Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles récents

Les Nephilim et les pyramides mayas : deux hypothèses chrétiennes

1 Janvier 2021 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #Histoire secrète

Dans mon livre sur les Nephilim (cf ici) j'ai évoqué les travaux de LA Marzulli sur les pyramides. Cette veine d'interprétation chrétienne part du principe que les géants issus de la descendance des Fils de Dieu mentionnés en Genèse 6:1-4 ont construit les pyramides et divers autres mégalithes en Egypte, en Amérique centrale et ailleurs. En général, les chrétiens qui suivent ce schéma d'interprétation contournent le fait que les historiens laïques attribuent aux pyramides une naissance très postérieure aux temps qu'est censée évoquer la Genèse par le fait qu'il n'y a pas de datation possible au carbone 14 pour les pierres de sorte que l'agencement de celles-ci serait antérieur aux civilisations auxquelles on l'attribue.

Il existe une autre voie exégétique chrétienne possible que mentionne ici le prédicateur protestant Gene Kim (cf ci-dessous). Il explique que, puisqu'on a retrouvé des pièces phéniciennes en Amérique latine, on peut concevoir que des géants cananéen survivants de la lignée enfantée en Genèse 6:1-4 mentionnés en Nombres 13.1-33 ont pu naviguer à travers l'Atlantique, par les airs ou par la mer, et y installer les pyramides à l'époque de Moïse voire ultérieurement pour qu'ensuite Satan puisse prendre appui sur cette civilisation "nephilimique" pour contrer l'influence christique en Europe à travers la figure de Quetzalcoatl.

Une petite originalité...

Lire la suite

DMT : de l'ayahuasca à la glande pinéale

26 Décembre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire secrète, #Anthropologie du corps

Dans les années 1990, explique un article de Scott McGreal dans Psychology Today, le psychiatre Rick Strassman a mené une recherche pionnière sur les effets de la substance psychotrope appelée DMT (diméthyltryptamine), décrite dans son livre DMT: The Spirit Molecule (DMT : la molécule spirite). C'était la première fois en plus de 20 ans que le gouvernement américain autorisait des études humaines sur les drogues psychédéliques.

Les volontaires, qui étaient tous des utilisateurs expérimentés de ce genre de stupéfiant, ont découvert que de fortes doses de DMT avaient un effet psychédélique qualifié d' "écrasant et instantané", que Strassman a décrit comme un "canon nucléaire". La plupart des volontaires ont très vite perdu conscience de leur corps et de leur environnement, et l'effet maximum a été atteint au bout de deux minutes. Puis pendant environ 30 minutes, ils ont fait des expériences comme s'ils avaient les yeux ouverts : des couleurs plus vives, plus intenses et plus profondément saturées que dans la conscience normale ou les rêves . De nombreux participants ont vu des motifs géométriques kaléidoscopiques, ainsi que des scènes concrètes reconnaissables. En règle générale, les participants ressentaient une anxiété initiale face à l'effet de précipitation, qui était fréquemment suivi d'une euphorie intense, bien que des émotions plus ambiguës, telles que la peur.et l'excitation, étaient également constatées. Une fois passé l'effet de confusion, une certaine clarté est revenue. «Environ la moitié» des 60 volontaires sont entrés dans ce qu'il a décrit comme des «niveaux d'existence autonomes et indépendants» de nature très inhabituelle. Ils se retrouvaient dans des lieux habités par des «entités», des «extraterrestres», des «guides» et des «aides». Celles-ci sont apparues sous diverses formes, telles que des clowns, des reptiles, des mantes, des abeilles, des araignées, des cactus et des bâtons.

Ces êtres ont été mentionnés par d'autres enquêteurs, dont  Terrence McKenna, qui les a décrits comme des «elfes de la machine auto-transformants». Ces êtres semblaient les attendre. Ils les soumettaient à des sortes d'examens et communiquaient avec eux  par des gestes, de la télépathie ou de l'imagerie visuelle. Parfois, les entités semblaient aimantes et attentionnées, d'autres fois émotionnellement détachées. Strassman a noté les parallèles frappants entre ces expériences de contact d'entités et les récits d'enlèvement extraterrestre.

De nombreux volontaires ont refusé de croire que ces expériences étaient des hallucinations ou des rêves, car elles semblaient trop réelles. Strassman a déclaré être au départ assez déconcerté et mal préparé à la fréquence de ces expériences de rencontre avec des entités. Lui-même en est venu à l'idée que ces entités étaient réelles.

"La raison pour laquelle les gens rencontrent ce qui semble être des entités non humaines sous DMT mais pas avec d'autres drogues est actuellement inconnue." observe Scott McGreal.  On sait en tout cas que c'est cette substance qui assure l'efficacité de l'ayahuasca une drogue entéogène à la base aujourd'hui de religions organisées au niveau mondial (voir ici).

Strassman a remarqué aussi que la glande pinéale, qui joue un rôle fondamental dans l'ouverture du troisième oeil, ou qui est peut-être elle-même le "troisième oeil" est une source de création naturelle de DMT dans le corps humain. En outre, une hypothèse récente proposé par David Klein, chef de neuroendocrinologie à l’Institut national de la santé infantile et du développement humain (NICHD), suggère que la glande pinéale était une rétine primitive, et qu’elle a exercé la double fonction à la fois de capturer l’image et de produire la mélatonine.

Il estime qu’au fil du temps cette dernière fonction a migré vers la glande pinéale.  La glande pinéale contient une carte complète, du champ visuel des yeux, et elle joue plusieurs rôles importants dans l’activité humaine.  Il y a une voie à partir de la rétine à l’hypothalamus, appelé le tractus rétinohypothalamique.  Il apporte des informations, sur les cycles de lumière et de l’obscurité, dans une région de l’hypothalamus, appelée le noyau suprachiasmatique (NSC).

Du NSC, le nerf laisse voyager les impulsions, via le nerf pinéal (système nerveux sympathique) à la glande pinéale.  Ces impulsions, inhibent la production de mélatonine.  Lorsque ces impulsions diminuent (pendant la nuit, quand la lumière ne stimule plus l’hypothalamus), l’inhibition pinéale cesse et la mélatonine est libérée.  La glande pinéale, est donc un organe photosensible et un chronométreur important pour le corps humain. Pendant le jour au soleil ou dans une caverne en fixant une torche, est stimulée par ces phosphènes via le nerf optique et se met à sécréter de la DMT.

Ce point permet de recouper les travaux du Dr Francis Lefébure (1916-1988), formé au soufisme et au zoroastrisme, qui a montré que les différentes techniques initiatiques ont leurs effets décuplés quand elles sont combinées à de courtes fixations de sources lumineuses et de leurs phosphènes, ce qui, selon lui, explique que les mariophanies concernent surtout les bergers exposés à la lumière solaire, leur regard étant souvent fixé sur l’horizon. Selon lui, une source lumineuse ainsi que les phosphènes, à eux seuls, ne contribuent pas en soi au développement intellectuel ou spirituel. Un second élément essentiel doit entrer en synergie pour provoquer un réel impact et cet élément est la présence d’une pensée précise, une intention, c’est ce qu’il appelle le « mixage phosphénique » (lesquelles favoriseraient d’après les expériences de ce docteur l’augmentation la mémoire, et les facultés de voyance et de télépathie) et c’est ce qui aurait pu caractériser par exemple Bernadette Soubirous à Lourdes (Le premier élément du phosphénisme aurait donc pu être fourni par le séjour à Bartrès. Le fait que Bernadette ait pris l’habitude de réciter tout le temps son rosaire a pu passer pour constitutif du second facteur. « Tout en gardant ses moutons, note aussi Lefébure, elle élevait de petits autels de cailloux à la Sainte Vierge et les décorait de bouquets naïfs. Ainsi, sa pensée et ses actions restaient concentrées sur une seule idée du matin au soir, idée unique soutenue par la pensée rythmée. Ce sont deux conditions de base de la pratique du yoga mental et de l'obtention de dons supranormaux, dont l'éveil de la clairvoyance. »)

À l’âge de 12 ans, la glande pinéale est déjà calcifiée et se durcit à l’âge adulte,  puis s’atrophie par manque d’utilisation.  Des recherches récentes révèlent que le fluorure, qui est un additif toxique contenu dans l’eau (elle a été massivement introduite par les pouvoirs publics dans les années 50 par exemple aux Etats-Unis, ce qui parfois fait penser à un possible "complot contre la glande pinéale") et le dentifrice, s’accumule dans la glande pinéale où il fait des ravages. Des techniques existent cependant pour éveiller cet organe.

A noter que la glande pinéale produit aussi de la mélatonine, baptisée à tort l'hormone du sommeil mais qui est surtout un grand régulateur biologique et un éradicateur de radicaux libres, et du 6-Méthoxy-Harmalan (un stimulant psychique puissant comparable au LSD). En 1994, le Pr Fourtillan, qui a eu quelques problèmes avec la Justice récemment, a compris qu’existe une véritable cascade hormonale : la mélatonine se transforme grâce à une enzyme particulière en 6-MH, et la même enzyme transforme le 6-MH en une nouvelle hormone qu'il a pu synthétiser et baptiser valentonine. Personnellement je n'ai pas d'opinion sur les traitements qu'il a voulu mettre en place sur la base de ces hormones, mais il y a peut être une complémentarité entre celles-ci et la DMT...

Lire la suite

Profil bas

25 Décembre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #down.under

J'ai évoqué dans mon livre sur les Médiums (paru chez l'Harmattan en 2017) l'expérience de ma découverte du monde invisible, puis je l'ai racontée d'une façon plus détaillée ici. Mais, devant l'indifférence avec laquelle a été accueillie cette expérience dans mon entourage et chez les lecteurs de mes blogs, j'en suis venu à la conclusion qu'au fond les enseignements que j'ai reçus, à chaque étape, au cours des cinq dernières années, n'étaient valables que pour moi, et que je n'avais pas à chercher à les transmettre. Dès avant ma conversion d'ailleurs je savais que je n'étais pas fait pour devenir un pédagogue, et cela s'est confirmé depuis lors, Je n'ai rien à enseigner dans le domaine spirituel, je suppose. Mes tentatives de comprendre les textes sacrés des religions monothéistes n'ont du reste pas été très fructueuses. Certes, elles m'ont aidé personnellement à situer mes propres expériences par rapport à telle ou telle théologie, et à comparer les discours des uns et des autres en les rattachant à telle ou telle tradition exégétique, ou telle ou telle "hérésie". Mais je ressors de tout cela finalement assez sceptique sur le contenu de ces textes sacrés, dont on voit bien au terme de quelles vicissitudes historiques ils ont été écrits, et quelles contradictions internes ils recèlent tous.

Je pense qu'il y a beaucoup de choses très vraies dans la Bible, au delà même de sa trame générale que je crois juste (sans quoi je ne serais pas chrétien), et même que la profondeur de certaines de ses vérités, sur certains points cruciaux, reste à découvrir. Mais il y a beaucoup de passages aussi à ne pas saisir à la lettre, et beaucoup de "zones grises" à cheval avec le paganisme, voire avec l'astrologie, la numérologie etc, dans l'Ancien comme dans le Nouveau Testament, dont, au fond, on ne sait pas trop quoi faire.

Somme toute, je ne suis pas sûr qu'en 2021 je développerai autant dans ce blog des sujets religieux que je l'ai fait cette année (tel n'est peut-être pas mon rôle, finalement...). En tout cas, si je le fais, je pense que ce sera avec beaucoup de prudence et d'humilité. Peut-être même avec un brin de réticence.

Lire la suite

Ce 16 décembre, le miracle de Saint Janvier n'a pas eu lieu à Naples

20 Décembre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire secrète, #Christianisme

Saint Janvier (San Gennaro en italien), fut évêque de Naples au troisième siècle. Mort martyr en 305 pendant la persécution de l’empereur romain Dioclétien, ses os et son sang sont conservés dans la cathédrale. A Naples le sang du saint patron de la ville, saint janvier, se liquéfie trois fois par an depuis 1389, le 19 septembre, jour de sa fête, le samedi précédant le premier dimanche de mai (anniversaire du transfert du corps du saint du cimetière Pouzzoles, où il avait affronté les bêtes du cirque, à Naples) et le 16 décembre, anniversaire de l'éruption du Vésuve en 1631 (qu'il apaisa cette année là mais aussi en 1698 et 1707 comme il vainquit la peste en 1527), un phénomène de liquéfaction qui n'a pas pu être étudié scientifiquement et donne seulement lieu à des spéculations. L'analyse spectrale effectuée le 26 septembre 1802 par l'abbé Sperindeo semble bien avoir prouvé en tout cas qu'il s'agit effectivement de sang et non d'un autre liquide, l'abbé ayant aussi prouvé que la masse du liquide augmente dans l'ampoule pendant le miracle d'après ce qu'en a rapporté dans un bulletin paroissial breton de novembre 1917 le professeur Léon Cavène (mais il ne cite pas la source de son information).

