Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Déchéances littéraires

27 Novembre 2021 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées

Je crois qu'il n'y a pas dans l'histoire littéraire de personnage plus odieux que George Sand. Marguerite de Navarre fut seulement vaine, Victor Hugo funèbre même quand il se croit lumineux. Avec George Sand, on gravit une marche encore dans la déchéance spirituelle. Certaines anecdotes de la vie d'Eugène Pelletan le prouvent.

Lire la suite

Un médium "chrétien" en Corrèze - encore une illustration des dangers

26 Novembre 2021 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #Médiums

Je regardais il y a peu une interview de 2016 d'un médium corrézien qui se disait catholique pratiquant, doué d'un don de naissance qu'il exerçait sans boule ni accessoire, par une chaîne qui accueille tous les hérétiques et néo-païens de la Terre. J'avoue, que, intrigué, j'ai failli mordre à l'hameçon d'autant que le bonhomme est fils de républicain espagnol comme moi (et même de tendance anarchiste de son côté) alors que sa mère est française catholique. J'ai failli croire qu'il pouvait y avoir une bonne médiumnité chrétienne jusqu'aux dernières minutes de l'interview où le voyant avoue qu'il a poussé vers le suicide un jeune homme auquel il avait annoncé une belle histoire d'amour (mais l'histoire a capoté et basculé dans le drame). Cela m'a fait penser à cette journaliste maintenant directrice de rédaction d'un magazine "éco-féministe", qui, il y a cinq ans, m'avait raconté comment une voyante l'avait conduite à s'amouracher d'un homme, dont elle avait décrit par avance toutes les caractéristiques au vu de ses cartes, et qu'elle avait effectivement rencontré peu de temps après mais qui s'était révélé être finalement un pervers narcissique très destructeur. Au vu de ce que raconte ce médium dans l'interview, je n'ai pas l'impression qu'il ait tout à fait compris à quel processus il a participé lorsqu'il a engagé ce jeune dans une passion fatale. En tout cas cela m'a confirmé qu'il faut rester éloigné à des années-lumières de la voyance, quelle que soit la couleur religieuse qu'elle affiche.

Lire la suite

Un mot sur le rav Ariel Cohen Alloro et l'ordre des douze apôtres

25 Novembre 2021 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #Histoire secrète

Les Chrétiens savent par Saint Paul que le salut viendra par les Juifs et il est connu dans la tradition catholique que les Juifs reconnaîtront un jour Jésus comme messie des derniers, tout comme les chrétiens et les musulmans l'ont reconnu. Un rabbin, Ariel Cohen Alloro, s'emploie à faire reconnaître Yeshoua (Jésus) comme messie d'Israël à partir d'un point de vue à 100 % juif, kabbalistique et loubavitch et il veut mettre en oeuvre toutes les procédures officielles pour obtenir le rachat de Jésus par son propre peuple. Ses conférences existent en français et en anglais sur cette chaîne YouTube.

Sa lecture de la Torah, et de l'Evangile comme prolongation de la Torah (et même partie intégrante de la Torah) est utile à plus d'un égard, ne serait-ce que pour ne pas en rester au niveau de superficialité de compréhension à laquelle nous condamne une trop grande coupure avec le judaïsme.

Par exemple, prenons cette "anecdote" bien connue citée en Luc 22:24 et en Marc 9:34, et encore Luc 9:46 : les disciples débattent pour savoir lequel sera le plus grand dans le royaume des cieux.

Plus d'une fois j'ai entendu des prêtres catholiques expliquer que c'était simplement là le reflet de nos faiblesses humaines destiné à nous rappeler seulement que nous devons rester humble. C'est une façon de rabaisser complètement la vocation des apôtres. En écoutant Ariel Cohen Alloro, on comprend que les 12 apôtres (schlechim) représentent les 12 tribus d'Israël, et que dans l'univers juif, l'ordre classement des tribus est très important. Il est donc tout à fait normal que les disciples aient discuté de la question de savoir lequel serait classé en premier, pour savoir à partir duquel l'on devrait compter.


