Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

César et Pompée adeptes du culte de Mithra ?

17 Janvier 2022 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire secrète, #Histoire des idées

Un chercheur indépendant russe, Alexei Menyailov, attire mon attention par mail sur son article publié sur Academia.edu sur la fin de la République romaine. Sa thèse : le culte de Mithra était la religion secrète des pirates vaincus par Pompée, hommes de cœur (ou "bandits d'honneur" si l'on veut) "purifiés" par la prison. Pompée, après les avoir écrasés sur mandat du Sénat, les plaça à la tête de ses légions, ce qui prouverait qu'il a adopté leur religion. César, comme Pontifex maximus et ami de Pompée, aurait aussi adopté ce culte, seul capable de structurer l'élite morale de la romanité, et aurait manifesté cette affiliation en allant mourir au pied de la statue de son ancien gendre et rival, aux ides de mars 44 av. J.-C., dans la partie du théâtre réservée aux répétitions (ce qui marquerait une analogie avec les mystères cachés des cultes).

Echafauder des hypothèses sur les sociétés secrètes est très aléatoire (même si je m'y suis un peu essayé en 2014 à propos de Marseille et de Pythagore). Je me demande bien quels indices historiques peuvent faire penser que les pirates auraient adopté la religion de Mithra, ou même que Pompée les aurait nommés à la tête de ses légions. Quant au choix de César de mourir au théâtre de Pompée, on peut cultiver quelque doute sur ce point, vu qu'il n'avait, semble-t-il, jamais écouté les devins qui lui annonçaient son décès proche. Je pense que si César ou Pompée ou les deux avaient adhéré au mithraïsme, des amateurs de spiritualité comme Lucain ou Plutarque se seraient empressés de le faire savoir dans leurs écrits respectifs...

Lire la suite

Les charismes de la fin des temps

16 Janvier 2022 , Rédigé par CC Publié dans #Spiritualités de l'amour

Les chrétiens savent qu'à la fin des temps des dons spéciaux seront donnés, notamment en matière de connaissance (voir par exemple Daniel 12:4). Les musulmans ont la même conviction.

Le cheikh Nurjan Mirahmadi, professeur à Vancouver (Canada) de spiritualité soufie musulmane, enseigne les sciences spirituelles de l'islam classique, y compris la méditation ( tafakkur ), les points d'énergie subtils ( lata'if ), la guérison islamique, les secrets des lettres et des chiffres ( ilm huroof ), la discipline de soi ( tarbiyya ) et le processus d'autoréalisation ( ma'arifat ). Dans cette conférence de juillet 2021, il évoque les dons de la fin des temps à partir de cette histoire d'un comme qu'il surnomme "Muhammad Argentini" :

