons que les salariés ont remplis.

Rentrés chez eux, ils transforment les produits pour en faire ce qu’ils veulent. Ils ouvrent les boîtes de conserve et les paquets de semoule, font cuire la viande, les légumes et le poisson pour en faire des plats cuisinés. Ils cousent des ourlets aux pantalons qu’ils ont achetés.

C’est exactement le comportement des complotistes.

Sans souci du travail de recherche millénaire des historiens depuis les annalistes mésopotamiens et les Grecs Hérodote et Thucydide, les complotistes picorent çà et là des éléments tirés de la reconstruction des faits du passé et en délaissent tout à la fois l’essentiel des données et l’architecture de la chronologie.

Ces éléments, ils les mélangent et les transforment pour les rendre utilisables pour la construction de leur théorie dont ils font une contrefaçon de l’Histoire. Ce faisant, ils démolissent la culture pour créer une contre-culture.

Examinons la démarche de Barbara Aho et des auteurs dont elle a tiré des arguments :

Ils cherchent des mauvais Juifs partout. Pour Aho, ce sont les Danites. Pour d’autres, tous les Juifs sont malfaisants.

Les Mérovingiens ? Ils n’étaient pas des Francs, mais des Juifs. Donc auraient été juifs le pape Grégoire le Grand, un supposé Mérovingien (en fait un Romain de la famille Anicia) ainsi que le supposé Mérovingien Godefroy de Bouillon. Auraient aussi été juifs Hugues de Payens, le fondateur des Templiers et Adolf Hitler, supposé petit-fils d’un Rothschild ; le Führer ne voulait pas anéantir les Juifs, mais seulement ceux qui n’adhéraient pas au sionisme. Autres supposés Juifs : la Maison d’Anjou et Christophe Colomb qui aurait cherché l’Amérique pour y fonder une nouvelle patrie pour les Juifs.

Les complotistes réinventent les sociétés secrètes et en surévaluent l’influence.

Les historiens sont loin de nier l’influence des francs-maçons sur l’histoire politique, sociale et culturelle. Mais les complotistes en font les agents omniprésents et omnipuissants d’un complot dont le but est la domination sur le monde.

Barbara Aho place les francs-maçons sous l’autorité d’un Prieuré de Sion qui aurait été fondé en 1099 par Godefroy de Bouillon qui voulait établir à Jérusalem l’autorité de la dynastie mérovingienne. Historiquement le Prieuré de Sion n’a été qu’une association fondée par Pierre Plantard en 1956, dissoute en 1993 avant d’être reconstituée en 2015. Selon cette auteure encore la franc-maçonnerie aurait été fondée par des cathares et des templiers, deux groupes humains nés et disparus au

Moyen-Âge alors que, si les origines historiques de la franc-maçonnerie restent à bien éclaircir, elle n’existe vraiment comme organisation initiatique que depuis le XVIIIème siècle.

Barbara Aho présente le rosicrucianisme comme résultant de la fusion de deux organisations monastiques juives de l’Antiquité, les esséniens et les thérapeutes et des juifs kabbalistes. Mais il y a beau temps qu’esséniens et thérapeutes étaient disparus quand l’Ordre de la Rose Croix est né, seulement au XVIIème siècle.

Aho assimile encore les alumbrados espagnols du XVIème siècle (des catholiques hétérodoxes mystiques) aux Illuminés de Bavière du XVIIIème s. (un ordre initiatique révolutionnaire démantelé dès la fin du siècle) pour les transformer en les Illuminati supposés être une oligarchie d’hommes d’affaires qui dominent actuellement le monde.

Les complotistes inventent des étymologies fantaisistes

Le nom de l’Amérique serait dérivé de celui d’Ameru, un dieu précolombien. Mais tout historien sait que l’étymologie véritable est à trouver dans le prénom du navigateur Amerigo Vespucci.

Le nom de la famille Rothschild serait tiré de l’expression Ruth’s childs, (enfants de Ruth).L’étymologie véritable est « zum roten Schild », « à l’enseigne rouge » en référence au blason qui ornait le mur de la maison familiale. Il était bien inutile de faire des Rothschild les descendant de Ruth pour essayer de prouver leur origine juive, qu’ils n’ont jamais dissimulée.