Par ordre de naissance (Deut 27 :12-13)
1er Simon = Shimon . Il est le deuxième à être né. On lui fait  correspondre le mois de Iyar qui est le deuxième du calendrier juif.     
2° : andré : Lévi  
3° Yakov : Yéhouda  Jacques le Majeur
4° Yohannan  Jean : Issachar
5° Philippe = Zebulon
6° Nathanael Batholomé = dan

Si on prend l’ordre des drapeaux dans le désert qui est aussi un ordre légitime pour le classement des tribus
Simon est le 5ème , on lui fait correspondre le mois de Av אב 5ème en partant de Nissan

Cela donne alors
André = tribu de Gad
Jacques le Majeur = Ephraim
Jean = Menasse
Philippe = Levi

Les deux Jacques, le majeur et le mineur sont à 6 mois de différences, symétriques, donc reliés.

Le rav Ariel Cohen Alloro tire de ces classements des remarques très importantes sur Nethan El (Dieu a donné) Bar Talmai (Bartholomé), qui est le sixième disciple alors que 6 correspond à la tribu de Dan (la tribu du serpent, je vous renvoie à mon livre sur le complotisme protestant à ce sujet) quel que soit l'ordre de classement retenu par la Torah. 6 étant le chiffre du mensonge (par exemple dans 666), duquel une vérité peut être extraite pour accélérer la venue du Messie (qui a une valeur numérique égale à nachach serpent, ce pourquoi Jésus dit que le serpent devra à nouveau être érigé sur un bâton pour guérir le monde comme Moïse le fit avec le serpent d'airain). Nethan El  est rattaché au figuier, arbre de vie du Jardin d'Eden (Jean 1 :45-51) - assis sous le figuier comme le serpent - et Jésus le qualifie de personne de vérité.

Trois apôtres ont la même place quel que soit le classement. Simon-Pierre que l'on prend comme premier dans le décompte, Dan qui est le 6ème, et Judas Iscariote qui correspond à la tribu de Ruben. Judas est le traître et pourtant le frère du patriarche Joseph dont Jésus prolonge la mission à destination des nations, n'a pas pris part à la vente de son frère (ce qui fait penser au rabbin que peut-être l'évangile de Myriam serait plus authentique - mais le rav se trompe sur ce point : cet évangile ne réhabilite pas Judas, en outre Jésus dit que le dernier sera le premier, et Judas est le 12ème dans les deux ordres retenus).

On n'est pas obligé de pousser si loin l'enthousiasme pour le paradoxe, évidemment. Mais on peut tout de même relever que ces remarques sont intriguantes.

C'est aussi chez Cohen Alloro que vous trouverez l'explication la plus brillante sur la femme entre soleil et lune dans l'Apocalypse (Ap 12:2) : tous les prêtres catholiques n'ont aucune idée de la raison pour laquelle "la lune est sous ses pas" comme dit le cantique. Ses remarques sur les quatre cavaliers de l'Apocalypse reliées aux caractéristiques du Machiach Ben Yossef et du Machiach Ben David sont aussi intéressantes.

Lire la suite

La tête de métal d'Albert le Grand

18 Novembre 2021 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées, #Histoire secrète

Taylor Marshall aujourd'hui rappelait qu'on prête à Albert le Grand, dont c'était la fête avant hier, l'invention d'une tête de métal qui parle et répond aux questions qu’on lui pose. L'ancêtre de l'assistant vocal Alexa en quelque sorte... Cela fait penser à la tête mantique d'Orphée (il y a aussi une histoire de tête mantique à la chute de Rome, je ne sais plus chez quel auteur). Décidément on prête beaucoup au fondateur de la scolastique. La semaine dernière une amie me disait que son frère ainé intéressé par des grimoires attribués (à tort) à Albert le Grand, avait eu jadis de très graves problèmes.

Lire la suite

A propos des questions posées par "Bâtisseurs de l'ancien monde"

16 Novembre 2021 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire secrète, #Histoire des idées, #Pythagore-Isis

RMC Story diffusait le 9 novembre dernier le documentaire en trois parties "Bâtisseurs de l'ancien monde" (BAM), qui avait été diffusé au studio Galande à Paris le 11 septembre 2018.

Du temps où j'étais sous l'influence des médiums en 2014, j'avais commencé à m'intéresser au débat à propos des travaux des travaux de Jacques Grimault et son documentaire "La Révélation des Pyramides" (LRDP - voyez la discussion qu'en fait le blog Taiknologie). J'avais ensuite détaillé les recherches scientifiques complémentaires qui permettaient d'élargir la problématique, tout en la mettant en perspective avec l'approche chrétienne de LA Marzulli (cf mon point là-dessus en novembre 2019). Mon livre sur les Nephilim a repris cela.