"Pendant le miracle, explique cette année Vatican News, la masse séchée de couleur rouge confinée au fond du reliquaire devient du sang liquide qui recouvre la totalité du verre. Selon la tradition locale, si le miracle ne se produit pas, c’est le signe d’une catastrophe à venir pour la région. "

Dans "La tres curieuse et chevaleresque histoire de la conqueste de Naples" qui se rapporte au 1er mai de l'année 1495, on  peut lire :

"Dimanche Ille jour de may le roi ouyt messe a Sainct Genny a Naples qui est la feste de la grant église cathedrale ou il y eut grant assemblee de prelats tant cardinaulx evesques et autres preslats constitues en dignités. Et en icelle eglise fut montre au roy lechief de sainct Genuy qui est une moult riche chose a veoir, digne et saincte. Quand le roy fut devant le grant autel, on alla querir de son precieux sang en une grant ampole de voirre et fut monstre au roy, et on luy bailla une petite verge dargent pour toucher ledict sang qui estoit dedans l'ampole dur comme pierre a ce que le roy le touchast de la verge dargent, la quelle fut mise sur lautel devant le glorieux sainct, incontinent commenca a eschauffer et a amolir comme le sang dung homme bouillant et frémissant qui est ung des grans miracles que on puisse veoir a present, dont tout le peuple français tant nobles que autres se donnoient grant merveille. Et disoient les seigneurs de Naples tant deglise que de la ville que par ce precieux chief et sang avoient cognoissance de beaucoup de requestes envers Dieu, car quant ils faisoient leurs prieres si elles estoient bonnes le sang amolissoit, et si elles nestoieut de juste requeste il demeuroit dur. Aussi par ce sang avoient la cognoissance de leur prince sil devoit estre leur seigneur ou non. " Charles VIII saisit cette occasion de montrer au peuple napolitain que les rois de France avaient aussi le pouvoir de faire des miracles Il toucha les malades des écrouelles pour les guérir.

L'auteur fantastique Alfred Driou alias Alfonse d'Augerot dans "Naples, les magnificences de son golfe" en 1877 précise que  le sang du martyr ayant été renfermé dans trois fioles , par les fidèles de Ravenne, l’une de ces fioles fut portée en Espagne, par le roi Charles III (qui régna de 1759 à 1788). Or, on dit encore que le miracle du sang s’accomplit également en Espagne, au moment où il s’opère à Naples. Un ordre royal de Saint Janvier avait été créé par la maison des Bourbon des deux Siciles en 1738. Le successeur de Charles III, Charles IV est représenté à cheval avec la médaille de l'Ordre de St Janvier sur un tableau de 1801.

D'Augerot, mais aussi Louis Joseph Lefort, étudient en droit mort à 24 ans, dans un récit de voyage paru en 1857, ont témoigné que les femmes du peuple de Naples avaient un rapport très familier au miracle les jours où il devait avoir lieu quand le buste était mené en procession. "Allons San Gennaro, écoute tes amis, fais le miracle, ne nous fais pas attendre", lui disaient-elles.

De façon analogue Pierre Saintyves président de la Société du folklore français note dans "Les reliques et les Images légendaires" (1912) que jusqu'à la fin du XVIIe siècle il y avait à l'église des Frères Prêcheurs de St Maximin en Provence des petites pierres teintes du sang de Jésus ramenées par Marie Madeleine, et ces pierres devenaient plus rouges le Vendredi saint de midi à 13h mais l'auteur doute de la véracité de l'anecdote. On montrait aussi une relique de sang de Jésus qui se liquéfiait à la Sainte Madeleine aux ecclésiastiques qui visitaient la collégiale de Neuvy-Saint-Sepulchre dans l'Indre, mais l'abbé de Marolles (1600-1681) ne vit rien se liquéfier quand on la lui présenta. Tous les 3 mai à Billom (Auvergne) on portait en procession un flacon qu'on disait être du sang du Christ et dont on montrait qu'il était encore liquide, mais Saintyves estime qu'il s'agissait d'une supercherie et de Marolles dans l'Indre avait rappelé que sur le plan théologique Jésus est censé avoir ramené tout son sang dans le Ciel après son ascension, "de sorte qu'il n'en est resté tout au plus des marques sur la terre" ce sur quoi la cardinal jésuite toscan Bellarmin (1542-1621) avait écrit diverses choses. En Belgique, on disait que Thierry d'Alsace avait rapporté de Terre Sainte à l'abbaye St Basile les Brues du sang de Jésus qui se liquéfiait tous les vendredis de l'aube à 15 h entre 1148 et 1310, et plus jamais par la suite. Du sang de St Patrick et St Wit ferait de même en Hollande, et le sang d'un moine martyrisé par les vikings de St Armand en Flandres tous les ans à la troisième fête de la Pentecôte. Le sang de Jacques de Compostelle à Rome dans la basilique des Douze Apôtres est toujours liquide. Le sang de St Laurent se liquéfiait à la cathédrale de Tivoli et dans une église d'Amaseno tous les 9 août, et il en allait de même une fois par an du sang du même saint à St Laurent-hors-les-Murs à Rome.

Saintyves relève bien d'autres cas de liquéfaction en Italie. Concernant le sang de St Janvier à Naples il observe qu'il se liquéfie aussi "solitairement dans sa niche en dehors des dates cultuelles consacrées à la vénération de la relique", ce qui tout de même pose un petit problème théologique. Et il cite Cavène qu'on évoquait plus haut, selon lequel dans ce cas là on ne peut considérer qu'il y ait miracle. Les cas d'inventions de matières rouges susceptibles de se liquéfier sont fréquents depuis celle du docteur berlinois Newmann en 1734. Pour autant cela ne permet pas de liquéfaction à date fixe. Et le liquide obtenu alors n'a pas forcément la même ressemblance avec du sang.

En mars 2015, le miracle de Saint Janvier s’était produit en présence du Pape François en déplacement à Naples. Il rencontrait les prêtres et religieux de la ville en la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, et venait de bénir les reliques de saint Janvier, lorsque le sang de ce dernier s’est liquéfié dans l’ampoule en verre."

Cette année, le 16 décembre, le miracle n'a pas eu lieu.

"Grand saint Janvier ! Lorsqu'on était croyant

Ton sang se liquéfiait sans peine :

Mais aujourd'hui, le Français clairvoyant

A pour toujours glacé ta veine".

A écrit le prêtre défroqué statisticien Sébastien Bottin - 1764-1853 -  (l'inventeur de l'annuaire) dans une brochure de 8 pages qui dort sur les étagères de la Bibliothèque nationale de France. On se demande cette année ce qui a empêché le miracle d'avoir lieu, et quel malheur cela annonce.

Lire la suite

Les travaux de Joseph Davidovits sur le patriarche Joseph

19 Décembre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées, #Christianisme, #Histoire secrète

En réponse à mon billet sur les travaux Douglas Petrovich qui identifient le patriarche Joseph au vizir Sobekemhat, le blogueur JiDé de "Des Trésors cachés dans le Sable", me fait remarquer que Joseph Davidovits l'identifie pour sa part au scribe Amenhotep (ce qui se prononce Amenophis) fils de Hapou  mort vers 1350 av JC, c'est à dire 500 ans après Sobekemhat.

J'ai tenté de creuser un peu le sujet. J. Davidovits, né en 1935, inventeur du concept de géopolymère, spécialiste des bétons romains, se présente comme un égyptologue francophone. Son fils Frédéric Davidovits a découvert, en 2003, à la bibliothèque universitaire de l'UFR de lettres de Caen un livre "Le Temple du scribe royal Amenhotep, fils de Hapou (Fouilles de l'Institut français d'archéologie orientale du Caire) " (1936) d'Alexandre Varille (1909-1951). Ce livre permet à Joseph Davidovits de compléter  sa recherche menée depuis vingt ans pour identifier le patriarche Joseph. Le livre de Varille, occulté par l'égyptologie officielle, comprend une fresque de 3 m X 4 m dont on ignore où elle se trouve alors qu'elle devrait être la plus grande découverte archéologique du XXe siècle, affirme le Pr Davidovits dans cette vidéo du 17 juillet 2013. Est-elle délibérément cachée ? S'agit-il d'une volonté du gouvernement égyptien d'occulter l'histoire d'Amenhotep III (1386-1353 av JC le pharaon représenté en colosse de Memnon) et d'Akhenaton (1365-1338) dont l'administration locale empêche l'accès aux document ?

La fresque démontre l'historicité d'Amenophis fils de Hapou (1437-1356 av JC), de son origine sémitique. Joseph Davidovits a retrouvé trois frères ce cet Amenophis. Descendant d'un de ses frères Hévy (et non Lévy) comme l'indique le Bible, Moïse aurait été administrateur du temple mémorial d'Amenophis (dans la nécropole de Thèbes, près de la Vallée des Rois) qui aurait été une sorte de "grande abbaye" où l'on stockait la sagesse de l'époque. Après des troubles sociaux des hébreux (artisans égyptiens, selon Davidovits, enrôlés dans la construction de la ville hérétique d'Amarna par Akhenaton) , Moïse se serait réfugié dans la région de Madian, zone minière autour du golfe d'Aqaba liée au temple d'Aménophis (qui l'approvisionnait en cuivre). Moïse aurait été accueilli à Madian par les "ouroub", artisans de la même famille que les hébreux (oubrous), exilés à Madian, et qui seraient les ancêtres des Arabes. L'Exode aurait eu lieu vers 1060 av. JC (200 ans après la date retenue par les historiens bibliques).

Joseph Davidovits veut pour preuve de ses allégations le fait que le texte de cette fresque trouvée par Varille est repris mot pour mot dans la Bible, Genèse 41:41  : "vois je te mets à la tête de toute l’Egypte. ", puis en 42 "Pharaon ôta son anneau de la main, et le mit à la main de Joseph; il le revêtit d'habits de fin lin, et lui mit un collier d'or au cou" : Au bas de la fresque il est écrit "Il reçut des ornements en or et en toutes sortes de minerais précieux. Son corps fut habillé d'étoffe délicate et de lin de première qualité. Un collier en or pur et en toutes sortes de matières a été passé à son cou". Genèse 41:46 dit encore : "Joseph était âgé de trente ans lorsqu'il se présenta devant Pharaon, roi d'Egypte". Le texte de la fresque dit"An 30, le grand scribe royal Amenophis, s'est incliné devant sa Majesté". Pharaon y nomme Joseph (Gen 41:45) : çaphenat-paneah (sapnath-panéakh), un nom qui ne signifie rien en hebreux, mais qui doit être d’origine égyptienne. Or selon l’auteur çaphenat-paneah est le nom égyptien Amenophis Fils de Hapou. Si on l'écrit en hébreu de droite à gauche : hnap snphts  cela donne en rajoutant voyelles Hanapu Senophits ou Hanapu Amenophits. Le détail surprenant de la fresque est que, précisément, le nom d’Amenophis est aussi écrit en hiéroglyphe de gauche à droite. Il y a donc concordance entre le texte de la fresque et celui de la Bible. 

Ce texte de 1 100 ou 1 400 av JC serait le plus ancien document égyptien copié dans la Bible.

Il faudrait organiser un dialogue entre le Pr Davidovits et le Dr Douglas Petrovich...

Lire la suite

L'élamite linéaire déchiffré par le français François Desset

19 Décembre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées, #Otium cum dignitate

 L’archéologue français François Desset, du Laboratoire Archéorient à Lyon, a annoncé le 27 novembre 2020 qu’il avait réussi à déchiffrer des inscriptions en élamite linéaire vieilles de 4 400 ans dans le Royaume d'Elam au sud-ouest de l'Iran actuel. Contrairement au cunéiforme mésopotamien (apparu semble-t-il au même moment), qui est un système d’écriture mixte alliant des phonogrammes (signes transcrivant un son) à des logogrammes (signes transcrivant une chose, une idée, un mot), l’élamite linéaire présente quant à lui la particularité, unique au monde au 3ème millénaire avant J.-C., d’être une écriture purement phonétique (avec des signes notant des syllabes, des consonnes et des voyelles). Le magazine Sciences et Avenir précise que  le "déclic" du déchiffrement s’est produit en 2017, après dix ans de recherches, lors de l’analyse d’un corpus de 8 textes rédigés sur des vases en argent, qualifiés de "vases gunagi", datés vers 2000-1900 avant J.-C. et venant de tombes de la région de Kam-Firouz (à l’heure actuelle conservés dans une collection privée à Londres). Comme ces vases présentaient des séquences de signes très répétitives, standardisées à vrai dire, l’archéologue a pu ainsi repérer les signes servant à noter les noms de deux souverains, Shilhaha et Ebarti II (ayant régné tous les deux vers 1950 avant J.-C.) et de la principale divinité vénérée alors dans le sud-ouest de l’Iran, Napirisha.

François Desset devient donc la troisième gloire française du déchiffrement après l’abbé Barthélémy (1716-1795) qui a en 1753 décrypté l’alphabet palmyréen, puis, en 1754, l’alphabet phénicien et Jean-François Champollion (1790-1832) qui a déchiffré les hiéroglyphes égyptiens.

il coiffe sur le poteau notamment  (en utilisant sa base de données) Jacob Dahl de l'université d'Oxford qui en 2012 se disait sur le point d'arriver au même résultat.