Les complotistes réinventent la chronologie

Ils ne tiennent aucun compte de la chronologie telle que l’a établie l’Histoire scientifique.

La tribu israélite de Dan a été déportée par les Assyriens et s’est dissoute dans la population environnante. Les complotistes la font survivre jusqu’à nos jours, ainsi que les Mérovingiens qui pourtant disparurent de l’Histoire en 751.

Les Illuminés de Bavière n’ont pas vécu après la fin du XVIIIème siècle. Les complotistes prolongent leur existence jusqu’à nos jours sous le nom d’Illuminati.

Si l’on se réfère au récit biblique, Samson aurait vécu vers la fin du IIème millénaire av . JC. Selon Barbara Aho il aurait fondé les esséniens. Malheureusement les esséniens n’ont existé qu’entre le IIème siècle avant J.C et le Ier s. après JC. Peu importe pour Barbara Aho qui prolonge leur existence jusqu’à la fondation du rosicrucianisme que l’Histoire situe au XVIIème siècle.

Ajoutons l’affirmation que des sionistes habitaient Rome avant la création de l’Église catholique, alors que ce mouvement ne remonte qu’au XIXème siècle.

Pour conclure

Barbara Aho et les complotistes qui l’ont inspirée ne falsifient pas seulement l’Histoire ; ils la détruisent dans sa globalité pour en tirer des matériaux qui leur sont nécessaires pour en construire une contrefaçon.

Leur reconstruction de l’Histoire n’a pas pour but d’enrichir notre culture. Elle appauvrit au contraire la culture de ceux qui ne se réfèrent qu’au complotisme. En mettant l’accent sur le supposé danger des sociétés secrètes utilisées par les mauvais Juifs (ou simplement les Juifs dans leur globalité pour certains auteurs) les complotistes créent un climat d’anxiété paranoïde générateur de méfiance et d’hostilité aux élites politiques et sociales"

 

Lire la suite

Mon livre sur les médiums cité dans Madame Figaro aujourd'hui

27 Juillet 2019 , Rédigé par CC Publié dans #Médiums, #Publications et commentaires

Je suis cité à propos des médiums (p. 43 à 45) suite à une interview du 16 juin dernier. Hélas l'article ne mentionne pas mes mises en garde contre les dangers des médiums et de la magie.  L'article est en ligne ici.

 

 

Lire la suite

Présentation de mon dernier livre sur Les Philosophes.fr

24 Juillet 2019 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires, #Christianisme

Puisque même des profs de Sciences Po le font, j'ai proposé une présentation de mon dernier livre sur le complotisme protestant au site Les Philosophes.fr. La voici

Au cours des vingt dernières années, la liberté de discussion qu’offre Internet, sur les sites, les blogs, puis les réseaux sociaux a facilité le développement de thèses alternatives aux version officielles de l’histoire et de l’actualité. Beaucoup d’entre elles sont de nature complotiste ou conspirationnistes, c’est-à-dire qu’elles supposent que des cercles de pensée clandestins, voire des sociétés secrètes pratiquant la magie noire et l’occultisme font avancer des projets politiques dans l’ombre, et manipulent l’opinion publique, à travers les médias, pour asservir l’humanité. Toutes sortes de sujets ont nourri ce genre d’hypothèse, des guerres états-uniennes dans le monde arabe à la conquête de l’espace, en passant par les campagnes de vaccination, la libéralisation de l’avortement, etc.


La plupart des gens passés par une formation intellectuelle « classique », spécialement parmi les plus diplômés, qui sont aussi ceux qui sont généralement des lecteurs assidus de la presse « mainstream » (comme disent les anglo-saxons), ont tendance a reléguer ce genre de spéculation dans le domaine pathologique de la paranoïa, et même, depuis quelques années, à le censurer 

La suite est ici

Lire la suite

Vient de paraître "Le Complotisme protestant contemporain" de Christophe Colera

20 Juin 2019 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires, #Christianisme, #Histoire des idées, #Histoire secrète

Chez l'Harmattan. Un livre qui parle de la lecture que fait l'eschatologie (l'étude de la fin des temps) protestante des Mérovingien, des Templiers, et des Illuminati.

Vous pouvez le commander à l'éditeur ici.