Maintenant la perspective est encore élargie par Patrice Pouillard dans ce nouveau documentaire, sur un ton plus humble que LRDP. Le documentaire commence par les moai de 80 tonnes des Rapa Nui, sur l'île de Pâques : comment ont-ils été déplacés ? Pourquoi les "ahu" (plateformes de pierre) n'ont-elles pas toutes été construites avec la précision de  l'Ahu Vinapu tourné vers le solstice d'hiver ? La construction fait penser aux Incas. A Cuzco le chamane Mallku Aribalo y développe le thème d'un empire pacifique, dont le documentaire va aussi chercher la preuve dans la ville sans fortification de Caral-Supe (en - 3 000). Le documentaire examine les points communs avec le Machu Picchu, en attirant toutefois l'attention, sur ce dernier site, sur les blocs d'andésite plus anciens qui se rejoignent parfaitement sans ciment. Les formes polygonales y ressemblent à celles de l'île de Pâques, et à celles de la vallée du site de Ghizeh en Egypte (22 ème minute). Sacsayhuaman et Ollantaytambo présentent aussi les mêmes caractéristiques. On ne comprend pas la cohabitation de ce style avec des assemblages de petites pierres moins bien assemblées construites dessus pour réparer les constructions.

Tiahuanaco en Bolivie est censée ne pas dater de la même époque puisque la ville aurait été une capitale eu IXe siècle. Le site n'est qu'une reconstitution. A 1 km de là Puma Punku, site pré-inca aurait été détruit à cause d'un différend entre chamanes. Le géologue Erik Gonthier met en valeur la capacité humaine pour ne pas retomber facilement dans la théorie des "anciens astronautes". Tout est fait avec une lamelle de cuivre, ce que pense aussi Pouillard. Avec un rugosimètre sur un bloc, Gonthier mesure 31, 653 microns d'écart entre le point le plus haut et le point le plus bas de la surface.

A propos de Puma Punku, il y a un dossier intéressant que n'aborde pas  le documentaire concernant les monuments en forme de H et le fait qu'il s'agit de géopolymères, donc des roches moulées et non taillées. Cette découverte a été faite par Joseph Davidovits qui avait fait le même constat à Guizeh (sauf qu'en Egypte les géopolymères sont faits à base de calcaire, à Puma Punku c'est de l'andésite). On a parlé sur ce blog de Joseph Davidovits à propos de ses travaux sur le patriarche Joseph.

Notez que le site Archéologie rationnelle en mai 2020 a essayé de "debunker" le passage sur Puma Punku ici. Sur la question de l'ancienneté, il estime que ce n'est pas parce que les gros blocs se situent à la base qu'ils sont plus anciens, et que des cultures incas très différentes ont pu contribuer à l'archéologie des sites observés. Sur le rugosimètre, il précise : "qu’un rugosimètre de par la taille de son diamant peut mesurer la rugosité d’une surface de seulement quelques millimètres et non de toute la surface d’un pan d’un bloc... Or, la planéité ne se mesure pas sur juste quelques millimètres. "

Le site reproche la même erreur à l'ingénieur Christopher Dunn qui a appliqué la même méthode à l'égyptologie, dont j'avais cité les travaux en 2019. La question du biais cognitif que pose l'utilisation du rugosimètre constitue une hypothèque importante qui pèse sur l'ensemble du documentaire...

Le débat est assez technique sur la faisabilité à la main des surfaces planes et les conditions de déplacement des blocs. Erik Gonthier soulève le même problème un peu plus loin dans la région du Bihar en Inde (Lomas Rishi, Sudama, Karan Chopar, Visva Zopri, Vapiyaka, Vadathika, Gopika). Il s'y ajoute le problème celui de la brillance et celui de l'évacuation  des poussières car les constructions sont dans des grottes. Là encore la question suscite quelques sarcasmes, par exemple sur ce site qui s'exclame "On parle d’un souterrain là, pas d’aller sur la Lune ! C’est complètement con comme questions, les caveaux souterrains ne sont certes pas bien ventilés mais on y respire très bien, personne n’a besoin d’un scaphandre pour s’y balader ! "

"Pourquoi ce besoin de précision ?" poursuit le documentaire.