L'élamite est considéré par la grande majorité des linguistes comme un isolat linguistique , car il n'a pas de lien démontrable avec les voisins langues sémitiques , les langues indo-européennes , ou sumérienne , bien qu'ayant adopté sur le tard l'écriture cunéiforme akkadienne . Divers chercheurs russes ont cru trouver une souche commune avec le dravidien (Inde du Sud) mais cela est contesté. De même on n'a pas d'idées précises du rattachement ethnique des Elamites, d'autant que plusieurs types de peuplements semblent s'être succédés dans le royaume d'Elam. Certaines représentations ont pu laisser penser qu'il s'agissait d'une population à peau noire. Enrique Quintana Cifuentes de l'université de Murcie (Espagne) note que ce fut probablement le cas sous la dynastie d'origine indienne des Simashki (1930-1880  av. JC, c'est à dire juste après Shilhaha et Ebarti II et les vases gunagi ou juste à la même époque à quelques décennies près, quelques décennies avant le règne de Sesostris III en Egypte dont on parlait ici), bien que la Bible en Génèse 10:22 situe Elam dans le lignage de Sem (et des sémites).

Lire la suite

Miracles eucharistiques : Un cardiologue rend viste à Jésus

10 Décembre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Notes de lecture, #Christianisme

Nous nous sommes déjà penchés sur les découvertes que les moyens scientifiques les plus récents permettent de faire sur les "miracles eucharistiques" à travers le monde. J'avais cité les travaux du Dr Ricardo Castañón Gomez, chercheur en neurosciences et ceux de Pietro Pescetelli, chirurgien intermédiaire, spécialiste en cardiologie et médecine interne, directeur émérite des unités opératoires de gériatrie et de soins de longue durée de l'hôpital d'Agnone. Ces gens montrent que plus on avance dans les découvertes scientifiques, plus les miracles eucharistiques, spécialement celui des maculations d'hosties par du sang humain (il existe d'autres miracles eucharistiques comme des phénomènes de lévitation surnaturelle d'hosties - comme à la messe du Lourdes du 7 novembre 1999 à l'assemblée épiscopale, mais le label de "miracle" est contesté sur cet événement, ou l'histoire survenue en 1959 au couvent de ND des Grâces de San Giovanni Rotondo que raconte le frère Alessio Parente dans "Mandami il tuo angelo custode, Padre Pio" (voir min 8'03 de cette vidéo).

Je vous conseille aussi la lecture du livre "Un cardiologo visita Gesu" de Franco Serafini, livre qui, malheureusement, n'a pas été traduit en français. Il passe en revue les miracles eucharistiques de Lanciano (VIIIe siècle, mais consigné en 1631), de Buenos Aires (1992), de Tixtla (2006), Sokolka (2008), Legnica (2013), le suaire de Turin et celui d'Oviedo, la tunique d'Argenteuil (tous avec du sang de groupe AB). Il fait aussi le point sur les découvertes d'ADN sur ces reliques et les hosties.

Lire la suite

Les traces de la présence de Jacob et Joseph en Egypte selon Douglas Petrovich

6 Décembre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire secrète, #Otium cum dignitate, #Christianisme

Si vous avez lu mon livre sur les Nephilim, vous avez remarqué qu'on y parle, entre autre, d'archéologie, principalement babylonienne, mais on y parlait un peu aussi de l'Egypte, et j'y mettais en valeur les travaux impressionnants de l'américain Michael S. Heiser. L'heure est venue maintenant de présenter les recherches d'un autre historien Douglas Petrovich (Doug Petrovich). Je précise que mon propos n'est pas de dire s'il a raison ou s'il a tort, ou s'il faut partager toutes ses convictions (par exemple sur le créationnisme) ou seulement une partie. Je vous présente simplement ses travaux, ou ce que, pauvre Béotien, j'en comprends, et je réserve tout jugement pour plus tard (pour dans quelques années).

Un des intérêts immédiats pour moi est de m'aider à concevoir sur un mode plus concret, plus matériel, le rapport possible entre la culture proto-israélite et la culture égyptienne, même si un jour il pourra s'avérer que les interprétations de Petrovich à ce sujet étaient complètement fausse (cela dit il n' y a peut-être jamais de démenti définitif en matière d'archéologie, même laïque, lorsqu'il s'agit de périodes très reculées). C'est comme une béquille à l'imagination, non pas une béquille subjective qui peut partir dans tous les sens comme celle de ces ésotéristes qui finissent par nous faire arriver chez les "civilisations extra-terrestres", mais une béquille armée d'objectivité, puisque Petrovich, pourvu d'une formation de théologie a, comme Heiser, fait l'effort d'obtenir un doctorat d'histoire ancienne dans une université "laïque" et aujourd'hui fait l'effort d'intégrer des instruments rationnels à la confrontation avec les textes sacrés inspirés.

Je vais ici résumer le contenu des deux conférences ci-dessous qui portent sur la présence des patriarches de l'Ancien testament en Egypte : Jacob, Joseph, Manassé (Genèse 41:50) et Ephraim. Lorsque le sujet mérite quelques éclaircissements, je procèderai à quelques ajouts.

Jacob est mort en Egypte. Selon D. Petrovich il est arrivé à Avaris (Tell El-Dab'a, à l'entrée du delta du Nil en venant de Canaan) en 1876 av JC selon la chronologie biblique à l'époque de la grande famine de 7 ans. Il y est resté jusqu'en 1859, soit 17 ans (Genèse 47:11). En 1859, on est dans la phase de transition où le pharaon de la XIIe dynastie Sesostris III Khakaourê qui régnait depuis 1878 porte son fils Amenemhat III au statut de co-régent.

Dans les fouilles du site d'Avaris, la phase H (strate D2) est celle qui correspond à la XIIe dynastie. Elle est celle de la première occupation de peuples en provenance du Levant (Palestine-Phénicie).

Au nord d'Avaris (cf carte ci dessous) se trouve le temple d'Amenamhat Ier, fondateur de la dynastie, où les Hébreux construisirent une digue comme cela est indiqué dans la Bible.

Tandis que les Hébreux vivaient au sud-ouest (cf les zones explorées en noir).

Les tombes dans cette zone sont des superstructures élevées car la nappe phréatique relativement  superficielle empêchait d'enterrer les morts en profondeur. On a trouvé une maison d'architecture typiquement lévantine. C'est une maison tripartite avec quatre pièces qu'on retrouvera en Israël à partir de 950 av. JC - voir ici. D. Petrovich n'a aucun doute sur le fait qu'il s'agit de la maison du patriarche Jacob. Ce style architectural aurait été conservé pendant mille ans. L'historien envisage même d'explorer le véritable site de Béthel (il semble que les archéologues hésitent entre plusieurs sites) et espère y découvrir une maison de même plan, celle où vivait Jacob avant de venir en Egypte, ce qui pourrait tendre à prouver selon lui que les fondations retrouvées à Avaris sont bien celles de la nouvelle maison de Jacob.

Joseph a pris pour nom en Egypte Sasobek, "fils du dieu qui procure la prospérité du Nil" et aussi "Hohemhat Junior" ("Le roi des dieux est au premier rang" - ce qui correspond à la parole de Joseph dans Genèse 41:16 "ce n'est pas en moi"). Les deux noms auraient été contractés : Sobekemhat.

Le nom de Sobekemhat est connu par une mastaba trouvée à Dahchour (dans la vallée du Nil) où se trouvent plusieurs tombes de la XIIe dynastie, juste à côté de la pyramide de Sesostris III. Joseph a grandi en pays de Canaan au moment où régnait le pharaon de l'abondance Sesostris II (1897-1878) et sa fonction de vizir décrite dans la Bible peut avoir correspondu à la totalité du règne de Sesostris III.

On trouve sur la tombe de Sobekemhat le titre qui ne revient nulle part ailleurs dans les vestiges égyptiens de "contrôleur/commandant de tout le pays", ce qui est le titre que le pharaon donne à Joseph dans Genèse 41:41. Ce titre (encadré en vert ci dessous) n'a jamais été donné à aucune autorité égyptienne, c'est pourquoi les égyptologues se sont carrément abstenus de le traduire quand ils reproduisent toute la formule, en estimant que c'est une erreur de scribe. Le titre dans le rectangle rouge aussi correspond mot pour mot à ce que dit la Bible de l'autorité de Joseph.

Les Français qui ont découvert cette mastaba au début du XXe siècle, ont indiqué que le sarcophage a été enlevé. Or selon la Bible, son corps fut ramené en Canaan en 1446 av JC. Il a donc pu être enterré là à sa mort (en 1805 selon certaines datations) et amené près 350 ans plus tard en Terre Promise (min 36 de la première vidéo).

A la mort de Jacob, quand son fils Joseph lui amène ses deux fils Manassé et Ephraim (fils d'une mère égyptienne) pour les faire bénir par son père, Jacob dit dans la Bible que Dieu lui était apparu à Luz et lui avait dit que ces deux enfants nés en Egypte (de mère égyptienne) seraient à lui (Genèse 48-5), ce qui signifiait qu'il fallait égyptianiser la culture hébraïque.

Selon D. Petrovich,  les deux chambres retrouvées au dessus de la maison tripartite peuvent être celles de Manassé et Ephraim, qui se sont installés dans la maison de leur grand père à Avaris puis l'ont agrandie jusqu'à lui donner une dimension palatiale : la forme en rouge ci-dessous représente la maison tripartite originelle, les traits noirs ceux de l’agrandissement palatial (20 mn de la seconde vidéo).

Une autre preuve de l'implantation d'une culture proto-israélite à Avaris est, pour Doug Petrovich, le fait qu'on y ait retrouvé une hache à bec de canard (duckbill axe) typiquement cananéenne de cette période. On y a aussi trouvé (F/1-p/19 tombe  1) la sculpture d'une tête, dont la coiffure est typique du Levant de cette époque. Dans la même tombe un morceau de la statue d'un homme correspondant à l'épaule droite avec des restes de pigmentation rouge, noir et blanc, ce qui, selon la reconstitution d'un artiste, pouvait correspondre aux motifs ci-dessous et peut donner une idée de la tenue d'apparat des hommes de la famille de Joseph.

Sur le fragment de piédestal de la statuer figure le mot qui signifie en égyptien "encens" ce qui indique qu'elle a été faite en l'honneur d'un mort. L'égyptologue Dorothea Arnold a montré que le style de cette statue correspond exactement à celui des productions statuaires du règne d'Amenemhat III contemporain de Joseph (qui est mort après le règne de ce pharaon). Cela plaide dans le sens que la statue représente Jacob (mort en 1859 av JC) et non Joseph.

Ont été retrouvées dans le Sinaï (à Sarabit al-Khadim près d'une mine de turquoise) les premières lettres d'un alphabet qui est sémitique et conçu à partir des hiéroglyphes. Dans les années 1920, un égyptologue allemand a affirmé que c'était de l'hébreu. Il a été méprisé pour cela. Il est vrai que certaines de ses interprétations étaient fausses. D. Petrovich a examiné divers mots non élucidés jusqu'à comprendre toutes les lettres et les images qu'il y avait derrière. Fin 2016 il a publié "The World's oldest alphabet", qui lui a valu avant même sa publication, avant même d'avoir pu lire son argumentaire, une dénonciation par trois pontes (tout cela est cité dans le site Patterns of Evidence et le film du même nom). Une des inscriptions tardives de la série (Sinaï 361) mentionne Moïse (Mem-shin). Une de ces inscription sur des stèles, Sinaï 115 (qu'on date de 1842 av JC, année 18 du règne d'Amanemhat III), renvoie à la deuxième phase d'occupation cananéenne d'Avaris. On repère en haut à gauche une plume (cf ci dessous), à gauche de la plume une bouche, et au milieu une boîte non identifiée. Il y a aussi une sorte de sablier. Il a interrogé un spécialiste des langues sémitiques retraités, il a estimé que le sablier était un syllabique cananéen bien connu correspondant au son "oui". La boite est appartient au plus ancien alphabet. Le mot avec la plume est  "Itchenoui", mot par lequel les Lévantin se désignent (équivalent de Rétjénou quand il est vu par les Egyptiens). Un autre terme peut se traduire par "maison du dieu de la terre" soit Bethel, qui a pu marquer ces Lévantins qui s'identifiaient à cette ville. Cela ferait une référence à Israel plus ancienne que le mot "Israel" trouvé sur la stèle de Merenptah de 1219 av JC ou celui du piédestal de Berlin de 1446 av JC (la période de l'exode).