"Il était en Argentine, raconte-t-il, et il s'intéressait au soufisme. C'était avant même de rencontrer les cheikhs, car ce sont des prédestinations anciennes. Vous voulez rencontrer le cheikh mais n'est pas vous qui voulez rencontrer le cheikh, c'est Allah (AJ) qui met cela dans votre cœur, d'ailler trouver votre cheikh. Donc c'est déjà préécrit, ce n'est pas votre intelligence ou mon intelligence que nous avons trouvé de cette façon, Allah (AJ) l'a écrit pour nous que, 'Vous seriez sur ce turuq (chemins spirituels),' et c'est pourquoi nous disons que c'est un grand ni'mat (grâce) et une grande bénédiction d'être sur ce turuq. Muhammad Argentini était en Argentine et il entrait dans son cœur d'adhérer à l'islam, et il allait partout en essayant de trouver, 'Où vais-je aller à l'islam et je sens que je veux être parmi les soufis.' Il n'y avait pas de soufis à cette époque et il allait dans différents endroits et il est allé dans un bureau politique d'un groupe du Moyen-Orient, nous en resterons là. Et je ne peux pas pas trop m'étendre là-dessus mais il est allé et ces gens étaient bizarres, ils agissaient très bizarrement, ils prétendaient être musulmans, ils avaient toutes sortes de pratiques étranges, une énergie bizarre. Jusqu'à une fois, il est entré dans une pièce avec deux individus et leur réalité spirituelle est ressortie et elle était démoniaque. A ce moment-là, il a senti leur énergie démoniaque l'attraper, elle allait lui faire du mal. Il a dit : 'A ce moment-là…' plus tard, parce qu'il est venu et a finalement trouvé un centre à Los Angeles – notre centre et il est venu et a raconte son histoire et nous l'avons emmené à Mawlana (Q) et il a décrit l'histoire et il a dit : « C'est vrai. À ce moment-là, dit-il, "je n'avais rencontré personne mais j'étais attaqué et dès que j'étais attaqué, j'ai pensé que ces gens allaient me faire beaucoup de mal". Il a ajouté : « Alors deux cheikhs sont apparus dans ma vision et j'ai vu les cheikhs dans les airs. Dès qu'ils sont apparus, je me suis mis à parler parfaitement l'arabe. Il n'avait pas de formation arabe, il essayait de se convertir à l'islam. " Dès qu'ils sont apparus, j'ai commencé à réciter dans un arabe parfait et comme je récitais, mon énergie a saisi les djins qui l'attaquaient, les a soulevés et les a étouffés, sans les mains, juste sa capacité en arabe qui récitait et commençait à étouffer ces djins rien que par son énergie spirituelle. Lors un des deux cheikhs a dit: "Tu n'as pas de permission, Muhammad les libère." Et il les a lâchés et il est sorti en courant. Il a dit : 'A partir de ce moment, ils ne sont plus apparus. Ils ne sont apparus qu'à cet instant et j'ai couru mais j'ai su à ce moment-là que c'était quelque chose dont Dieu voulait que je fasse l'expérience.' Et il a pris son chemin pour retrouver les cheikhs, il a fini par se retrouver à Los Angeles, il a fini dans notre centre à Los Angeles et il a commencé à nous raconter cette histoire. Et j'ai dit: "Wow deux Cheikhs. D'accord, laissez-moi vous montrer les photos de nos Cheikhs, ceux de notre confrérie. J'ai vu la photo, 'Ce sont les Cheikhs, ce sont les Cheikhs !' Et il était tellement excité, a raconté l'histoire à tout le monde, puis nous l'avons emmené au centre de méditation à Mawlana (Q) à San Francisco, il a décrit l'histoire à tout le monde là-bas et c'était donc l'histoire de cet événement. Ainsi, Allah (AJ) peut soutenir n'importe qui quand Allah (AJ) le veut. Alors, ça peut être extra-ordinaire ou ordinaire, et le plus courant est de le pratiquer. Mettez de la discipline mettre en pratique votre spiritualité, accomplir ces pratiques, de les faire de sorte que lorsqu'un jour de pluie arrive, vous soyez prêt, et Allah (AJ) actionne l'interrupteur pour vous transmettre son énergie.  Comment et de quelle manière les choses se produiront, vous ne pouvez l'imaginer. Nous avons dit que nous avons même eu des gens qui sont venus nous dire que la formation commençait. Alors, ils sont venus voir une de ces personnes et ils l'ont formé. Lorsque le cheikh a parlé des jours difficiles et de la nourriture, la personne avait une préoccupation particulière : "Comment vais-je avoir de la nourriture alors que les choses deviennent horribles." Puis dans un mélange de rêve et de visions ils ont eu des entités qui leur ont donné la réponse : "Ne t'inquiéte pas, du royaume des djinns (êtres invisibles), nous viendrons te montrer notre chemin." Ensuite, ils ont montré qu'ils prenaient un 'asaa (canne) qui n'avait pas d'embout à l'extrémité, ils ont dit: 'Tu plantes ce bâton dans le sol et tu commences à réciter ce que nous te disons de réciter et le lendemain matin, la nourriture dont tu auras besoin apparaîtra naturellement, tout ce qui vient d'Allah (AJ) (...) Nous raisonnons en termes de causes et d'effets mais dans les jours de la fin, il ne s'agira plus de causes et d'effets. Tout sera selon la volonté d'Allah. Ca ne sera plus tu fais ceci tu auras cela. Lorsque le Dajjal (l'Antéchrist) sera en mouvement, Allah  tournera le bouton et le royaume des cieux sera enclenché"

Lire la suite

Phrénologie et magnétisme au XIXe siècle

8 Janvier 2022 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire secrète, #Histoire des idées

Une parascience célèbre dans les années 1830-1840 fut la phrénologie, étude des caractères humains à partir de la forme du crâne. Toute la mouvance républicaine et socialiste s'y intéressa. Pierre Leroux écrivit à son sujet, George Sand avait à Nohant un crâne avec lequel elle pratiquait (ce qui faisait fuir son jardinier rempli d'épouvante), et l'on a vu que le sulfureux Mapah, fils de modiste, avait aussi fait ses premières armes dans la phrénologie.