 

Lire la suite

Mon livre sur les médiums présenté dans la revue des Archives de Sciences Sociales des Religions

11 Février 2019 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires, #Médiums

Vient de paraître, dans le  Bulletin bibliographique de la revue des Archives de Sciences Sociales des Religions n°184 d'octobre-décembre 2018, une recension de mon dernier livre consacré aux médiums signée par Régis Dericquebourg, professeur associé à la Faculté des études comparatives des religions et de l'humanisme de l’université d’Anvers (Belgique) et membre du groupe de sociologie des religions et de la laïcité (CNRS-Paris). En voici le texte (également publié ici) :

Christophe Colera. Les Médiums. Une forme de chamanisme contemporain. Paris. L’Harmattan. 2017. 171 pages. 

La courte étude sociologique de Christophe Colera sur des médiums mérite d’être signalée car les travaux sur ce milieu ne sont pas légion. Celle-ci est dans la lignée de la thèse de Marc Antoine Berthod (Doutes, croyances et divination. Une anthropologie de l’inspiration des devins et de la voyance. Lausanne. Ed. Anthropos. 2007) que nous avons recensée dans le numéro 144 (oct.-déc. 2008) des ASSR et de l’étude de Christine Bergé (La voix des esprits, Paris. Métaillé. 1990). L’étude repose sur une observation participante jointe à une recherche documentaire et à l’administration de 8 entretiens semi-directifs réalisés entre 2014 et 2016 avec des « médiums de faible notoriété » et des personnes qui avouent avoir des intuitions médiumniques classée dans la catégorie : paramédiumnité (p .15). L’auteur se situe donc dans une sociologie qualitative qu’il relie à « l’anthropologie de l’étrange » (du nom de l’anthropologie du du « wonder » proposée par Michel W. Scott (p.14). L’implication de l’auteur dans son enquête est forte. En effet, en exposant le Sitz Im Leben dans celle-ci, l’auteur confesse que sa recherche a débuté en 2014 à l’occasion d’une dépression qui l’a conduit vers la thérapie médiumnique. L’élément déclencheur fut une voyance « exacte » qui enclencha ce qu’en psychanalyse, on appellerait un transfert à la thérapie médiumnique. A partir de cet évènement inducteur de transfert, CC établit une relation double avec les médiums : celle du patient, celle du sociologue et celle du philosophe qui analyse les pratiques spirites et les discours qui les légitimisent.

Le traitement des données recueillies visent à voir comment la médiumnité devient une religiosité clandestine, un « chamanisme underground », voire une philosophie de l’humanité et de l’histoire dans laquelle leur doctrine serait un « hégélianisme corporel » tel qu’il le développe dans son intéressant chapitre 5. Pour ce faire, le dépouillement des entretiens comporte trois rubriques : 1) les parcours de vie, 2) les pratiques et les rituels, 3) les visions du monde.

En dehors de l’inscription de la médiumnité dans une thèse philosophique, CG décrit un champ social avec ses réseaux de sociabilité, son imaginaire (mis en évidence grâce aux références livresques des acteurs sociaux et des objets dont ils s’entourent ou qu’ils utilisent comme outil de leur art), ses affinités avec des théories et des pratiques du développement personnel (la prise en charge suivie d’une personne par un médium qui devient une sorte de thérapeute et de mentor s’apparente à du développement personnel). D’autre part, l’auteur découvre une morale de base de la médiumnité. Il la trouve peu suivie par les praticiens puisqu’elle serait contrée par une « amoralité narcissique », un fantasme de toute puissance qui serait la conséquence de leur don et une volonté de prendre autorité sur les clients. Ces écarts (l’auteur ne parle pas d’éthique, ni de déontologie) seraient facilités par l’absence de théorie de la culpabilité dans cette morale. Certains médiums conscients de ces déviances utiliseraient des techniques que l’auteur ne détaille pas pour les éviter. Sur le plan de la relation à la société, l’opinion des médiums sur la société se limite à une thèse du complot. La politique est reléguée au « bas astral » bien que certains se fassent parfois « conseiller du prince ». Ils sont loin du spiritisme de la fin du 19 me siècle qui avait des affinités avec le socialisme et le mouvement ouvrier. Sur le plan religieux, les pratiques médiumniques étant condamnées par la plupart des Eglises établies et des groupes religieux minoritaires, les médiums se tournent donc les Eglises du courant Vieux-catholique. Ce choix nous avait été confirmé autrefois par un membre de l’Eglise libérale de Lille qui recevaient des médiums du Cercle spirite de cette ville. L’auteur examine aussi la « carrière des médiums » notamment la vocation (filiation, rencontres, expérience de « near death experience », « appel » d’un esprit).