Si l'on regarde cette deuxième phase d'occupation asiatique d'Avaris (d/1), elle correspond à la vie de Manassé et Ephraim. Dans la nécropole au sud du complexe palatial (ou de la villa, puisqu'il n'y a pas de salle du trône) correspondant à cette période (F/1-m/18), plus précisément dans la tombe 3 la plus grande de celle de la zone, où furent découverts aussi des restes de moutons, chèvres et ânes, se trouvait la trace du principal occupant de la tombe, dont sa hache à lame étroite, qui est aussi cananéenne et non égyptienne, contre son fémur. La tombe comprend un bracelet en or, un bracelet en argent, un récipient en albâtre. Autant de signes de richesse. et surtout une bague dorée avec un scarabée en améthyste qui servait de sceau. Il est écrit dessus "the ruler of Retjenu Di-Sobek-em.hat", "le dirigeant de Rétjénou Di-Sobekemhat". Rétjénou est la région du Levant. L'inscription pourrait se lire comme le dirigeant "qui vient du Levant". Di-Sobekemhat veut dire qu'il a été nommé par Sobekemhat. Ce peut donc être la tombe d'Ephraim.

Si l'on se reporte à l'inscription égyptienne sur la stèle 112 du Sinaï (cf ci dessous), on y voit une scène représentant deux personnages, un intendant avec, sur un âne, son maître, "frère du chef de Rétjénou, Hebeded, qui est un participe passé:  "celui qui a été défavorisé".

Dans Genèse 48 quand Jacob bénit les deux fils de Joseph, il pose sa main droite sur le plus jeune Ephraim et lui accorde donc la priorité dans l'héritage. La même représentation sur la stèle 405 où les personnages portent un kilt qui évoque un lien avec la culture cananéenne fait figurer pour l'homme devant l'âne à la lance sur l'épaule (un personnage qui grandit d'une stèle à l'autre, comme un enfant), le nom de "Skm", qui se lit Shekam, mot qui figure dans Josué 17:2 en hébreu sous la forme de francisé de Sichem (Sekem en anglais), désignant un des fils de Manassé, ce qui est une raison de plus de penser que le "défavorisé" sur l'âne, qui fut chargé de gouverner cette petite ville du Sinaï est Manassé, et l'homme à la lance son fils.

 

Identifying Joseph and Early Hebrew. November 12, 2019

Conférence de 2017 : "Is There Evidence for Manessah and Ephraim in Egypt? "

Lire la suite

Une histoire de médiumnité qui implique le Maharal de Prague

29 Novembre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées, #Médiums

Le Maharal de Prague, Juda Lœw ben Bezalel (1512-1609) est l'inventeur du Golem, créature qui, selon la tradition juive qui inspira Goethe, protégeait les Juifs de la ville contre les persécutions, une tradition sur laquelle on reviendra...

Il y a une histoire qui implique le Maharal de Prague l'inventeur du Golem que racontait le rav Menahem Berros en 2017 ici. Maria, chrétienne tchèque, est orpheline à l'âge de 10 ans. Devenue jeune fille elle est employée comme nourrisse chez Rabbi Avraham. Elle y reste dix ans et se passionne pour l'étude de la Torah et de ses commentaires. Elle doit cependant accepter de se marier avec un tanneur du bourg, Pawel, qui souvent sous l'empire de l'alcool la bat. Elle finit par s'enfuir, et, se faisant passer pour une pauvre juive et s'être rasé la tête, sous un faux nom elle se rend à Prague. Elle est employée chez un riche juif nommé Moshe. A la veille de sa mort l'épouse de Moshe lui demande de se marier avec celui-ci ce qu'elle accepte et elle aura deux enfants avec lui. Mais voilà que Pawel est parti à la recherche de son épouse légitime. Il a recours à des mages-astrologues qui en vertu de leur médiumnité la repèrent à Prague et la voient, à distance, écrire un livre en hébreu. Il s'y rend. Marie ayant vu passer Pawel à Prague, elle se rend chez le Maharal dont elle suit les cours à la grande synagogue pour lui demander conseil. Celui-ci sait que c'est par les médiums-astrologues que Pawel retrouve sa trace. Il lui dit : "celui que ton mari consulte à Prague en ce moment pour te retrouver ne pourra travailler ce soir avec les astres car il y a des nuages, reviens me voir demain". Quand Maria revient le lendemain, le Maharal lui dit : "Demande à une femme juive d'aller prendre de la terre d'une tombe juive où le corps est enseveli et mêlé à la terre (Genèse 2:7), de la mettre dans un sac, et de placer son sac sous ton oreiller sur lequel tu dormiras la nuit suivante". La nuit suivante le médium que Pawel consulte pour retrouver Maria lui dit : "je la vois allongée, mais elle a de la terre sur la tête, elle est morte". Pawel dépité accepte alors de quitter Prague, convaincu que sa femme est décédée.

L'histoire fait un peu penser à celle du comte Potocki (un chrétien polonais lui aussi converti au judaïsme) à qui au XVIIIe siècle le Gaon de Vilna aurait proposé d'échapper à la prison par téléportation. Elle est utilisée à plusieurs fins pédagogiques par les rabbins, à la fois pour montrer que la conversion au judaïsme est valable dès lors qu'elle est sincère, ainsi que les actes religieux qui en découlent comme le mariage, quand bien même ils sont pratiqués sous couvert de mensonge et de dissimulation (comme le mariage avec Moshe), mais aussi pour montrer que le Maharal de Prague, en vertu de son application très rigoureuse de la Torah (tout comme celle de Marie la Chrétienne), pouvait tenir en échec les opérations de divination des sorciers. On peut aussi relever que l'usage qu'il fait de la terre d'un cimetière fait penser à celui qu'il fit de l'argile pour composer son propre golem. Un sujet sur lequel on approfondira peut-être à l'occasion.

Lire la suite

Antoinette Bourignon et l'hermaphroditisme d'Adam

24 Novembre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées, #Anthropologie du corps, #Christianisme, #Notes de lecture

L'idée qu'Adam ait été à l'origine un androgyne (Genèse 1:27) et qu'Eve soit née d'une séparation de sa personnalité et de ses sexes est ancienne. On la trouve déjà chez Philon d'Alexandrie (-20/+45) et la rabbine Horvilleur dans "En tenue d'Eve" accorde du crédit à cette lecture de la Bible en se fondant sur la traduction du mot Tzela comme côté et non côte.

Voltaire connaissait cette tradition que, dans son Dictionnaire philosophique (article Adam), il attribue aux rabbins. et il attribue aussi la défense de cette idée à Mme Bourignon (1616-1680) : "La pieuse Mme Bourignon était sûre qu'Adam avait été hermaphrodite, comme les premiers hommes du divin Platon". (Il aurait pu ajouter qu'une secte sous le pape Innocent III l'avait affirmé aussi ainsi que Jakob Boehme).

Effectivement on lit dans « La Vie continuée de Mademoiselle Bourignon » :

« Adam, le premier homme, dont le corps était pur et plus transparent que le cristal, tout léger et volant pour ainsi dire ; dans lequel et au travers duquel on voyait des vaisseaux et des ruisseaux de lumière qui pénétraient de dedans en dehors par tous ses pores, des vaisseaux qui roulaient en eux des liquides de toutes sortes ; très vives et toutes diaphanes, non seulement d’eau, de lait, mais de feu, d’air et d’autres…

« Il était de stature plus grande que les hommes d’à présent ; les cheveux courts, annelés, tirant sur le noir, la lèvre de dessus couverte d’un petit poil ; et, au lieu des parties bestiales que l’on ne nomme pas, il était fait comme seront établis nos corps dans la vie éternelle, et que je ne sais si je dois dire : il avait dans cette région la structure d’un nez, de même forme que celui du visage ; et c’était là une source d’odeurs et de parfums admirables. De là devaient aussi sortir les hommes dont il avait tous les principes en soi, car il avait dans son ventre un vaisseau où naissaient de petits œufs et un autre vaisseau plein de liqueur qui rendait ces œufs féconds… Et cet œuf, rendu fécond, sortait quelque temps après par ce canal hors de l’homme, en forme d’œuf et venait peu après à éclore en homme parfait ».

Le Monde illustré du 18 mai 1935 présentait ainsi  Mme Bourignon :

"Antoinette Bourignon, vers 1640 est une lilloise illuminée, qui s'imagine n'être plus une femme tout en n'étant pas un homme. Antoinette devient une sorte d'idole villageoise, encensée par la comtesse, les paysans et le jeune curé Clergeot, que les jurassiens ont emmené avec eux. Le hasard fait que Clergeot n'est point aussi très bien fixé sur sa véritable nature. Antoinette Bourignon et la comtesse se le disputent. Antoinette emmène l'Eliacin à Lille où (déguisées en femmes), ils ou" elles dirigent un orphelinat, lequel «orphelinat se peuple bientôt d'enfants, ce qui donne à penser que Clergeot a choisi entre ses deux possibilités. Chassés de Lille, chassés de Flandre, Antoinette et ses paysans se réfugient en Hollande. "

Ce que ne dit pas le résumé c'est que son orphelinat de filles fut frappé d'un cas de possessions collectives, ce que nous apprend Reinach. Un mémoire de le Société des sciences de l'agriculture et des arts de Lille de 1853 a un avis plus nuancé sur la question, tout comme sur l'ensemble du personnage de Mlle Bourignon.

Celle-ci voulait en elle-même incarner le premier Adam hermaphrodite. C'est un de ses aspects les plus pittoresques.

Voltaire avait entendu parler de cette visionnaire par le Dictionnaire de Bayle.  Le critique d'art Louis de Fourcaud l'avait appréciée, au même titre que Mme Guyon.

J'aime bien à son propos cette anecdote relevée par Bayle qu'elle avait eu en 1666 une vision de Bruxelles en feu, qui la persuada de quitter la ville (alors que la capitale belge n'allait être bombardée qu'en 1695).  Et encore cette remarque de l'encyclopédie catholique disant qu'elle "  était d'une difformité et d'une laideur tellement repoussante, qu'à sa naissance une assemblée de famille discuta si elle ne devait être étouffée. Antoinette s'exila du monde, vécut dans la solitude où elle se livra avec passion à la lecture, séduisante pour elle, des livres mystiques." Dans un livre d'histoire du Dr Bouquet il est question de son bec de lièvre qui aurait disparu avec l'âge. Etait-elle vraiment si laide que cela ?

Dans les années 30 (en 1934 précisément)  André Thérive dans le roman "Le Troupeau galeux" essaie de rendre compte de l'épopée de cette cheffe de secte à travers le regard que porte sur elle un prêtre rescapé de l'incendie du village de Saint Claude dans le Jura par les troupes de Richelieu... Mais le roman a le défaut de toutes les approches "savantes" du XXe siècle. Il réduit le surnaturel à la psychologie. Cette Mlle Bourignon aux yeux de Thérive n'est plus qu'une solitaire à la fois géniale et détraquée qui aurait forgé son idéal androgynique après avoir été violée par un capitaine de l'armée, pour dépasser le traumatisme.

Si tel était le cas, elle n'aurait pas séduit autant d'esprits brillants de son époque qui ont tout abandonné pour sa prédication religieuse. Il y a autre chose, mais quoi ? Qui lui souffle ces idées sur Adam qui recoupent si étrangement une certaine mystique juive ? Qui lui dicte les centaines de pages qu'elle écrit ?

J'ai parcouru les témoignages de "Toutes les Oeuvres d'Antoinette Bourignon", un recueil de courriers détaillés de Flamands contemporains d'Antoinette qui certifient qu'elle était la plus honnête des personnes et la plus charitable. Ce sont pour la plupart des protestants qui saturent leurs commentaires de références bibliques pour assurer que rien chez "la Bourignon" ne dépassait de ce cadre et que c'était une vraie sainte. Une sainte ou une possédée ? Probe elle l'était, au point de rester attachée au catholicisme romain en terre réforme, malgré son excommunication : on ne peut pas lui reprocher de chercher à s'adapter à son auditoire, ce qui ne l'empêche pas de fasciner les calvinistes. Son austérité à l'égard de l'argent et des plaisirs de la chair ne fait pas de doute non plus - mais Hilaire Belloc ne disait-il pas que les hérétiques faisaient toujours surenchère de vertu, qu'ils étaient inspirés par le diable pour ce faire ? Dans le cas de Bourignon, on hésite tout de même, un peu comme à propos d'Origène. Comment tant de vertus et tant d'intuitions bibliques pourraient-elles n'avoir comme fin que la perte de la chrétienté ? Alors quoi ? Un christianisme alternatif, ou simplement "autre", qui aurait dû se voir reconnaître une place parmi d'autres options bibliques ? On ne sait. Antoinette Bourignon était convaincue d'être la voix du vrai christianisme, du seul, et pour elle toutes les églises protestantes comme catholiques mouraient d'hypocrisie et de dépravation, c'était la fin des temps, seuls ses disciples seraient sauvés. Orgueil des fondateurs de secte. Sans doute la plus grande preuve du luciférisme de cette dame. Mais faut-il mettre au compte aussi d'une inspiration sulfureuse les dons de discernement qu'elle avait qui lui faisaient voir qu'une femme avait épousé son mari seulement sous l'inspiration d'un démon (ce que ladite femme devait avouer spontanément à son curé en confession peu de temps après) ou repérer qui était son ennemi ou son allié au moindre coup d'oeil ? Avec le même discernement et la même foi elle pouvait prédire à quelqu'un qu'il guérirait bientôt, et à quelle condition ou qu'il mourrait. Cependant point de miracles à son actif comme à celui du Padre Pio. Pas de lévitation, pas de dédoublement, pas de guérisons spectaculaires. A ceux qui le regrettent les témoins répondent "sa personnalité seule, sa douceur, sa patience, son humilité et sa persévérance à elles seules valaient tous les miracles".