Le socialiste Théophile Thoré, critique d'art, ami de Leroux, allait aussi se distinguer dans ce domaine, ainsi que dans la magnétisme. Né en 1807, il avait été initié dans ses jeunes années (les années 1830) à cet "art" par l'anatomiste Pierre Marie Alexandre Dumoutier (1797-1871), disciple de Gall et de Spurzheim.

Les prouesses de Dumoutier en disent long sur le caractère "magique" de sa science. En 1832, le Bulletin Phrénologique, recopiant un article du National, raconte comment, commis par le doyen de la Faculté de médecine, sur une scène de crime au 81 rue de Vaugirard à Paris, Dumoutier, en présence du procureur du roi et des deux prévenus, erassemble les débris d'un squelette. Puis, les ayant examinés, ainsi que le crâne, il dit qu'il s'agit d'une femme."L'étal des sutures lui fit, penser, dit le journal, que cette femme devait être déjà avancée en âge. Il ajouta qu'il devait y avoir plusieurs années qu'elle était inhumée. On peut imaginer facilement l'intérêt que présentait cet examen à ceux qui étaient informés de ce qui le motivait. La physionomie des prévenus témoignait qu'ils n'y étaient pas indifférens, d'autant plus que les observations du savant anatomiste tendaient à confirmer une accablante identité. Mais leur surprise et celle des spectateurs fut au comble, quand M. Dumoutier, continuant ses remarques, commença à parler de là personne dont il tenait la tête, et assura qu'elle devait être avare, disposée aux emportemens, ajoutant d'autres détails, qui tousse trouvèrent parfaitement d'accord avec ce qu'on connaissait de l'humeur de la veuve Houet."  Le journal ajoute avec pertinence "Deux siècles plus tôt, ainsi que le fit observer M. le procureur du roi, que semblable divination eût conduit son auteur droit à un bûcher. Et cependant, M. Dumoutier n'est pas un magicien, mais tout simplement un élève distingué de Gall et Spurzheim." 

Evidemment la supercherie en l'espèce tient précisément au fait que Dumoutier avait quelque chose du sorcier, puisqu'il pratiquait aussi le magnétisme en compagnie de son disciple Thoré ("nous nous occupons ensemble de phrénologie et de magnétisme" écrivait ce dernier à sa mère le 20 juillet 1833). Il était donc aussi médium, mais cela, on ne pouvait le savoir qu'en lisant la correspondance de Thoré. La presse "pseudo-scientifique" autour de la phrénologie se gardait bien de le dire, et peut-être ne le savait même pas.

Lire la suite

Sainte Barbe : de Konitsa à Valdeltormo

3 Janvier 2022 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme

Le thaumaturge grec Saint Paissios du mont Athos (1924-1994) dont on a déjà évoqué ici les prophéties concernant le Covid 19 avait une dévotion particulière pour Sainte Barbe. Car il y avait une église de Sainte Barbe dans son village de Konitsa où il s'initiait à la vie monacale durant son adolescence. En outre, il avait une dette particulière à l'égard de cette sainte qui l'avait aidé en 1966 quand il avait été hospitalisé dans un sanatorium à Asvestochorio près de Thessalonique.

Il a raconté à ce sujet qu'après son opération les médecins lui avaient dit que dès que ses poumons seraient dégagés des sangles qui lui tenaient les côtes seraient ôtées. Cela ne devait prendre que cinq jours, mais vingt-cinq jours s'étaient écoulés et ils ne les avaient toujours pas enlevées, ce qui était très douloureux. Le samedi 3 décembre, il les attendit en vain. Puis le dimanche matin, qui était la fête de Sainte Barbe, il commença à maugréer contre cette sainte en disant que dans sa jeunesse il avait tant de fois allumé les bougies dans son église à Konitsa, et elle, elle ne l'aidait même pas à enlever ses sangles.

Mais alors il a songé : "J'ai peut-être heurté Sainte Barbe, et c'est pourquoi elle ne s'occupe pas de moi." Et dès qu'il a pensé à cela, il a entendu un bruit. "Les médecins arrivent !", lui dirent les aides soignantes. "Je ne sais pas ce qui a pris au directeur mais il a dit aux médecins le matin : "Allez sortir les sangles du moine !" ". Sainte Barbe répondait à son appel.

Sainte Barbe est souvent invoquée pour la guérison des maladies infectieuses (et Saint Païssios précisait que cela valait aussi pour la jalousie maladive...), mais aussi en situation d'orage (son père, préfet païen qui lui coupa la tête, mourut de la foudre juste après), ce qui lui vaut aussi d'être la patronne de l'artillerie dans beaucoup de pays (la Grèce notamment), et c'est plus généralement une sainte qu'on invoque dans toutes sortes de situations d'urgence.