CC rattache le phénomène qu’il observe au Nouvel âge que Séguy appelait « réseaux sapienzo-gnostiques ». Cela mériterait un débat car le spiritisme a une histoire antérieure (principalement depuis le 19 me siècle en occident) ainsi qu’une dynamique propre. Il se peut simplement que les spirites contemporains empruntent des éléments du discours du Nouvel Age (comme les « vibrations ») et s’approprient des conceptions occidentalisées et erronées du bouddhisme, du karma… communes dans cette mouvance sans y fondre. Nous nous demandons ce que l’auteur entend par psychanalyse comme « pensée magique » (p.96). La pensée magique est un mode de pensée décrit par la psychanalyse elle-même comme symptôme. Veut-il dire qu’elle n’est pas une science comme la psychologie académique qui est elle-même une « fausse science » (Cf Didier Deleule, La psychologie mythe scientifique, Paris, Laffont, 1969). De même nous nous demandons pourquoi il évoque la thèse de madame Tessier (p. 95) qui donna lieu en 2001 à une polémique lancée par des journalistes qui ne l’avait pas lue. Ces remarques n’entachent pas l’intérêt du livre qui a aussi le mérite de la clarté.

Régis Dericquebourg

Lire la suite

Concordances des temps autour de mon mémoire de maîtrise

16 Décembre 2018 , Rédigé par CC Publié dans #Philosophie, #Publications et commentaires

En 2016, un étudiant de l'université de Laval au Canada, M. Benoît Duval, a remis à son directeur de recherche, Mme Marie-Andrée Ricard, un mémoire intitulé " Amor fati : entre stoïcisme et nietzschéisme " mis en ligne en avril 2018 et qui a été téléchargé 57 fois depuis lors

En page 86 de son mémoire M. Duval a recopié ce passage qu'il a trouvé en p. 24 du livre de Christophe Colera sur Nietzsche : "Obsédé par sa douleur, Nietzsche l’était aussi par la volonté de lui prêter une dynamique que n’aurait pas revêtue celle des philosophes qui l’ont précédé, et de montrer que cette douleur est en permanence porteuse d’un dépassement d’elle-même qui fait d’elle un facteur de santé supérieure."

Et il a ajouté ce commentaire : "Des nuances s’imposent par contre ici. Il est vrai que Nietzsche prête à la souffrance une importance non négligeable. Il est vrai également qu’elle offre la possibilité d’une élévation. En contrepartie, jamais il n’ose avancer qu’il y aurait une corrélation directe et nécessaire entre la quantité de souffrance vécue par un individu et son perfectionnement. Ses prétentions sont nettement plus modestes" en citant Le Gai Savoir, I, §3.

Je suis toujours surpris quand des étudiants comme M. Esteban Sierra Montiel de l'université de Toluca au Mexique et M. Rodrigue Ntungu Bamenga, de l'université Saint Pierre Canisius Kimwenza au Congo citent dans leurs travaux mon petit livre "Individualité et subjectivité chez Nietzsche", qui n'a fait l'objet que de deux recensions dans la revue Espace 70 (hiver 2004-2005 p. 48) au Canada et la revue France-Forum de septembre 2004 (n° 15 p. 101-102). Car pourquoi copier des extraits de mon petit livre alors que des sommités universitaires de M. Heidegger à M. Haar en passant par G. Deleuze ont traité avec bien plus de souffle le thème de l'individualité chez Nietzsche ?

L'inertie du monde universitaire, et, en un sens, l' "inactualité" du sujet traité, crééent d'étranges concordances ou discordances des temps autour de ce livre. Quand précisément M. Duval a-t-il remis son essai à Mme Ricard ? Vraisemblablement, si c'était en mai, quand je traînais mes chaussures du randonnée (à tort) du côté de Medjugorje en Bosnie, cherchant à donner un prolongement digne aux expériences que j'avais vécues entre les mains de magnétiseurs - ces expériences que j'évoque dans mon livre "Les médiums" -, et ayant à ce moment-là largement renié mon intérêt de jeunesse pour l'auteur de "La Naissance de la Tragédie".