Etrange phénomène tout de même. Et ses disciples qui l'accompagnèrent d'une ville à l'autre aux Pays-bas fuyant les persécutions que sont-ils devenus après sa mort ? Croyaient-ils tous en l'idéal androgyne aussi fermement qu'elle même ? Il y aurait un livre à écrire sur eux.

Les visionnaires hérétiques sont toujours embarrassants. Parfois ils avancent des questions nouvelles voire des intuitions sur les textes sacrés qui peuvent stimuler les recherches. Il arrive souvent que des exégètes canoniques aillent regarder les "trouvailles" des hérétiques. Par exemple dans cette conférence à l'Ecole nationale des Chartes de 2015 (minute), l'historien de l'art Yves Christe rappelle que le donatiste Tyconius (IVe siècle) dans ses commentaires de l'Apocalypse était utilisé par les auteurs "orthodoxes", quoiqu'avec réticence : Primase évêque d'Hadrumète au milieu du VIe siècle dit à son propos qu'il l'a utilisé mais qu'il a été "chercher des perles dans du fumier". Bède le Vénérable dit qu'il est allé chercher "des roses parmi les épines". En se penchant sur certaines intuitions d'Antoinette Bourignon, risque-t-on de trouver des perles dans du fumier ?

Lire la suite

Les Kerubîm jumeaux, gardiens du divin au rôle paradoxal

30 Octobre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #Histoire des idées

L'arche d'alliance dans le temple de Jérusalem jadis était surmontée de deux chérubins qui n'ont rien à voir avec les bébés joufflus de la culture latine mais, si l'on en croit Ezechiel 1 seraient plutôt des créatures humanoïdes à quatre ailes et quatre visages (voir la vidéo de 33rd book).

Pour comprendre la fonction de ces figures, il faut remonter à celle du Karibu qui, en Mésopotamie, gardait l'accès des temples. D'après les briques de Tepti-ahar (roi de Suse au XV e s av JC), il intercèdait par ses prières pour le visiteur. Dans le même esprit à Babylone les déesses lamasti (souvent représentées dorées) qui sont doubles ont la même fonction autour de la statue de la divinité. Un sceau retrouvé à Beth Shemesh en Palestine ainsi qu'un autre à Meggido les représentent de la sorte.

A l'époque assyrienne (à partir de 1 300 av JC - voir nos remarques sur le livre de Nahoum ici), ces orantes sont remplacées par des êtres ailés en partie animaux : sphynx ou Kerubim. A Qatna au nord de Damas, la princesse Ita fille d'Amenemhat II (1938-1904), troisième pharaon de la 12ème dynastie, dédie deux sphynx ailés à une déesse locale et Amenemhat III envoie deux sphynx ailés qu'il fait dresser à l'entrée du temple de Baal d'Ougarit (au nord de la Syrie).

Les Kérubim de la Bible (chérubins) ont gardé cette fonction de gardiens des portes. Dans Genèse 3:24, ils sont placés par Dieu à l'entrée d'Eden après l'éviction d'Adam, pour garder l'arbre de vie, comme les deux sphynx gardant l'arbre sur le pectoral d'Enkomi trouvé à Chypre (XIV e s. av JC). Voir aussi à propos du roi de Tyr : "Tu étais un chérubin protecteur, aux ailes déployées" (Ez 28:15, qui souligne aussi qu'il était fait de pierres étincelantes) et la description du temple de Salomon dans 1 Roi 6 : "Il fit dans le sanctuaire deux chérubins de bois d'olivier sauvage, ayant dix coudées de hauteur.(...)La hauteur de chacun des deux chérubins était de dix coudées. Salomon plaça les chérubins au milieu de la maison, dans l'intérieur. Leurs ailes étaient déployées: l'aile du premier touchait à l'un des murs, et l'aile du second touchait à l'autre mur; et leurs autres ailes se rencontraient par l'extrémité au milieu de la maison".

Hérodote parle des deux piliers d'or fin et d'émeraude devant le temple de Melkart à Tyr ce qui évoque les pierres précieuses du chérubin prince de Tyr. André Dessenne en 1957, a noté à propos des sphynx égyptiens qu'il y a eu une transition entre les sphynx gardiens de la déesse reine des animaux sauvages, et les sphynx gardiens de l'arbre de vie.

Fernand Chapouthier dans "Les dioscures au service d'une déesse" en 1934, rapproche les dieux jumeaux grecs des Sphynx proche-orientaux, dans la mesure où dans la mythologie grecque ils encadrent souvent, comme en Syrie, une divinité féminine. J'avoue que j'ai été ravi de découvrir cela, moi qui me suis demandé depuis des années pourquoi l'auteur des Actes des Apôtres  précise (dans Actes 28:11) : "C’est au bout de trois mois que nous avons repris la mer à bord d’un navire d’Alexandrie, portant comme emblème les Dioscures, et qui avait passé l’hiver dans l’île."  L'allusion aux Dioscures ne pouvait être gratuite. On voit que là elle renvoie aux sphynx, aux keroubim gardiens d'une vérité supérieure (arbre de vie).

Raymond Kuntzmann dans Le symbolisme des jumeaux au Proche-Orient ancien. Naissance, fonction et évolution d'un symbole, chapitre 4, souligne que ces jumeaux ont donc une fonction d'interdiction de l'initiation (ils barrent la voie à l'arbre de vie), mais ils sont aussi le support du trône de Dieu, et à ce titre, associés à l'orage et aux nuées. C'est le cas dans les textes ougaritiques à propos de Yahwé. ils peuvent aussi être le char de Dieu comme les Ophannîm (êtres angéliques) sont les roues du char dans Ezechiel 10:9-17. C'est pourquoi Dieu siège sur et entre les Keroubim (Ps 99:1, Is 37:16, Is 4:4). Ceux-ci donc, comme les lions de Cybèle, à la fois empêchent l'accès au divin et permettent sa manifestation en se faisant les reflets de sa puissance.

Lire la suite

Remerciements à "Des Trésors cachés dans le sable"

13 Octobre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme, #Publications et commentaires

Tous mes remerciements au blog "Des trésors cachés dans le sable" pour avoir bien voulu signaler la publication de mon dernier livre sur les Nephilim.

Je vous conseille vivement la lecture de ce blog pour approfondir votre connaissance de la Bible (notamment l'Ancien Testament).

Lire la suite

La fraude mystique de Marthe Robin

13 Octobre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Notes de lecture, #Christianisme

J'ai évoqué il y a peu la connexion bizarre entre Marthe Robin et les Ovnis soulignée par feu l'occultiste Sylvie Simon, et j'ai aussi signalé ailleurs combien la bienveillance de Marthe Robin pour la très athée Simone de Beauvoir, dont témoigne Jean Guitton, était des plus suspectes. Je voudrais aujourd'hui dire un mot du livre  La fraude mystique de Marthe Robin écrit par le carme déchaux Conrad de Meeste. Le youtubeur Arnaud Dumouch a essayé en vain selon moi (ce n'est pas mon premier désaccord avec lui) de le discréditer (ici), mais il mérite qu'on s'y intéresse. Car Conrad de Meeste dresse une liste impressionnante des auteurs (pour la plupart des mystiques), que Marthe Robin a purement et simplement plagiés, dans ses livres et dans sa correspondance, en montrant très minutieusement les paragraphes entiers qu'elle a recopiés sans jamais révéler qu'elle les leur volait. Le procédé est d'autant plus choquant de la part de la pieuse paralytique que celle-ci prétend évoquer ses propres sentiments et sa propre expérience, en recopiant en fait les mots des autres, comme un Bernard-l'Hermite. Ici croyez vous que Marthe raconte une de ses descentes aux enfers dans un récits qu'elle a écrit? Hé bien non ! Elle a seulement recopié dans le livre celle de la capucine italienne Véronique Giuliani telle qu'elle l'a trouvée dans son journal. Là pensez-vous qu'elle évoque les élans de son coeur, et ses prières intimes à Dieu ? Non, ce sont des paragraphes recopiés des carnets de la mystique Gemma Galgani... à laquelle Marthe Robin pourtant ne rendra jamais justice puisqu'elle ne cite pas son nom. Et l'imposture se prolonge sur des centaines de pages.

Conrad de Meeste s'est aussi penché sur le mystère de la "secrétaire" de Marthe Robin, puisque celle-ci, paralyse des quatre membres, était censée ne plus pouvoir écrire ni manipuler un livre depuis 1929, secrétaire que personne n'a jamais pu identifier. Par delà les nuances graphologiques, les constantes détaillées par Conrad de Meeste, y compris dans les fautes d'orthographe, persuadent l'auteur que c'est bien Marthe Robin qui a écrit  la plupart de ses textes à la main : elle n'était donc pas paralysée des quatre membres ! L'étude des brouillons des lettres ou des annotations du volume des Lettres à une carmélite de Marie-Antoinette Greuser retrouvé au sous-sol du Foyer de Charité de Châteauneuf (plagié par Marthe Robin en 1936) confirment cela.

Le père de Meeste au fil de son enquête découvre ainsi une femme manipulatrices, qui a adopté quatre ou cinq styles d'écriture, manipule le père Finet son protecteur, s'adapte à toutes les situations, une psychologie que l'auteur impute à la naissance illégitime de la sainte,fille d'un commis agricole qui ne l'a jamais reconnue (et elle le savait), et à sa relation difficile à son père "officiel".

Le père Marie-Bernard qui fut l'accompagnateur de Marthe comme tertiaire capucine en 1926-28, intrigué par les largesses de la baronne de Baÿ envers la jeune femme mit à l'épreuve le caractère de la mystique en utilisant des règles classiques que lui recommandèrent des théologiens. Il découvrit son manque d'humilité en la faisant prendre en photo, puis son amour de l'argent. Il écrit d'ailleurs : "Elle réclama d'abord des douceurs... les meilleurs que fabriquait un pâtissier et confiseur de Lyon. On prétendait plus tard qu'elle ne vivait que de l'hostie consacrée. J'ai la preuve évidente du contraire".

Le père de Meeste creuse aussi le volet médical, montre que les médecins choisis par Marthe ont tous des préjugés favorables. Certes Marthe Robin était handicapée : l'hyperesthésie n'est constatée qu'à partir des déclarations de la malade ; la thèse de sa cécité après 1939 est contredite par le fait même que les médecins trouvent aux yeux une apparence normale, ; le sang constaté sur le corps a coulé mais n'est pas en train de couler. Il n'y eut jamais de vérifications cliniques sans cesse reportées. Et les chaussons trouvés au pied du lit à sa mort posent problème... Un des signes de l'imposture : les ongles de Marthe qui s'useraient "spontanément" au contact du chapelet qu'elle arrive quand même à égrainer avec ses doigts... alors qu'on a trouvé des coupe-ongles chez elle à sa mort...

A sa mort le corps de Marthe n'avait pas d'escarres propres aux paralytiques. Le père de Meeste a pu reconstituer le mouvement par lequel la mystique pouvait glisser sur le sol avec les jambes repliées, pour sortir de sa chambre. Pour le père de Meester toute la vie de Marthe Robin après 1929 est donc une supercherie, à part le fait qu'elle était partiellement paralysée. Et la façon dont elle emprunte les mots des autres pour décrire ses transes (sans signaler qu'elle plagie) est la preuve que le coeur même de sa vie spirituelle était faux et tourné vers l'intention d'attirer l'attention des gens, et leur argent...

Lire la suite

Le prince de Montpensier à Pau

10 Octobre 2020 , Rédigé par CC Publié dans #Otium cum dignitate, #down.under

Extrait de S. A. R. monseigneur le duc de Montpensier dans le département des Basses-Pyrénées (23-28 août 1843) :

 

(p. 15 et suiv). La ville de Pau présentait hier un de ces spectacles qui font époque dans les souvenirs d'une population. Après dé longs jours d'attente, elle voyait enfin arriver le jeune Prince qui va livrer à son amour une image dont la vénération s'est transmise de génération en généralion dans le Béarn ; elle venait assister à ces fêtes qui inaugureront si brillamment notre monument le plus populaire, le plus national,

Dès le matin, un grand nombre" de maisons avaient été pavoiséés des couleurs nationales ; on entendait battre lerappel: les tambours, les clairons, les musiques militaires, se répondaient d'une rue à l'autre, et à ce bruit, des masses d'habitans se portaient sur le passage du cortège.

