Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles récents

C. Colera cité dans "Activmag" du mois de mai

11 Mai 2018 , Rédigé par CC

Cité dans "Activmag" du mois de mai en p. 41. Evidemment le magazine ne relate pas mon propos sur la "malédiction" de la nudité...

J'ai refusé récemment une interview sur France Info, et une sur Europe 1 (émission de Daphné Bürki) comme je l'avais fait, il y a quelques années, avec l'émission radio de Brigitte Lahaye.

 

Lire la suite

Ceux qui aiment rendre l'occultisme sympathique

12 Avril 2018 , Rédigé par CC Publié dans #Médiums

Il n'y a pas que Disney ou les producteurs d'Harry Potter qui tentent de faire aimer à nos enfants le monde de l'occultisme et des démons. Regardez donc la petite boite qui, "comme par hasard" vient de tomber d'une étagère devant mes yeux. Un jeu de société pour enfant. Mignon tout plein n'est-ce pas ?

Oh, mais que voit-on ? quel est ce charmant dessin ? Un oeil d'Horus dans une paume de main, comme lors de la marche pour les interdictions d'armes aux Etats-Unis ? Ca s'appelle le "hamsa", oui, c'est un symbole magique. Et le jeu se nomme "dobble", ça se prononce en anglais comme "double"... oui, la dualité, celle qui est représentée dans certains cercles initiatiques par des parquets noirs et blancs comme des échiquiers, "ebony and ivory, il y a du bon et du mauvais dans tout un chacun" comme le chantait McCartney (des Beatles... un groupe versé dans l'ésotérisme s'il en est...), mais le savoir initiatique peut l'harmoniser, il faut juste accepter ce qui est dual car ça permet de parler avec les morts comme Janus (comme un duel - souvenir du clip de Propaganda sur un échiquier noir et blanc, aussi chic que celui de Murray Head ou du premier succès de Kylie Minogue sur lequel elle prenait son bain initiatique...bref...). Donc oui, vive le dédoublement, la dissociation. Dobble avec un double B dont le premier inversé comme pour le groupe Abba qui aimait lui aussi les signes occultistes (voyez cette vidéo), le double B en forme de papillon monarque ... A l'intérieur des symboles pas vraiment enthousiasmants - des têtes de mort, des fantômes, des araignées noires. Pratiquement tous avec un oeil à moitié fermé comme la poupée au début du clip "initiatique" lui aussi de "Self Control" chanté par Laura Branigan qu'on nous passait en boucle en 1984 (de vieux souvenirs hein ?).... On "baigne" toujours dans le même imaginaire...

Et le fabricant de ce jeu... s'appelle Asmodée... Le démon (assez effrayant quand même) qui accueille gentiment les visiteurs à l'église occultiste de Rennes-le-Chateau construite avec un trésor mystérieux par l'abbé Saunière il y a un peu plus d'un siècle ...  sur un sol en damier...

Il n'y aurait qu'un ou deux signes occultistes dans ce jeu, j'y verrais un fruit du hasard ou juste le fait que son auteur était influencé sans trop en être conscient par le monde des sociétés secrètes. Mais là, la densité est telle que l'intention de mettre quelque chose dans la tête de nos enfants est visible, non ? Sauf que l'intention n'est pas dite. Nulle part personne ne dit "voilà un jeu qui rendra le monde de l'occultisme sympathique à vos enfants"... Vous allez me dire "Normal : l'occultisme c'est fait pour rester occulte, donc on montre sans montrer qu'on montre..."

Certes. Alors tant pis. Maintenant les parents qui achèteront ce jeu à leurs enfants sauront, après avoir lu ce billet, ce qui, au juste, leur est montré...

Lire la suite

Existe-t-il des massages chrétiens ?

8 Avril 2018 , Rédigé par CC Publié dans #Massages, #Anthropologie du corps, #Christianisme

Mes recherches en sociologie du corps (notamment mon livre sur les massages chinois) et en sociologie des religions (notamment mon livre sur les médiums), me font aujourd'hui croiser une question : des massages chrétiens sont-ils envisageables compte tenu du rapport à la "chair" particulier qu'implique le message christique.