L'utilité de mes travaux sur Nietzsche, je l'aurais plutôt recherchée... douze ans plus tôt...

Car ce livre a été publié le 1er février 2004 chez L'Harmattan.  J'avais 33 ans. A l'époque j'étais conseiller juridique au ministère des affaires étrangères français. Très occupé par la publication en parallèle d'un ouvrage collectif sur les politiques d'ingérence occidentales dans le Tiers-Monde, et par la préparation de ma thèse en sociologie en plus du labeur quotidien au ministère, j'avais décidé de faire paraître ce livre chez L'Harmattan, juste après celui sur les immigrés serbes, simplement pour me "souvenir un peu" du temps où la philosophie était ma passion.

J'avais donc décidé de reprendre mon mémoire de maîtrise soutenu à Paris IV-Sorbonne... en juin 1992. Encore une autre époque. M. Duval n'était peut-être même pas né. Je terminais alors, en parallèle, ma préparation du concours de l'Ecole nationale d'administration à l'Institut d'Etudes politiques de Paris (IEP), hésitant encore entre une carrière de haut fonctionnaire et celle de philosophe reclus dans ses montagnes béarnaises, moi qui venais d'écrire un roman sur ma région natale - roman qui n'allait paraître lui aussi que très longtemps après, en janvier 2009, et profondément remanié... En réalité c'était déjà un combat d'arrière-garde pour rester "un peu" un philosophe, combat d'ancien lauréat du concours général dans cette discipline, bouffi d'orgueil solitaire, rempli de sottise, alors que toutes sortes de nécessités me poussaient vers une vie d'où l'enseignement serait absent.

A l'époque, j'aurais préféré explorer plus en profondeur l'oeuvre de Hegel, mais je n'en avais pas le temps à cause de mon travail à l'IEP. Nietzsche me paraissait être un auteur plus facile. Il me faisait baigner dans l'antiquité grecque autant que dans l'époque moderne. Je me sentais des affinités avec sa noirceur comme avec ses éclats de lumière, moi qui, né catholique, avais tété avec l'adolescence tout le désespoir ontologique des années 1980 (et cela n'a fait qu'empirer ensuite dans le monde "globalisé" que nous connaissons). Je me sentais bien des affinités avec les paradoxes de cet auteur, sa recherche sur le style, sur la forme, dans une vie ou l'au-delà de la mort me paraissait (à tort) être une chimère.

Dois-je me plaindre de n'avoir pas été cet "homo academicus" que déjà 20 ans je craignais de devenir ? Probablement pas. Je ne me serais pas vu passer toute ma vie dans Nietzsche ou Platon. "Amicus Plato sed magis amica veritas". La vérité aurait-elle fini par me rattraper, comme elle l'a fait en 2013-2014, si j'avais vécu une existence de course à la publication, dans des amphithéâtres poussiéreux, en face d'étudiants que je n'aurais pas su intéresser aux débats métaphysiques ? Question abstraite, hors de propos sans doute. De cette histoire bizarre d'une vocation philosophique avortée, ou du moins de sa dimension universitaire mort-née, il ne reste aujourd'hui que ces mentions de quelques lignes dans des mémoires de successeurs qui ont un quart de siècle de moins que moi, au Canada ou au Congo... La vie est étrange.

Lire la suite

Mon livre "Les médiums" cité par la revue "La recherche astrologique"

7 Octobre 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Publications et commentaires, #Médiums

Mon livre sur "Les médiums" est cité en ces termes ce mois-ci en page 37 du numéro 1 de la 34ème année de la revue "La recherche astrologique" (revue trimestrielle dont certains numéros peuvent être feuilletés ou achetés ici) en ces termes :

"L’auteur, sociologue, présente les caractéristiques et problématiques internes au phénomène de la médiumnité. Il s’appuie avec sympathie sur des dialogues avec certains médiums, et sur des « soins » reçus lors de séances avec d’autres. Les documents objectifs sur ce sujet étant rares, ce livre est le bienvenu."

Lire la suite
1 2 > >>