La garde nationale et la troupe de ligne étaient échelonnées depuis la place Henri IV, jusqu'au milieu du pont de Jurançon, limite de la ville. Des détachemens d'infanterie stationnaient sur différents points, et notamment sur la place Henri IV. La garde nationale à cheval, chargée d'escorter la voiture du Prince, la gendarmerie, l'escadron de chasseurs étaient allés à la rencontre de S. A. R. précédés, d'un nombreux étatmajor à là tête duquel se faisait remarquer notre brave et illustre compatriote, M. le lieutenant-Général Harispe, entouré de MM. les maréchaux-de-camp baron Jacobi, commandant le département des Basses-Pyrénées , Rachis, commandant le département des Landes, Simon Lorière, commandant le département des Hautes-Pyrénées, et de plusieurs autres officiers-généraux.

M. le Préfet, qui était allé, comme nous l'avons

annoncé, recevoir S. A. R. aux Eaux-Bonnes, sur les limites du département, faisait aussi partie, de ce cortège.

Nous ne saurions donner trop d'éloges à la tenue parfaite et au zèle des gardes nationaux qui étaient venus répondre à l'attente de la cité.

Les gardes nationales des communes voisines étaient aussi accourues. Elles marchaient précédées de leurs autorités municipales, les maires et adjoinds ceints de leurs écharpes. Chacune d'elles avait sa bannière tricolore portant le nom de la commune et ses tambours ou sa musique rustique. Ce n'était pas là le coup d'oeil le moins pittoresque de la fête.

Le corps municipal de Pau et MM. les officiers en retraite s'étaient rendus à l'entrée de la ville pour attendre S. A. R.

A 11 heures et demie, des, cris d'allégresse ont annoncé que le Prince traversait le village de Jurançon, et quelques instans après on a vu déboucher le cortège à la tête duquel s'avançait M.gr le duc de Montpensier, monté sur un cheval blanc et en costume de Capitaine d'artillerie. — Aussitôt, le Prince s'étant arrêté, les cris de vive le Roi, ont éclaté, et M. le Maire a dit :

« Monseigneur,

« Henri de Béarn entrait dans Nérac. Désolées par la guerre civile, les campagnes s'étaient appauvries ; de nombreux agriculteurs, chassés par la faim, racontaient leur misère aux portes de la ville. « — Suivez-moi, dit le jeune Prince. » Il s'enquiert de la somme destinée aux solennités qui l'attendent, et, compatissant, la fait verser dans la main nécessiteuse. — Plus heureuse que Nérac, sauvée, comme le Pays, d'affreuses luttes par une haute sagesse, la ville de Pau peut à la fois vous offrir un hommage et soulager l'infortune. Oui, Prince, c'est ici la fête de tous, et ce rêve de votre Aïeul, à la simple et touchante formule, la poule au pot, est au-

— 17 —

jourd'hui du moins , une réalité. Le pauvre le sait déjà. — Henri avait vingt ans alors ; Monseigneur, c'est votre âge. Laissez-nous dire que nous aimons à pressentir une heureuse ressemblance. Oui, vous aurez son humanité, l'exemple vous en vient chaque jour de bien près. Comme en lui, l'égalité vous sera une facile règle. Votre éducation libérale, cet accueil à tous dont nos Pyrénées garderont le récent souvenir, garantissent en vous ce sentiment. Vous aurez enfin ses vertus, guerrières; votre sérieux apprentissage de l'art militaire vous y prépare; et n'êtes-vous pas d'ailleurs de ce faisceau de jeunes et nobles Princes qui se battent en soldais et commandent en généraux ? — Entrez, Monseigneur, dans la Ville de votre Aïeul ; ses portes vous sont ouvertes ; nous vous y serrerons de près. »

Nous regrettons, de n'avoir pû recueillir toutes les réponses pleines de bonheur et d'à-propos, que le Prince a faites à chacun des discours qui lui ont été adressés. Nous croyons du moins pouvoir reproduire avec fidélité le sens des paroles du Prince, en réponse à la harangue de M. le Maire :

« C'est avec le plus grand plaisir, Monsieur le Maire, que je viens au milieu de vous assister à l'inauguration du Roi Béarnais, que je suis fier de compter parmi mes ancêtres. Ces souvenirs si vivans parmi vous que vous venez de me retracer avec bonheur, me causent une' émotion profonde. — J'espère que les habitans de ce beau pays voudront bien reporter sur les Fils une partie de l'affection qu'ils conservent loujours pour la mémoire d'Henri IV. — Je vous remercie, M. le Maire, de tous les voeux que vous venez de m'exprimer au nom duconseil municipal de la ville dé Pau. »

Pendant ce temps, une salve de 21 coups de canon annonçait l'entrée du petit fils d'Henri IV dans la cité Béarnaise ! L'effet de cette marche lente et solennelle présentait

quelque chose d'imposant ; l'émotion était grande à la vue de ce jeune rejeton du Béarnais s'avançant au milieu des flots pressés de la population vers l'antique demeure de son Aïeul. — Le Prince saluait de la manière - la plus gracieuse, la foule avide de contempler ses traits, sa taille svelte et élégante, sa tournure aisée, son air affable comme celui d'Henri. Il paraissait éprouver une vive satisfaction de se voir l'objet d'un pareil empressement.

Certes, M.gr le duc de Montpensier ne pouvait choisir pour faire son entrée à Pau , une route qui pût mieux réveiller en lui les souvenirs du grand-Roi. Bien avant la Croix du Prince , où il a quitté sa voiture pour monter à cheval, sa vue a dû se porter constamment sur le Manoir de Gaston-Phoebus. Delà, cet édifice se présente dans toute sa majesté. Le vieux donjon s'était paré pour le recevoir des couleurs tricolores. Un immense drapeau flottait à son sommet et de larges banderoles ondulaient sur ses murs. — L'entrée de Pau , par celle route, offre un aspect très-pittoresque} et jamais assurément cet aspect n'avait été pins beau qu'hier, avec toutes les terrasses chargées de spectateurs , des milliers de dames aux croisées et le bruit retentissant et continuel des symphonies militaires.

Le Prince a traversé ainsi la partie de la ville qui s'étend sur les terrains formant autrefois les dépendances du Château, et est allé meure pied à terre au lieu où naquit son Aïeul, il y a 290 ans.

Les autorités ont été admises quelque temps après à lui présenter leurs hommages.

Les présentations ont eu lieu dans l'ordre suivant :

Le lieutenant-général Harispe , commandant la division, avec son état-major. — La Cour Royale. — Le Préfet.— Le Conseil-général. — L'Evêque et le clergé. — L'Etat-major de la garde-nationale. — L'Etat-major

— 49 —

de la division et les officiers du génie. — Les SousPréfets des arrondissemens et les conseillers de préfecture. — Le tribunal de première instance. — Le tribunal de commerce. — Le Conseil-Municipal. — Les officiers en retraite. — L'Université et le Collège. — Les Consuls, étrangers. — MM. les ingénieurs. — Les administrations des Forêts ; — des Finances ; — de l'Enregistrement ; — des Postes ; — Du Haras ; — Des Contributions directes et indirectes. — MM. les officiers de la garde nationale de Lescar. — M. le secrétaire-général de la HauteGaronne. — M. le Sous-Préfet de S.t-Gaudens.

Discours de M. Amilhau, premier présidant de la Cour royale.

« Monseigneur,

» Après les révolutions profondes qui renouvellent la face des nations, les peuples éprouvent le besoin de faire un retour vers le passé et de consacrer par les Lettres et les Arts les grandes époques de leur histoire.

» Placé entre deux mondes que séparent la Réforme et la Renaissance, un Prince né dans ces contrées fut élevé au trône par l'élément, moderne luttant au seizième siècle, La politique habile qui lui en fraya le chemin, contribua plus que tout autre cause à la chute du moyen-âge. Le vainqueur de Mayenne, le héros de la bataille d'Ivry, cette âme noble et fière sut allier au courage les vertus les plus généreuses ; il sut vaincre et pardonner, et fut de ses sujets et le Père et le Roi.

» Associé à tous les intérêts, à toutes les gloires de la France, le Roi ne pouvait céder qu'à ses fils l'honneur d'inaugurer la statue d'Henri le Grand ; dominant, à son exemple, les événemens par sa sagesse au milieu des troubles et des malheurs de la Patrie, il a eu, comme lui, le bonheur de rétablir l'ordre et d'assurer les bienfaits de la paix.

» Dans ce Palais fut le berceau de votre famille, Monseigneur ;

— 20 —

chacun de vos pas foule une terre pleine de glorieux et brillans souvenirs. Deux Princes, vos frères, la parcoururent naguère au milieu des plus nobles et des plus vives sympathies. Dieu a rappelé à lui une puissante intelligence ; la France s'en est émue, l'histoire redira sa douleur et ses regrets. Là haute raison, et les qualités éminentés du Prince qui lui survit, nous donnent une légitime confiance dans notre avenir.

» Vous êtes mêlé à toutes nos espérances, Monseigneur ; animé de l'amour de la patrie, vous portez son drapeau et vous vous préparez à verser votre sang pour elle. Aux qualités de vos frères, vous joignez la bonté de votre aïeul ; vous êtes tout à nous, et dans ce solennel tribut payé par les Béarnais à la mémoire de leur Roi, vous retrouvez une fête de famille.

» La Cour Royale vient toute entière vous offrir son respectueux hommage. Dites au Roi, Monseigneur, que le plus jeune de ses Fils n'a trouvé au sein de ces populations loyales et fidèles que des sentimens d'admiration , d'amour et de reconnaissance. Dites-lui que la Magistrature , dont je suis l'organe , ne forme qu'un voeu , celui de lui exprimer plus dignement ces pensées dans le palais de son Aïeul. »

Discours de M. le comte de S.t-Cricq, Pair de France, président du Conseil-général.

« MONSEIGNEUR ,

« Le Conseil Général de ce département est heureux de se trouver appelé dans ce moment à ses travaux annuels, puisqu'il lui est ainsi donné d'apporter à V. A. R. l'hommage de son respect et de son dévouement. Il lui est doux de saluer l'un des premiers votre entrée dans cet antique palais de vos pères, restauré par une munificence toute filiale , et dont vous semblez venir reprendre aujourd'hui possession au nom de votre royale maison.

» C'est toujours pour, les Béarnais une fête de famille que la présence de leurs Princes : la vôtre, Monseigneur, nous

— 21 —

devient plus chère en ce jour, par la mission que vous venez accomplir au milieu de nous.

« Le Roi, nous, le savons de lui-même, aurait vivement

désiré de présider en personne à la solennité qui se prépare. Retenu par les devoirs, si souvent amers, de la Couronne, il

a voulu être représenté par le plus jeune de ses fils , comme pour nous dire: celui-là aussi sera digne de sa race !

» Et nous, Monseigneur, témoins heureux, avec tous les Français, des brillants services déjà rendus à la Patrie par vos nobles frères ; charmés de cette ardeur que vous faites paraître, de cette grâce" chevaleresque qui déjà vous a fait aimer dans nos contrées, nous . disons avec Votre Auguste Père : tous, ils sauront continuer notre Henri. »

Discours de Monseigneur l'Evêque.

« Monseigneur,

» Votre présence dans la cité d'Henri IV et dans le palais de ce bon Roi, fait tressaillir tous les coeurs Béarnais. Le Clergé s'associe avec empressement à cette manifestation de voeux et de sentimeus dont vous êtes l'objet, car il sait ce que promettent à la Religion et à la Patrie les éminentes qualités de Votre Altesse. Elle a reçu du Ciel, comme le premier des bienfaits, un esprit élevé, un coeur noble et généreux ; la sagesse du Roi l'a entourée de ses conseils, et par les soins d'une Mère auguste, modèle de douceur et de piété , elle a connu de bonne heure le prix de la foi et la pratique des vertus. La voix publique n'a pas tardé à nous apprendre , parce qu'une épreuve solennelle et rigoureuse l'avait constaté, combien vos progrès dans les sciences humaines ont été brillants et rapides. Ce sont là , Prince , comme de belles fleurs au printemps de votre âge; déjà elles portent leurs fruits, et la France les recueille avec bonheur. Honorez toujours la Religion comme elle vous honore ; aimez noire beau Pays comme vous en êtes aimé ! que l'Ange du Seigneur qui a délivré le Roi de tant de périls, veille sur vos destinées ,

— 22 —

et qu'il sbit donné à Votre Altesse de voir jusqu'aux limites les plus reculées de la vie, la France toujours en paix et toujours heureuse ! »

Le Prince a remercié M.gr l'Évêque et s'est recommandé aux bonnes prières de sa Grandeur et de tout son Clergé. Puis, il à ajouté avec une grâce parfaite. « Le Roi m'a chargé de vous remettre ce témoi» gnage de son estime : Je suis heureux de m'acquitler » de cette mission. » Et en disant ces mots, Son Altesse déposait dans les mains du Prélat la Croix de la Légion-d'Honneur.

Discours de M. Puyào, commandant de la garde nationale.

« Chaque fois que nos Princes honorent la ville de Pau de leur présence, nous nous empressons de leur offrir nos hommages et l'expression de notre dévouement et de nos sympathies pour le Roi.