Tout d'abord il convient bien sûr de préciser que la chair dans le christianisme n'est pas le corps, mais une notion plus vaste qui englobe toutes les intentions et volitions purement personnelles qui ne sont pas parfaitement en ligne avec la volonté divine. De là on peut déduire que le corps peut malgré tout oeuvrer à son bien-être pourvu que cela ne soit mis au service de l'Ego (de la chair), mais d'une capacité à mieux servir le créateur. C'est ce que certaines tendances "hérétiques" du christianisme font (et notamment certaines branches new-age souvent influencées par les philosophies orientales et/ou les évangiles apocryphes), mais aussi des courants qui se veulent très "scripturaires", fidèles aux Ecritures canoniques.

C'est le cas d'un réseau de masseurs "Christian Massage" que j'ai trouvé récemment, situé dans l'Indiana, et qui comprend des masseurs américains, australiens et britanniques. Il appuie ses principes sur Matthieu 22:37 "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée."

Pour autant on peut douter du fait que ce réseau suive une ligne "orthodoxe"... Dans son glossaire, il reprend à son compte des notions de médecine orientale (Chi, Ki, Prana) qui pour la plupart sont initialement indexée à des systèmes de pensée païens que le christianisme "classique" associe à un travail avec les démons. L'ancien médecin franc-maçon converti au catholicisme Maurice Caillet déclarait dans ses conférences que tout travail énergétique exposait à la manipulation de forces spirituelles dangereuses. Le réseau Christian Massage, lui, ne questionne pas les dangers possibles de ces traditions pour les chrétiens, et essaie seulement de les resituer (dans son glossaire) dans une perspective biblique, pour préciser que " la bible déclare que l'humanité a été imbibée d'une force de Dieu, le Saint-Esprit et que de cette force toutes les choses coulent. Dans toute la Bible, de nombreux exemples de guérison mentale, physique et émotionnelle sont documentés impliquant Jésus ainsi que d'autres dont la Foi (concentration mentale) et, dans la plupart des cas, l'imposition de mains (toucher physique), combinée avec les énergies innées du patient a pu aboutir à des résultats vraiment miraculeux."

L'explication "énergétique" des miracles a l'air très New age, de même que la référence aux synchronicités (la fameuse formule : on pense à un ami et il nous appelle parce qu'on est connecté à son énergie à travers l'univers). Puis le glossaire glisse vers une justification plus rationaliste des massages : les muscles retiennent le flux sanguin, les toxines ne sont pas éliminées etc. Il insiste sur la nécessité de restaurer des interactions humaines par le toucher qui restaure des équilibres. Il conclut sur une apologie de la réflexologie inventée par Murray Leinster alias William Fizgerald...

Sauf que ce Murray Leinster, par ailleurs auteur de romans de science fiction, n'était pas vraiment un chrétien très "recommandable"...

Leur forum de discussion mérite un coup d'oeil http://mindbodyspiritforum.info/user/Discussions.aspx?id=133761

Voilà qui rejoint les problématiques autour de Ste Hildegarde  http://www.chemins-sainte-hildegarde.fr/massage-non-medical/

Je reste très réservé sur ce sujet. Car un massage vous met au contact du corps éthérique du masseur. Si cela se fait dans une perspective hédoniste, sans un esprit de stricte obéissance à Dieu, cela ne peut qu'attirer des esprits mauvais que l'on ne ressentira pas forcément tout de suite mais qui, comme les médiums, vous tireront à terme vers le bas et risquent de vous faire avoir de gros problèmes et vous feront manquer des chances critiques d'obtenir le salut et de vous élever à des moments clés de votre existence, de celle de vos proches, ainsi qu'au jour du Jugement dernier.