Au Sérapéum de Saqqarah se pose à nouveau la question du transport des coffres massifs en granite depuis les carrières d'Assouan. Là encore la question suscite des polémiques sur Internet parce que l'évaluation du poids des coffres à boeufs n'est pas sourcée (voir ici).

Les blocs de Puma Punku ont des dimensions ont des valeurs rondes en centimètres (22 cm, 60 cm, 100 cm). Puisque le mètre fut calculé à partir de la circonférence de la Terre le documentaire avance que les Incas devaient avoir des informations à ce sujet.

Phi, le nombre d'or (1,618) se trouve dans les végétaux, les minéraux, les animaux. La coudée royale égyptienne 0,5236 mètres un sixième de pi (que les Egyptiens ne connaissaient pas). Pascal Waringo, maître artisan, explique que le pied fait 32,36 (vingt fois phi). La hauteur de la grande pyramide par les deux côtés de sa base en mètres fait pi, et cette dimension moins celle-ci donne pi fois cent. L'ingénieur Robert Vincent a expliqué dans un de ses livres que la coudée royale médiévale française avait la même valeur que la coudée royale égyptienne.

L'empan fait 20 cm. Le mètres et un 40 millionième de la circonférence de la Terre. Quentin Leplat fait valoir que beaucoup de portes d'églises mesurent 1 mètre, de même que les portes qui font circuler d'une tour à l'autre à Chambord.  Dans un des sites ce chercheur explique que Les mesures romaines sont issues  d'une connaissance géodésique bien antérieure. Le pied romain existe chez les Ibères entre -5000 et -3000. Pied Romain, coudée de Nippur, Coudée Royale, Yard mégalithique et bien sur le mètre sont des mesures reliées à une époque qui est bien antérieure au plus ancien textes dont nous disposons : on trouvera en commentaire de cette page une contestation de ses assertions par un spécialiste des mesures lui-même contesté ici.

Tout cela fait déboucher sur l'hypothèse de legs de civilisations antédiluviennes qui auraient transmis un savoir supérieur. O nous dit qu'il a existé une période appelée le Dryas récent pendant laquelle il y a eu des changements climatiques importants. La température a chutée de 7°C puis est remontée de 10°C, ce qui a entrainé une montée des océans de l'ordre de 120m.

On retrouve d'ailleurs des vestiges engloutis. Notamment dans l'océan Indien. Le tsunami de 2004 a eu pour effet de découvrir pendant 30 minutes des vestiges proches des côtes.

Un vestige possible du mythique continent de Kumari Kandam dont parle la tradition Tamoule, et souvent souvent associé à la Lémurie (cf le livre Graham Hancock).

Je n'en dis pas plus dans ce billet déjà trop long. Il s'agissait seulement d'exposer ici les pistes de réflexion du documentaire, source de discussions nombreuses. On y reviendra peut-être à l'occasion.

 

Lire la suite

Un récit d'Alexandre Dumas à propos du Mapah

7 Novembre 2021 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire secrète, #Histoire des idées, #Médiums

Parmi les personnages dangereux du XIXe siècle français, le mage androgyne Simon Ganneau ou Gannot (1806-1851) surnommé « Le Mapah » était une curiosité majeure du Tout-Paris des années 1840. Eliphas Levi affirme que si l'écrivain Esquiros publia L’Evangile du Peuple en 1840, qui annexait Jésus à la cause du socialisme, et lui valut huit mois d’incarcération à la prison de Sainte Pélagie, ce fut du fait de l’influence intellectuelle ou parapsychique de Ganneau. Il attribue même l'origine de la révolution de 1848 à un pauvre Parisien magnétisé par celui-ci.

Voici une sombre histoire que raconte Alexandre Dumas à son sujet dans ses Mémoires tome 8. J'ai trouvé intéressant le passage sur la manipulation de la nuque. Peut-être le professeur Fourtillan qui connaît bien le fonctionnement de l'encéphale et de la glande pinéale située plus haut dans le cerveau aurait-il des choses à dire à ce sujet. Il est aussi instructif d'apprendre que le Mapah détestait le vol : les âmes perdues n'ont jamais tous les vices à la fois. Ceux qui s'intéressent à l'histoire de la médiumnité, observeront qu'une fois de plus ici le magnétisme dérive de la pratique d'une "para-science" (la phrénologie) comme aujourd'hui de la naturopathie, de l'ostéopathie etc.