» C'est avec le même bonheur aujourd'hui que nous prions V. A. R. d'agréer la nouvelle et plus vive expression de ces mêmes sentimens qui animeront toujours la garde nationale de Pau.

» Je me sens heureux et fier d'être son interprête auprès de vous, Monseigneur, dans une circonstance aussi mémorable pour la cité qui a vu naître notre bon et grand Roi Béarnais. »

Discours de M. Lacortiade, au nom du tribunal de première instance.

« Monseigneur,

» Le tribunal de première instance de Pau vient s'associer avec empressement au sentiment général d'allégresse, et de sympathie qu'inspire la présence dé votre Altesse Royale dans nos contrées.

— 23 —

» Nous sommes heureux et fiers de présenter nos hommages, auprès du Berceau du Grand Henri, à un descendant de ce bon Roi , dont le nom, cher à tous les coeurs Français, réveille dans cette enceinte de si doux , souvenirs, à un de ces jeunes Princes qui sont l'orgueil de la Patrie, la joie, la consolation de leur auguste Père, et se montrent dignes, chaque jour, de marcher à la tête d'une grande nation.

» La solennité que vous venez célébrer en l'honneur de la plus grande gloire du Béarn, a remué ici trop profondément tous les coeurs, pour ne pas y laisser des traces ineffaçables.

» Chacun de nous se rappellera avec bonheur le Prince qui en aura été le plus bel ornement, et ne , cessera de l'accompagner, de ses voeux et de son amour, dans la brillante carrière qu'il est destiné à parcourir.

» Nous n'oublierons pas, Monseigneur, que votre présence au milieu de nous, pendant ces jours de fête, est une insigne faveur, qui met le comble à toutes celles que la bienveillance Royale se plaît à répandre sur cette Cité.

» Daignez, Monseigneur, mettre aux pieds du trône, la respectueuse expression de notre reconnaissance, ainsi que les protestations bien sincères de notre fidélité et de notre dévouement. »

Discours de M. Bégué, président du tribunal de commerce.

Monseigneur ,

« Le Béarn a vu enfin ériger la Statue du plus grand de ses Rois.

» Puissant homme de guerre , négociateur heureux et habile, plus grand administrateur, Henri IV, né Roi d'un pays libre, se montra digne de gouverner une grande nation ; il comprit que le bonheur des peuples ne se consolide que par la paix, la concorde et la tolérance.

» Habitans du Midi, nous n'avons pas oublié que sous

— 24 —

l'égide de son édit de Nantes, nous eûmes d'immenses prospérités, que long-temps alors nous avons été en possession de la suprématie commerciale et industrielle. » Nous n'avons pas oublié qu'après la révocation de cette sage et grande mesure, notre pays fut couvert de ruines douloureuses et imméritées.

» Retirer dé l'oubli la mémoire du grand, du bon Henri, était digne du Roi, qui, lui aussi, a su ne rien préférer à la paix que l'honneur.

» De ce Roi, qui , protecteur éclairé du travail, apprit à ses fils que s'ils sont les premiers dans l'Etat, ils ont aussi envers lui les plus grands devoirs.

» Monseigneur , dites au Roi notre profonde gratitude pour la munificence qui dota notre ville, de l'image du plus illustre de ses enfans.

» Dites-lui qu'à côté du souvenir que nos coeurs garderont de ce don, vivra tout aussi impérissable celui du Prince qu'il envoya présider à cette grande solennité. »

Discours de M. Balencie, inspecteur de l'Académie. « Monseigneur,

» Le corps Académique et les fonctionnaires du Collége royal de Pau viennent vous présenter l'hommage de leur respect et de leurs voeux.

» La présence si désirée de votre Altesse Royale dans là cité qui se glorifie d'avoir vu naître le meilleur de, nos rois, a excité , parmi ses habitans, des élans d'amour et des transports d'allégresse.

» Le malheur des temps nous avait ravi l'image chérie, de ce prince vaillant. Son digne et immortel descendant nous l'a rendue , et pour ajouter encore à notre bonheur , Sa Majesté a délégué à un de ses augustes Fils la, pieuse mission de l'inaugurer, comme si elle avait voulu nous montrer , par cette double faveur, ce que déjà nous savions tous, qu'elle a pris pour modèle son illustre aïeul, ce Roi si connu pour sa paternelle

— 25 —

sollicitude pour le, peuple, et dont le peuple reconnaissant a gardé la mémoire.

» Le premier bienfait, je dirai plus , Monseigneur, la première dette de tout Gouvernement envers le peuple, c'est l'instruction primaire; qui a pour objet de le rendre meilleur, et, par conséquent, plus heureux.

» La loi qui a fait pénétrer cette instruction jusques dans les plus petits hameaux du Royaume , est une loi éminemment morale et philantropique. Elle suffirait, à elle seule , pour immortaliser le règne de Louis-Philippe.

» Je me félicite, Monseigneur, de pouvoir annoncer à V. A. R. que, dans notre contrée, cette loi a déjà porté ses fruits, au-delà de toute espérance.

» Dans, une région plus élevée , l'instruction secondaire, sous la sainte influence de la religion , sous les lois d'une sage et ferme discipline, suit aussi, parmi nous, le mouvement progressif que l'Université imprime chaque jour de plus en plus aux études classiques.

» A mesuré que les lumières s'étendent et se propagent, le besoin des études se fait vivement sentir. Aussi, jamais la nombreuse jeunesse de nos écoles ne montra tant d'émulation et d'ardeur pour le travail ; jamais elle ne fut si sérieusement préoccupée de son avenir.

Et comment n'en sérait-il point ainsi, lorsqu'on voit les dignes fils de notre Roi, après avoir reçu avec elle, au sein de l'Université , la même éducation nationale, se soumettre à la loi commune, et ne vouloir tenir un grade , dans la carrière des armes, que du mérite personnel et des épreuves publiques d'un concours.

» Je m'estime heureux, Monseigneur, qu'il m'ait été donné , en l'absence du chef de l'Académie , de rendre devant V. A. R. , ce public et juste témoignage , que dans les trois départemens du ressort, élèves et maîtres, tous rivalisent de zèle et d'efforts, pour répondre dignement à l'attente du Roi et du Pays. »

— 26 —

Le général Larriu, en présentant MM. les officiers retraités au Prince, s'est exprimé en ces termes :

« Monseigneur, les officiers retraités vous présentent leur respect et prient Votre Altesse de recevoir , par mon organe, la nouvelle assurance de leur dévoûment sans borne à votre auguste famille.»

Le Prince a répondu :

« Je la reçois avec plaisir de votre bouché. »

Ensuite M. le lieutenant-général Harispe a présenté au Prince MM. les colonels Oiivet et Lèbre.

Immédiatement après les réceptions , le Prince s'est rendu aux Courses, dans une calèche escortée par la garde nationale à cheval. A sa rentrée au Château , S. A. R. a présidé un banquet offert par Elle aux principaux fonctionnaires et notabilités du Département.

A 9 heures du soir, le Duc de Montpensier a assisté au Concert et au Bal donnés, par la ville.

C'était dans la vaste enceinte de la Halle que le Concert avait été disposé. Une immense estrade en gradins avait été dressée pour l'orchestre. Près de trois cents exécutans, choristes et instrumentistes, conduits par M. Habeneck, étaient là attendant le signal. L'auditoire se composait d'environ dix mille personnes.

Tout l'intérieur de la Halle était éclairé comme une salle de théâtre. Un lustre occupait le milieu de la voute. Les murs étaient tapissés de guirlandes de feuillage ; c'était partout de la verdure, de la lumière. Les personnes invitées pour le bal occupaient les galeries et les escaliers. Au bas se pressait une foule innombrable. C'était un océan de têtes !

Deux transparens , représentant les portraits en pied d'Henri IV et du Roi des Français, occupaient le fond de ce tableau.

— 27 —

A l'arrivée du Prince, des acclamations enthousiastes, et répétées à dix ou douze reprises différentes, par ces dix mille spectateurs, ont salué le descendant du Béarnais. S. A. R. témoignait par des gestes d'affectueuse reconnaissance toute sa satisfaction, son bonheur, et les cris de vive le Roi ! vive le Duc de Montpensier ! retentissaient aussitôt avec plus de force.

Un roulement de tambour a donné le signal du concert. L'orchestre a exécuté d'abord la Bataille d'Ivry. Puis les voix et les instrumens ont dit avec un magnifique ensemble le choeur de Judas Macchabée et la Cantate de MM. Liadières et Auber.

L'effet de ces deux derniers morceaux a été surtout admirable. Nous en appelons à M. Habeneck lui-même, et nous sommes persuadés que ce sera là un des souvenirs les plus précieux de sa vie artistique,

La Cantate est, sons le rapport musical, digne de l'auteur de tant de chefs-d'oeuvre. Elle porte le cachet de son style. Les paroles sont dignes de la circonstance ; on voit qu'elles partent du coeur d'un véritable Poëte, d'un bon Béarnais. Les strophes en ont été chantées avec une chaleureuse énergie par M. Lafage, de Tarbes, lauréat du conservatoire de Paris.

Le Bal du Cercle offrait un coup-d'oeil magnifique ; mais les salons,, décorés avec autant de goût que d'élégance, étaient tellement encombrés , il y avait tant d'empressement pour suivre les pas du Prince, que la chaleur était accablante.

A 10 heures, les quadrilles se sont formés.

Le Bal a été ouvert par un quadrille dans lequel figuraient : LE PRINCE ; M.lle Azevedo, — M. le Préfet ; M.me Mezin. — M. Daguenet, député ; M.me Lamothe-d'In-

— 28 —

camps. — M. Pèdré La Caze, ancien député ; M.lle d'Uhart. — M. Lacoste, sous-préfet d'Orlhez ; M.llee Viard. — M. le général Janin ; M.lle La Gaze.

Lé Prince a ensuite dansé plusieurs contredanses avec M.lle Drouin de Luiz , M.me Pardeilhan-Mezin ; M.lle Lamarque; M.lle Pèdre La Caze ; M.lle Lavielle.

S. A. R. s'est retirée à une heure.

Le portique de la Halle était orné avec beaucoup d'élégance. De belles illuminations, que le vent a malheureusement contrariées, décoraient cette façade. On lisait sur un transparent : Vive M. le Prince de Montpensier !

Dans l'après-midi, des orchestres et des tréteaux de bateleurs avaient été dressés à la Haute-Plante et à la Porte-Neuve.

Lorsque le Conseil municipal a été admis au Château à, présenter ses hommages au Prince-, S. A. R. lui a témoigné à plusieurs reprises toute la satisfaction que lui faisait éprouver l'accueil cordial et sympathique de la Cité Béarnaise. Le Prince s'est fait ensuite présenter M. Raggi, et il l'a félicité sur la beauté de son oeuvre. C'est M. Raggi qui a sculpté la Statue. M. Latapie, architecte du département, lui ayant été présenté ensuite, S. A. R. l'a complimenté sur sa participation à l'érection dé ce monument, ainsi que sur les magnifiques travaux exécutés aux établissemens des Eaux-Bonnes et des Eaux-Chaudes.

La Garde nationale à cheval d'Oloron est venue se joindre à celle de Pau, pour servir d'escorte au Prince durant les fêtes de l'inauguration.

Le Prince est parti ce matin pour Coarraze.

— 29 —

JOURNEE DU 26.

Excursion a Coarraze. — Nay. — Gelos.

Le Prince est parti vers les 9 heures pour aller parcourir la belle plaine de Nay, et déjeuner au Château de Coarraze, chez M.Dufau, procureur-général de la cour royale. S. A. R. était escortée de la garde nationale à cheval , qui l'a constamment accompagnée dans toutes ses courses, et suivie de plusieurs voitures.

En passant à Bizanos, le prince s'est détourné de sa route pour visiter la fabrique à la Jacquart et la blanchisserie de M. Bégué. Tous les ouvriers étaient à leur poste ; le Prince a tout examiné avec la plus grande attention , et après avoir témoigné toute sa salis-, faction, à M. Bégùé , il s'est retiré en lui disant qu'il serait charmé de pouvoir dire au Roi qu'il avait vu dans tous ses détails la fabrique qui fournissait le plus beau linge de sa table.

Le Prince a continué sa route rapidement au milieu des flots empressés des populations, en traversant ces jolis villages à l'entrée desquels ou avait élevé des arcs de triomphe de verdure ; S. A. R. à remarqué surtout là forme élégante de: celui de Coarraze, autour duquel était rangée la garde nationale avec le conseil municipal, et une affluence encore plus considérable. M.gr le duc de Montpensier avait exprimé le désir de déjeuner à dix heures ; il est arrivé à l'heure précise ; il a été reçu au bas du perron par M. et M.me Dufau.