Lire la suite

Carol Decker, la chanteuse du groupe T'Pau, à propos de l'Au-delà

2 Avril 2018 , Rédigé par CC Publié dans #Les tubes des années 1980, #Médiums, #Christianisme

Vous aimez les tubes des années 1980 ? Vous pensez que la pop music et le rock sont et ont été porteurs de joies saines et d' "énergies positives" pour construire une vie sur de bonnes bases ? Selon vous, la pop n'est pas la petite fille du mage de l'entre-deux-guerres Aleister Crowley via l'occultisme des groupes des années 1960 (voir vidéo ci-dessous) qui l'ont réhabilité ? Une petite incursion avant-hier dans mon stock de revues Smash Hits (magazine très en vogue chez les ados britanniques il y a 30 ans) m'a fait tomber d'emblée sur cette interview de Carol Decker (qui maintenant a 60 ans, elle en avait donc 30 à l'époque), chanteuse du groupe T'Pau, (dans le numéro du 13 au 26 janvier 1988, p. 37). Pour mémoire T-Pau est le groupe auquel l'Europe doit les morceaux "Heart and soul" et "China in your hand" (le second s'est classé brièvement dans le Top 50 français en 1988). Voici un extrait édifiant de ses déclarations qui en disent long sur l'état d'esprit (et, pourrait-on dire, l'esprit tout court) qui animait, à l'époque, la voix de cette chanteuse qui faisait tant vibrer ceux qui l'écoutaient, la tonalité spirite et occultiste du propos (la croyance aux fantômes, l'angoisse de la mort) est on ne peut plus claire dans une revue pourtant censée apporter du "divertissement" et de la "légèreté" bénéfique pour les adolescents des années 80 (au passage on notera aussi que le boulevard à l'occultisme était ouvert part les guerres de religion encore présentes dans le monde anglo-saxon au XXe siècle). Bien sûr tous ces propos peuvent être pris à la légère et au second degré. Mais ils sont quand même prononcés, et quand on sait l'abondance des références à l'occultisme dans la pop (l'ex-batteur de Blondie Lachman parle de "Rockultism") ils prennent un relief particulier. Quant à la promesse de hanter les gens sur un mode obsessionnel et morbide comme les revenants avec la musique, humoristique ou pas, elle est écrite noir sur blanc...

" Elle ne croit pas non plus au mariage pour des «raisons» religieuses.

"Je pense que la religion est un tas de conneries", s'exclame-t-elle. "J'ai été élevée comme une catholique dévote et je pense que cela suffit pour mettre n'importe qui en dehors de tout ça.Je vais vous dire ce que la religion a fait à ma famille. Mon père est protestant, ma mère catholique et les choses étaient organisées de telle sorte dans le Liverpool de leurs vingt ans qu'ils ont dû se marier dans une église catholique. C'était sur un autel du bas-côté, sans fleurs et avec des tissus violets, qui recouvraient toutes les statues pour que les statues ne puissent pas être témoins de cet acte terrible. Ce n'est pas une religion organisée, c'est de la criminalité, je pense que la religion est un lavage de cerveau, ça ne m'intéresse tout simplement pas ... "

Carol va, cependant, "avouer" croire aux fantômes ...

"J'ai vraiment peur de mourir, maintenant, je suis terrifiée à cause de ça ... Qu'est-ce que je pense qu'il va se passer? Oh, je m'attends à descendre direct en bas, je pense à ça récemment parce que maman de Ronnie (mon copain) est morte Il y a quelques mois et je n'ai jamais vu la mort aussi près auparavant, je pense que c'est l'ego de l'humanité qui fait que nous refusons de finir en viande pour vers ... J'espère bien quand même qu'il y a quelque chose ... Je vais probablement finir par hanter un endroit ! autour de quelque pub avec toutes les caisses de 'Heart And Soul' sous mon bras qui ne se sont pas vendues la première fois Hmmmnmn ouaih, ce sera moi ... en train de fourguer mes propres disques dans l'après-vie ...
"

"She doesn't believe in marriage for any religious "notions", either.

"I think religion is a pile of crap," she honks. "I was raised a devout Catholic and I think that's enough to put anybody off. I'll tell you what religion did to my family. My dad is a Protestant, my mum a Catholic and because of the way things were when they were in their twenties in Liverpool they had to get married in a Catholic church. And it was a side altar, with no flowers and with purple cloths put over all the statues so that the statues could'nt witness this terrible act. That's not organised religion, that's crime. I think religion is brain-washing. I'm just not interested..."

Carol will, however, "confess" to believing in ghosts...

"I'm really scared of dying, you now, I'm actually terrified of it. What do I think will happen ? Oh I expect I'll go straight down. I've been thinking about this lately because Ronnie's mum died a few months ago and I've never seen death that close before. I think it's the ego of manking that we refuse to end up in worms' meat. I certainly hope there is something. I'll probably end up haunting some place ! Flying round some pub somehere with all the boxes of 'Heart And Soul' under my arm that didn't sell the first time round ! Hmmmnmn yah, that'll be me... flogging my own records in the after-life..."