"Sur le boulevard Bonne-Nouvelle, où il demeurait alors, les passants ont pu observer une tête servant d'enseigne, et sur le crâne chauve de laquelle un artiste quelconque avait peint en bleu et en rouge la topographie cérébrale des facultés, des sentiments et des instincts; cette tête cabalistique indiquait qu'on donnait des consultations de phrénologie. Maintenant, il est bon de dire comment Gannot était arrivé à l'apogée de la science des Gall et des Spurzheim. Fils d'un chapelier, il avait remarqué, tout enfant, dans la boutique de son père, les formes si diverses de chapeau en rapport avec les formes si variées de la tête. Il s'était ainsi créé un système phrénologique à lui, qu'il développa plus tard par l'étude superficielle de l'anatomie.

Gannot était médecin, ou, pour mieux dire, officier de santé; ce qu'il avait appris tenait peu de place dans sa mémoire mais, doué d'un tact fin et pénétrant, il analysait avec une espèce de seconde vue les caractères et les têtes qui tombaient sous sa main.

Un jour qu'accablé par une perte d'argent qu'il venait de faire au jeu, ne trouvant plus devant lui que misère et désespoir, il s'abandonnait aux plus sombres résolutions, une femme du monde, belle, jeune riche, descend de voiture, monte son escalier, et frappe à sa porte.

Elle venait demander au devin la bonne aventure de sa tête. Si magnifique créature qu'elle fût, Gannot ne vit ni elle, ni sa beauté, ni son trouble, ni son hésitante rougeur elle s'assit, ôta son chapeau, découvrit d'admirables cheveux blonds, et livra sa tête au phrénologue.

Le docteur mystérieux passa négligemment sa main dans ces ondes d'or.

Son esprit était ailleurs.

Rien pourtant de plus riche que les plans et les contours qui se développaient sous le toucher du maître. Au moment où sa main arrivait à un endroit situé à la base du crâne que le vulgaire appelle la nuque, et que les savants nomment l'organe de l'amativité, soit qu'elle eût vu Gannot des longtemps, soit sympathie magnétique et instantanée, cette femme fondit en larmes, et, jetant ses bras autour du cou du futur Mapah: Ah! s'écria-t-elle, je vous aime!

Ce fut un rayon nouveau dans la vie de cet homme. Jusque-là, Gannot avait connu les femmes; il n'avait pas connu la femme. A une vie de folles débauches, de jeu, d'émotions violentes, à une vie répandue sur l'asphalte du boulevard, sur le parquet des tripots, dattes allées du bois, succéda une vie d'amour solitaire; car, cette belle inconnue, il l'aima jusqu'à la folie, jusqu'à la rage.

Elle était mariée.

Souvent, dans leurs heures de délire, quand venait le moment de se quitter, des pleurs plein les yeux, des sanglots plein la poitrine, ils conspirèrent la mort de l'homme qui était un obstacle à leur enivrante passion; mais ils en restèrent à la pensée du crime. Du moins, elle voulut fuir avec lui: la fuite fut convenue, le jour arrêté; mais, ce jour-là, elle arriva chez Gannot avec un portefeuille garni de billets de banque pris dans le portefeuille de son mari : Gannot eut horreur du vol, et refusa l'argent.

Le lendemain, elle vint sans autre fortune que la robe qu'elle portait sur elle; pas une chaîne d'or à son cou, pas une bague à son doigt.

Ce jour-là, il l'enleva.

La vie de cet homme, compliquée de cet élément nouveau, prit plus que jamais son vol à travers les régions impossibles; c'était une de ces natures qui vont à tous les emportements. Si ce principe de M. Guizot est vrai « On tombe toujours du côté où l'on penche, » le Mapah ne pouvait manquer de tomber un jour ou l'autre il penchait de tous les côtés ! Le jeu et l'amour satisfaisaient admirablement les instincts merveilleux de cette vie excentrique ; les maisons de jeu fermèrent ! la femme qu'il aimait mourut !

C'est alors que le dieu naquit chez lui de l'amant inconsolable et du joueur rentré.

Il fit une maladie pendant laquelle le spectre de cette femme morte le visita toutes les nuits, et lui révéla les dogmes de sa religion nouvelle. En proie à ces hallucinations de l'amour et de la fièvre, Gannot s'écoutait lui-même dans la voix qui lui parlait. Mais iI n'était déjà plus Gannot. Il se transfigurait."

Lire la suite