Entré un moment au Château, le Prince en est ressorti presqu'aussitôt pour examiner les environs; il s'est informé avec empressement de la vieille-tour , et a voulu y monter; parvenue sur la plate-forme, S. A. R. a té-

— 30 —

moigné toute son admiration à plusieurs reprises sur la beauté dit paysage; profondément émue à la vue de ces lieux tout remplis des souvenirs de la jeunesse de son Aïeul, elle ne se lassait pas d'entendre les moindres particularités, et sa piété filiale se manifestait par les expressions les plus touchantes.

Le Prince a dû s'arracher à ces douces contemplations, lorsqu'on est venu lui, annoncer que le déjeûner était servi. — S.A. R. avait à sa droite M.me Dufau, et à sa gauche M. le général Harispe. — M. Dufau était vis-àvis le Prince , ayant à sa droite M. le comte de S.tCricq, et à sa gauche M. Amilhau , premier président de la cour royale. — La table était de 25 couverts. On y comptait : M. Azevedo , préfet du département ; — M. le général Jacobi, commandant du département des BasSesPyrénées ; — MM. La Gaze et Daguenet, députés du département ; — M. Fould, député des Hautes-Pyrénées ; — M. le général Rachis ; — M. de Latour, secrétaire des commandemens ; — M. le vicomte Daru , député ; — M. Manescau, maire de Pau ; — M. de Boisle-Comte , aide-de-camp de M. le général Harispe ; — M. Puyoo , commandant de la garde nationale de Pau ; — M. le baron Bernadotte, commandant de la garde nationale à cheval de Pau ; — M. Palengat, maire de Coarraze ; — M. Pujoulet, curé de Coarraze.

A une autre table, se trouvaient avec les fils de M. Dufau, les officiers de service et les gardes nationaux à cheval de l'escorte.

M. et Mme Dufau ont fait les honneurs de leur château avec une magnificence splendide ; le Prince leur en a témoigné tous ses remerciemens, de la manière la plus aimable. — il s'est ensuite rendu à Nay.

Là, S. A. R., après avoir été reçue par M. le maire , à la tête du conseil municipal, est allée à l'hôtel-de-

— 31 —

ville, où M. le curé l'a complimentée. Elle a visité ensuite la fabrique de calicot de M. Lombré ; la fabrique de berrets béarnais de M. Fouard, et celle de MM. Lussagnet et Fould pour la filature du coton. — Le Prince s'est long-temps entretenu avec ces honorables industriels , a examiné avec le plus grand soin les produits de ces divers établissemens, et a prouvé par des paroles pleines de bienveillance tout l'intérêt que sa famille prend aux progrès du commerce.

Le Prince s'est ensuite retiré par la rive gauche du Gave; il a trouvé partout sur son passage les mêmes préparatifs et le même empressement. Arrivé au haras départemental de Lezons, M. de Perpigna, directeur de cet établissement, a fait passer sous ses yeux nos belles jumens et quelques-uns de leurs produits. S. A. B. a mar nifesté tout ce qu'une pareille fondation pouvait exercer d'influence pour la régénération de la race Navarrine ; il a surtout remarqué Valetine qui a déjà remporté de si beaux triomphes.

De là, le Prince s'est rendu au dépôt d'étalons de Gelos, qu'il a examiné dans les mêmes détails. Il a paru satisfait de la tenue de cet établissement, et a fait espérer qu'il contribuerait de toute son influence à lui faire obtenir d'autres beaux chevaux qui, réunis à ceux que nous avons obtenu depuis quelque temps, auront pour résultat de placer bientôt ce dépôt à là hauteur qu'il mérité d'occuper dans nos contrées.

Rentré à Pau vers trois heures après-midi, S. A. R. après s'être reposée pendant quelques instans, a fait prévenir M. le Proviseur du Collége que la distribution des Prix pour laquelle on l'avait attendue, pouvait commencer, qu'elle ne tarderait pas à s'y rendre. Aussitôt, M. le Proviseur a prononcé d'une voix ferme et sonore

— 32 —

un discours élégamment écrit, où se trouvent ramenées, avec un rare' bonheur de pensées, les principales considérations qui doivent graver à jamais, dans le souvenir de la jeunesse Béarnaise, le souvenir des journées mémorables dont notre Pays vient d'être le témoin. — M. le Proviseur venait à peine d'achever une allocution aux élèves, lorsqu'un mouvement électrique qui s'est manifesté dans l'assemblées annoncé l'approche de Monseigneur. Aussitôt la musique du régiment a fait entendre une marche mititaire, les principaux chefs du Collége sont allés audevant du Prince , et bientôt il a paru accompagné du même cortège de notabilités, auxquelles était venu se joindre M. le duc Decazes , qui a voulu venir de Bordeaux pour assister à nos solennités. S. A. R. a dû être agréablement surprise, après des courses si fatigantes, de se trouver, sous la voûte d'un grand bosquet de chênes séculaires, où l'on avait ménagé, avec beaucoup de goût, une salle d'un nouveau genre, pour la distribution. Plus de douze cents dames, des pères de famille, s'y trouvaient commodément assis. Toute l'assemblée s'est levée à l'arrivée de S. A. R. , et l'a saluée des cris de vive le Roi ! Parvenue à la place qui lui avait été préparée, le Prince a. daigné décerner de sa main le Prix d'honneur de Philosophie. D'autres élèves ont été couronnés par les, principaux dignitaires qui accompagnaient le Prince. Après avoir assisté à la distribution des prix jusqu'à la 3.e, et témoigné toute sa satisfaction de ce qu'il avait vu, le Prince s'est retiré avec le même cérémonial.

Son Altesse est allée ensuite visiter l'Hospice, et là, elle a donné de nouvelles preuves, auprès du lit des malades, de sa générosité, de la bonté de son coeur. C'est surtout dans cet asile des souffrances, en s'entretenant avec les soeurs respectables de St-Vincent de Paule, qu'on a pu reconnaître un petit-fils d'Henri IV.

— 33 —

Une dernière visite: restait à faire à celui qui vient nous rendre son image vénérée ; c'était l'humble maisonriette où ce grand : prince suça d'une paysanne de Bilhère le lait des héros. Après avoir rempli ce devoir religieux avec tout le respect que peut inspirer la piété filiale ; S. A. R. s'est rendue à la caserne et enfin est rentrée pour dîner à la Préfecture, pouvant dire qu'elle n'avait pas perdu sa journée.

Dans la matinée, M. Castetnau, adjoint, avait réuni au Cercle tous les enfans des Ecoles de la ville, afin de distribuer aux 4 sujets de ces écoles reconnus les plus mérilaus , les livrets de la caisse d'épargne accordés par le Conseil Municipal. Cette cérémonie a été fort intéressante. M. Gastetnau a adressé à ces enfans une touchante allocution, dans laquelle il leur a donné de: sages conseils, d'excellens préceptes, qui certainement ne seront pas perdus pour l'avenir.

Dans raprès-midi, il y a eu spectacle gratis, orchestres de danse à la Porte-Neuve et à la Haute-Plante, exercices de saltimbanques, mât de cocagne sur la place Henri IV, et ascension de ballon, dans. la. soirée. Tous ces divertissemens avaient attiré de nombreux spectateurs.

Bal du Château.

Parmi les fêtes brillantes auxquelles l'inauguration de là statue d'Henri IV vient de donner lieu, celle-ci a été une des plus magnifiques.

Quand on songe au délabrement dont le Château de Pau donna pendant tant d'années l'affligeant spectacle, et à la riche transformation qu'il a subie, grâce à la munificence d'un Roi, protecteur éclairé de tout ce qui

3

— 34 —

se recommande au culte des souvenirs nationaux, on est amené à une bien respectueuse reconnaissance envers le souverain qui a déjà tant fait: pour notre ville.

C'était en 1787 , que fut donnée au Château la dernière dès: fêles qui précédèrent la révolution. Elle avait eu lieu à la rentrée d'exil du Parlement de Navarre. Entre cette fête et celle offerte aux habilans de Pau par le prince de Montpensier, 60 ans s'étaient écoulés , toute une génération s'était éteinte.

 

 

Lire la suite

Le pèlerinage roumain de Ste Parascheva

10 Octobre 2020 , Rédigé par CC

Le gouvernement roumain interdit, pour cause de Covid 19, le pèlerinage en Moldavie roumaine à Iasi auprès des reliques de Sainte Parascheva du 14 octobre, pèlerinage très populaire qui en 2019 attirait 40 000 personnes.

Parascheva (aussi appelée Petka dans le monde slave) a vécu dans la première moitié du XIe siècle. Le premier enseignement sur la vie de cette Sainte se trouve dans le «Manuel roumain» du métropolite Varlaam de Moldavie, en1643. St. Parascheva est née à Epivata, aujourd'hui Selimpaşa, sur les rives de la mer de Marmara, près de Constantinople. Les parents de sainte Pieuse Parascheva étaient des gens fidèles, vivant dans la crainte de Dieu, la poussant à pratiquer la prière, le jeûne et l'aumône. Un des frères de Parascheva, après avoir appris le livre, est devenu moine sous le nom d'Eftimie et a été élu évêque à Madite. La légende raconte qu'à l'âge de dix ans, la sainte entendit la parole de l'Évangile : «Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive. »(Marc 8:34). La pieuse s'est alors retirée "dans les profondeurs du désert" et a distribué tous ses vêtements aux pauvres. La sainte a ensuite hérité d'une grande fortune de ses parents avec son frère, et la sainte a donné sa part aux pauvres, «laissant la beauté de ce monde» et se retirant dans «les profondeurs du désert». A Constantinople, où il a entendu les enseignements de moines et de nonnes notamment pendant 5 ans au monastère de Notre-Dame d'Héraclée du Pont, et de là, puis en Terre Sainte, dans un couvent de religieuses dans le désert du Jourdain.  un ange lui apparut dans ses rêves, lui disant de retourner dans sa patrie d'origine. Elle retourna à Constantinople, et vécut dans le village de Kallikrateia, dans l'église des Saints Apôtres. Elle mourut à l'âge de 27 ans.  Elle fut enterrée comme une étrangère, personne ne savait qui elle était vraiment, mais Dieu, voulant la glorifier, a révélé le visage de cet étranger.

La tradition raconte qu'un marin étant mort sur un bateau, son corps a été jeté à la mer. Les vagues l'amenèrent sur le rivage et un ermite qui vivait demanda à des chrétiens de l'enterrer. Ils creusèrent une fosse et découvrirent le corps incorrompu et plein de parfum. A côté d'elle, ils mirent le corps du marin, celui qui sentait mauvais. Mais la nuit suivante, l'un des chrétiens qui avaient creusé la fosse, Georges, vit une reine en rêve, assise sur une chaise éclairée et entourée de nombreux anges. Elle lui dit: "Georges, pourquoi n'avez-vous pas ** le corps de Saint Parascheva? Ne savez-vous pas que Dieu aimait sa beauté et voulait la glorifier sur terre?"

Une fidèle, Eftimia (Eutymie), eut la même vision la même nuit, et le lendemain, ils racontèrent les deux l'histoire à tout le monde. Les fidèles comprirent que c'était un signe divin et transférèrent le corps de la sainte à l'Église des Saints Apôtres d'Epivata. Sans le savoir ils auraient construit çà cet effet une église là même où vivaient les parents de la sainte. De nombreux miracles s'y produisirent. En 1218-1241, les reliques de la Pieuse Parascheva furent déplacées d'Epivata à Tarnovo, la capitale de l'empire roumano-bulgare, ville devenue entre-temps la résidence patriarcale.Elles y restèrent 160 ans. Puis fuyant l'avancée turque, on les plaça à Belgrade, où elles furent jusqu'à l'invasion turque de 1521. Elles circulèrent ensuite d'église en église. Le 13 juin 1641, elles séjournèrent dans l'église du Monastère des Trois Hiérarques à Iasi jusqu'à ce qu'elles réchappent miracueusement à un incendie, puis un sanctuaire fut construit en 1884.

La tradition populaire interdit aux femmes de faire les tâches ménagères et de repasser ou coudre le jour de la Sainte Parascheva. On dit que si elles ne tiennent pas compte de cela, les femmes auront des maux de tête et des douleurs oculaires, et des verrues sortiront de leurs mains si elles cousent. Les tailleurs des vêtements de Sainte Parascheva jeûnent généralement avant de commencer à travailler sur le vêtement dans les ateliers de l'archidiocèse. Les reliques de Sainte Parascheva sont habillées selon les rituels de l'église, auxquels participent seuls les prêtres de l'Église métropolitaine de Moldavie et de Bucovine.  Sous les vêtements dans lesquels la sainte est habillée, les reliques portent encore une autre tenue, qui ne se détache jamais. La tenue a un sceau sur lequel est écrite la malédiction du souverain Basile le Loup, mais aussi du métropolite Varlaam, qui a dit: "Maudit soit celui qui dispersera jamais les reliques de la Sainte Pieuse Parascheva". Les vêtements du Pieux Parascheva sont changés cinq fois par an et sont donnés par le Métropolite de Moldavie Teofan à certaines églises dédiées à Sainte Parascheva.

La sainte est associée à St Jean Baptiste, et qualifiée d' "ange sur terre" comme lui.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>