Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #otium cum dignitate tag

"L'Histoire du Monde" sur France 5

26 Novembre 2012 , Rédigé par CC Publié dans #Otium cum dignitate

dialogue-sur-les-aleasComme vous le savez, je me suis amusé il y a deux ans à publier quelques réflexions sur l'histoire du monde, sous le titre "Dialogue sur les aléas de l'histoire".

 

Je regardais récemment une partie du documentaire consacré par la BBC à l'histoire du monde précisément et diffusé sur France 5, plus précisément la partie consacrée à la période allant de - 300 à + 700 que l'on peut encore voir ici. Ce documentaire qui n'est pas dépourvu de qualités reflète évidemment les préoccupations de notre époque : les thèmes écologiques, un intérêt appuyé pour le rôle des femmes, une volonté de couvrir toutes les zones du globe tout en se gardant de les présenter sous un angle synchronique - afin de permettre une mise en valeur de l'apport de chacune de ces zones sans comparer leurs niveaux de développement respectifs à chaque moment relaté.

 

Ce genre d'émission a du bon, bien qu'on puisse en contester certains partis pris. Je regrette cependant qu'il puisse encore s'y trouver des erreurs factuelles. Pour n'aborder que la civilisation que je connais le mieux (la civilisation romaine), il n'est pas normal par exemple qu'on prétende dans ce documentaire que César et Cléopâtre se considéraient comme des dieux vivants, quand on sait que la question n'a cessé de faire débat dans l'histoire en ce qui concerne César (il est peu probable que le "divin Jules" se soit pris pour un dieu, on l'a assassiné parce qu'on le soupçonnait de le croire, mais c'est un fait contestable, et notons que même au sommet de l'absolutisme du principat dans les décennies qui suivirent les empereurs n'étaient divinisés qu'après leur mort). Quand le documentaire choisit d'évoquer le martyre de Perpétue (qu'il s'obstine à appeler Perpetua sous une forme latine comme c'est la tradition en Angleterre, mais la tradition française est de franciser, c'est pourquoi on dit César et non Caesar), il y a aussi matière à s'interroger, Je vous rappelle le récit du martyre de cette sainte que j'évoque dans mon livre sur la nudité : « Elle fut enlevée, lancée en l'air (par un ours) et retomba sur le dos. Dans la chute, sa tunique fut largement fendue, elle la rapprocha afin de se couvrir les jambes, plus attentive à la pudeur qu'à la douleur » (cf le Recueil de pièces authentiques) et je vous laisse vérifier par vous mêmes dans le documentaire (dans les 20 dernières minutes) si c'est bien ainsi qu'il présente les choses ! (je serais curieux de savoir d'ailleurs ce qui autorise les auteurs de cette production à retenir la version qu'ils présentent - par exemple le fait de faire comparaître Perpétue dans l'arène dans une très peu vraisemblable robe d'aristocrate plutôt qu'en tunique - plutôt que celle-ci sachant de toute façon que tous les écrits hérités du IIIe siècle ont été largement recomposés et chargés de légendes).

Lire la suite

Guennadi Ulibin

15 Septembre 2012 , Rédigé par CC Publié dans #Otium cum dignitate

Notre collègue blogueur argentin Ruben Reveco, grand défenseur de la peinture réaliste (d'où le nom de son blog "Resistencia realista") a déniché encore une pépite : le peintre russe (basé en Espagne) Guennadi Ulibin (je suppose qu'une transposition française plus "classique" du russe imposerait plutôt qu'on écrive "Oulibine"). Voilà un homme qui peint des portraits comme de photos, en joutant à cela une ambiance étonnante.

 

On peut se faire une idée de son travail, en regardant la vidéo ci-dessous (je recommande de couper la musique).

 

Peu de choses sur Internet à propos de cet artiste. Catherine La Rose, artiste blogueuse qui vante aussi d'autres auteurs de nus sur son site, produit une belle collection de ses photos et évque cette "énorme énergie" qui émane de ces corps confrontés à la solitude des paysages et aux sihouettes inhumaines des machines qui les entourent. La galerie de l'artiste est ici.