Cela fait un certain temps que je voudrais travailler un peu sur Sainte Barbe. Il existe un ermitage de Sainte Barbe (aujourd'hui en ruine) en Espagne dans la région d'origine de ma famille paternelle, la région du Matarranya (Bas Aragon), à La Fresnada. Cette page, écrite semble-t-il par un auteur qui comme le héros du roman de Jérôme Manierski mesure les "taux vibratoires des lieux", donne une explication "énergétique" : "À l'intérieur de l'ermitage, nous avons un vortex énergétique. On calcule que lorsque ces points dépassent des valeurs énergétiques comprises entre 9 000 et 10 000 Ub, ils sont déjà propices à la méditation, au culte, etc. A ces points que nous nommerons, des tests ont été effectués entre 11 000 et 14 000 Ub" (les unités sont exprimées en fonction de l'échelle de Bovis).

Dans "Un Rector de Valdeltormo. Vida y obras del ilustre bajoaragonés D. Evaristo Colera Soldevilla" (1), l'historien Santiago Vidiella précise (p. 790) qu'un homonyme de ma famille (mon ancêtre qui était son contemporain s'appelait Juan Colera Oliver, d'Alcaniz, j'ignore s'ils étaient cousins), l'architecte Joaquin Colera a travaillé sur plusieurs édifices religieux et a notamment construit l'ermitage de Sainte Barbe de la Fresnada vers 1750.Vers 1760 il construisit aussi l'ermitage de Sainte Barbe de Maella, dans la province de Saragosse, avec ses fils Miguel, José et Vicente.

Au sud du village natal de mon père, Valdeltormo, se trouve un "tossal de Santa Bárbara" (colline de Sainte Barbe). En 2007 un groupe de femmes ,"d'un certain âge" si j'en crois le témoignage d'une cousine éloignée, vivant au Canada, Janette Planchat, (mail du 6 mai 2007) a construit sur ce tossal un petit sanctuaire en hommage à la sainte, avec des arbres autour. Au village, on invoque depuis toujours Saint Barbe contre les glissements de terrains.

----

(1) "Universidad. Revista de cultura y vida universitaria",de la Universidad de Zaragoza, con ejemplares en edición separada, Tip. La Académica, 1926;

Lire la suite

L'expédition d'Alger de 1830 et Rennes-le-Château

2 Janvier 2022 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire secrète, #Alchimie

Je me suis amusé à faire un petit décodage ce matin du roman de Roger Facon "Nicolas Flamel est parmi nous", auteur dont j'ai déjà parlé ici. Certains noms sont faciles à décrypter.

Pierre Dron, c'est René Bonnefoy secrétaire général à l'Information et à la propagande sous Vichy qui publia des romans de science fiction aux Editions Fleuve noir sous divers pseudonymes dont Roger Blondel et BR Bruss (ce que Facon retranscrit sous la forme JR Bright). Egalement peintre et sculpteur à ses heures.

La référence au meurtre de Suresnes renvoie peut-être au double meurtre de Montfort-l'Amaury de 1955 - les victimes : Roger Labaan et Louis Robinard (Christian Soreau et Pierre Halbrar dans le roman). Mais Facon le situe en 1964. Donc sur ce point je donne ma langue au chat.

Lydie Basténi c'est bien sûr Lydie Bastien, la "diabolique de Caluire" à qui Pierre Péan a consacré un livre et dont R. Facon avait parlé en détail dans ce livre de 2017. Jean Marquès-Rivière (1903-2000), théosophe scénariste du film Forces occultes est présenté sous son vrai nom. Facon affirme que, placé sous hypnose par Lydie Bastien, Marquès-Rivière se serait "souvenu" d'avoir été dans une vie antérieure un journaliste marseillais qui aurait couvert la conquête de l'Algérie en 1830. Le Trésor de la régence, placé sous la garde du dey d'Alger aurait été récupéré par les soldats du général de Bourmont.Cette histoire du trésor de la régence n'est apparemment pas une invention de l'auteur, car je lis dans la revue de Jurisprudence générale de Dalloz comme résumé d'un arrêt du Conseil d'Etat : "La prise de possession d’un pays conquis est un fait de guerre dont les conséquences ne peuvent être appréciées par la voie contentieuse du Conseil d'Etat ; et, par suite, on ne peut attaquer par cette voie la décision du ministre des finances qui refuse la restitution de sommes déposées au Trésor de la régence d’Alger, dont le Gouvernement s’est emparé. — Cons. d’Et. 6 déc. 1836". Et l'on peut lire dans un recueil de dépêches télégraphiques militaires ici :

"Toulon 23 juillet 1830, à 8 heures du soir. Le préfet maritime de Toulon, à S. Exc. le ministre de la marine et des colonies.