 

 

Lire la suite

Une sourate qui m'intrigue

12 Novembre 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Otium cum dignitate

« O hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle et Nous vous avons désignés en nations et tribus, pour que vous vous entreconnaissiez ».
Coran 49 – 13
Lire la suite

"What is more enlightened"

25 Janvier 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Otium cum dignitate

Une remarque très juste que je trouve dans les commentaires sur you Tube sous http://www.youtube.com/watch?v=599AzvrUqo0 et qui me fait penser aux lignes d'Octave Mirbeau sur le massacre de la famille royale de Ceylan par les anglais :

Actually, only Caesarion was executed.Out of the rest of Cleopatra's children, Caesarion was a threat because not only does he bear Caesar's name, but also stands in the way of legit rule as son of Caesar. the rest of Cleo's children were cared for and raised by Octavia. Cleopatra Selene herself became a royal queen. Seriously, imagine if they existed during the 19th c. english rule. None of them would stand a chance. Comes to show what is more enlightened, the romans or the english. 
Lire la suite

La série "Rome"

17 Janvier 2009 , Rédigé par CC Publié dans #Otium cum dignitate

Je regarde en ce moment en DVD la série "Rome", une co-production HBO-BBC, qui fut diffusée sur Canal+. Il faut louer l'intention des auteurs de cette série qui ont entrepris de mettre en scène la fin de la République, sujet passionnant et complexe assez peu traité à l'écran. La série a du charme, elle échappe heureusement à de nombreux clichés des péplums pour restituer un certain exotisme de Rome (dans le rapport à la religion notamment, mais aussi le machisme, la violence, la prégnance des hiérarchies sociales, autant d'éléments étrangers à nos cultures, ou en tout cas très atténués).

Quelques défauts cependant. Diverses particularités de la mentalité romaine sont complètement passées sous silence, surtout le rapport à la famille élargie (gens) et aux ancêtres (dont les effigies trônaient à l'entrée des maisons patriciennes) sans lesquels on ne peut pas comprendre la politique de cette époque. Certains partis pris contestables sont adoptés (par exemple dans la valorisation de la sexualité : celle-ci était présente à Rome comme partout, mais avec certains tabous dont le film ne rend pas compte). Surtout, le parti pris "pro-césarien" de Rome (qui va bien avec l'esprit de notre temps) va à l'encontre du témoignage des principaux historiens de l'époque ou immédiatement postérieurs. Caton n'était pas ce vieil homme intégriste et pervers que décrit le film, et le déclenchement de la guerre civile n'est nullement imputable à un outrage à la fonction tribunicienne de Marc-Antoine voulu par Caton (Caton était au contraire le défenseur des fonctions républicaines, quelles que soient la couleur politique et la personnalité de celui qui la porte, même les césariens de l'époque n'ont pu lui dénier ce mérite). Il est aberrant que le film fasse l'impasse sur toutes les basses manoeuvres de César pendant et après sa victoire en Gaule. D'une manière générale il existe un grand aveuglement sur les intentions "démocratiques" de ceux que leurs adversaires appelaient les populares, et dont César était le leader après ses succès gaulois. Une série qu'il ne faut donc pas prendre au pied de la lettre, mais qui reste agréable à regarder.
Lire la suite

Des nouvelles de mon village pyrénéen

19 Janvier 2008 , Rédigé par CC Publié dans #Otium cum dignitate

Une fois n'est pas coutume, voici quelques nouvelles de la commune où j'ai grandi et où je suis encore électeur, Jurançon. Celle-ci va accueillir un centre de stockage de CO2 - quelle chance !

Lire la suite

La procession de El Encuentro à Alcañiz

6 Avril 2007 , Rédigé par CC Publié dans #Otium cum dignitate

Comme promis voici la vidéo de la procession de El Encuentro à Alcañiz vue mardi dernier, le 3 avril. Le journal local La Comarca en dit aussi un mot sur http://www.lacomarca.net/noticia.asp?m=6195&s=1

La vidéo est accessible sur : http://www.youtube.com/watch?v=qmCaIKRoe3Q ou en cliquant ci-dessous

Cette bourgade d'Aragon très éloignée de tout, d'où vient ma famille paternelle, est très attachante. En outre il est toujours étonnant de constater avec quelle aisance les Espagnols vivent leurs traditions populaires, s'en imprègnent, tout comme ils s'immergent aisément dans les conversations, la vie quotidienne de leur communauté, là où nous autres français recherchons davantage la distinction, l'intellectualisation de l'échange, la rupture avec l'héritage historique. Je ne crois pas, dans ce propos, projeter mes propres particularismes d'intellectuel bourgeois. Il y a bien, dans la manière d'être espagnole, quelque chose de plus communautaire, de moins marqué par l'esprit de concurrence inter-individuelle (parce que moins marqué également par les travers que le centralisme étatique français imposait à sa population). Les Espagnols sont moins en guerre contre eux-mêmes que les Français. Et, à travers cette socialisation pacifiée, s'illustre une autre forme d'animalité humaine que celle que nous-mêmes vivons.

 

Lire la suite
<< < 1 2