Le vaisseau le Marengo parti d'Alger le 15 vient d'arriver  avec quinze millions dont deux provenant du trésor français et treize provenant du trésor de la régence d'Alger." Il existait une évaluation du montant de ce trésor en 1822 ici.

En revanche le romancier dévie de la vérité lorsqu'il prétend (p. 108) que Le Sémaphore de Marseille du 21 juillet 1830 "par la plume de son correspondant parisien, révélait que l'opération d'Alger avait été montée pour détourner in fine une partie du Trésor de la Régence au profit de la cassette personnelle de Charles X". Il suffit de lire Le Sémaphore de Marseille de ce jour là (https://www.retronews.fr/journal/le-semaphore-de-marseille/21-juillet-1830/1191/2964563/1) que je reproduis ici à droite pour constater que c'est faux : le billet sur l'Algérie ne dit rien de ce que R. Facon lui attribue.

Voilà qui affaiblit le reste de son "narratif" sur le fait que le journaliste marseillais, un certain Loiseau, parti d'Alger à bord du navire L'Orgueilleux le 16 juillet 1830 avec 24 caisses et 14 barils le 16 juillet 1830 sous la supervision du général Alphonse Henri d'Hautpoul ne revint jamais en Provence : il vécut à Londres et Paris sous des identités d'emprunt puis mourut à Madrid en 1861.

Selon le roman de Facon (p. 78), Lydie Bastien, grâce aux "régressions" de Marquès-Rivière à mettre la main dans une cave parisienne sur six lingots d'or et un collier de rubis en provenance d'Alger, et, en 1944, sur 6 autres lingots d'or dans une cave de la Casbah.

La source de cette information est Marcel Dana, le sculpteur de Montmartre que dans son roman R. Facon appelle Marcel Anad (p. 69). Dans son livre de 2017, R. Facon précisait que Dana était un petit fils de Léon Patin (décédé en 1941), maître mineur anarchiste et alchimiste, qui est lui-même l'arrière grand-père de l'auteur. Il aurait été chargé par l'ésotériste Fulcanelli (qui serait né en 1840) d'espionner Lydie Bastien et son réseau.

Fin mai 1944, selon le roman de Facon, Lydie Basténi (Lydie Bastien) et son amant "Didot" (René Hardy) étaient à Alger où celui-ci devait occuper un rôle important auprès du chef du mouvement de résistance Combat, jusqu'à fin août où il regagna la France, Lydie Bastien restant à Alger jusqu'en octobre, semaines pendant lesquelles elle avait réalisé des "fouilles archéologiques sauvages" pour retrouver une partie du trésor.

Dana aurait retrouvé fin 1945 (quelques mois avant de mourir des effets de la magie noire du Dr Alexandre Rouhier, pharmacologue versé dans la sorcellerie mexicaine que le roman appelle le Dr Hourié) une cargaison d'Alger vers la France (le Marengo cité dans la dépêche du 23 juillet 1830 ci-dessus) avec des lingots d'or, parti le 14 juillet 1830.

Auparavant Anad (Dana) inspiré par Léon Patin serait parti à Gisors (la cité templière dans l'Eure) en 1942 à la recherche d'une épée ramenée d'Angleterre par les moines d'Anchin à la veille de la fondation des templiers (en 1118), Gisors où se trouverait aussi le trésor d'Alger. Il y aurait trouvé selon Valentin Bresle des pièces d'or datant du règne de Charles le Chauve et Philippe Auguste, ainsi que des bijoux dans des sarcophages. Plantard, le fondateur du Prieuré de Sion, qui à 22-23 ans fréquentait les cercles du Dr Rouhier et de Lydie Bastien, aurait en vain orienté après-guerre les gaullistes du RPF vers Gisors pour y trouver ce trésor, tandis que l'abbé Saunière aurait trouvé 50 ans plus tôt  à Rennes-le-Château (cette cité qui nourrit tant de fantasmes dans le New Age) une partie du trésor dans la tombe de Marie de Nègre d’Ables, épouse de François d’Hautpoul, une cousine du général Alphonse Henri d'Hautpoul...

Mais, bon, comme on le disait, tout cette histoire du détournement du Trésor de la Régence relève du roman. Il n'y a donc pas de lien réel démontré entre ce trésor et Rennes-le-Château.

Lire la suite