Carol Decker, la chanteuse du groupe T'Pau, à propos de l'Au-delà
Lire la suite

Un cercle de malédiction autour d'Antiochos IV Epiphane ?

7 Mars 2018 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire secrète, #Christianisme

Peter Green, historien universitaire et athée (donc myope) écrivait ceci dans "D'Alexandre à Actium" (eds Robert Laffont, coll. Bouquins 1997 p. 474) à propos d'une ambassade romaine au roi hellénistique Antiochos IV Epiphane en 168 av JC (un an après que, dans le cadre de ses guerres contre Ptolémée VI d'Egypte, il eut pris Jérusalem à la demande des fils de Tobie et y ait imposé des cultes païens - Flavius Josèphe - Guerre des Juifs, I, 32-35 et livre des Macchabées): "Un ordre officiel (senatus consultum) lui fut adressé, lui enjoignant d'évacuer non seulement l'Egypte, mais également Chypre où ses troupes se livraient à une débauche de pillages et de destructions. L'envoyé romain, Popillius Laenas (ou Popilius Laenas), rencontra le roi dans le faubourg alexandrin d'Eleusis (juillet 168) et attendit en silence qu'Antiochos eût fini de lire le message du Sénat. Lorsque Antiochos réclama un délai pour examiner cette requête, Popillius prit son bâton, et traça dans la poussière un cercle autour du roi ; puis, d'un ton sans réplique, il ordonna à celui-ci de lui répondre par oui ou par non avant de sortir du cercle". C'est ce qu'on appela la "journée d'Eleusis". Antiochos accepta puis eu une petite revanche symbolique en organisant les jeux de Daphné pour laver l'humiliation.

La source se trouve dans Polybe 29.27.1-10, Tite-Live 45, 12.3-8, Appien Les Guerres Syriennes 66, Justin 34.3.1-4.

Polybe dans ses Histoires à ce sujet a le même ton" positiviste" que Peter Green :

When Antiochus had advanced to attack Ptolemy in order to possess himself of Pelusium, he was met by the Roman commander Gaius Popilius Laenas. Upon the king greeting him from some distance, and holding out his right hand to him, Popilius answered by holding out the tablets which contained the decree of the Senate, and bade Antiochus read that first: not thinking it right, I suppose, to give the usual sign of friendship until he knew the mind of the recipient, whether he were to be regarded as a friend or foe. On the king, after reading the despatch, saying that he desired to consult with his friends on the situation, Popilius did a thing which was looked upon as exceedingly overbearing and insolent. Happening to have a vine stick in his hand, he drew a circle round Antiochus with it, and ordered him to give his answer to the letter before he stepped out of that circumference. The king was taken aback by this haughty proceeding. After a brief interval of embarrassed silence, he replied that he would do whatever the Romans demanded. Then Popilius and his colleagues shook him by the hand, and one and all greeted him with warmth. The contents of the despatch was an order to put an end to the war with Ptolemy at once. Accordingly a stated number of days was allowed him, within which he withdrew his army into Syria, in high dudgeon indeed, and groaning in spirit, but yielding to the necessities of the time.

Notez que Polybe précise que le bâton est un cep de vigne (vitis), ce bâton de 80 cm qui servait aux centurions pour frapper les légionnaires. N'oublions pas que la vigne dans la Bible est le symbole d'Israël, ce qui n'est pas sans intérêt par rapport à ce que nous verrons un peu plus loin.

Tite-Live dans "L'histoire de Rome" livre 45 présente un récit semblable :

"After crossing the river at Eleusis, about four miles from Alexandria, he (Antiochos) was met by the Roman commissioners, to whom he gave a friendly greeting and held out his hand to Popilius. Popilius, however, placed in his hand the tablets on which was written the decree of the senate and told him first of all to read that. After reading it through he said he would call his friends into council and consider what he ought to do. Popilius, stern and imperious as ever, drew a circle round the king with the stick he was carrying and said, "Before you step out of that circle give me a reply to lay before the senate." For a few moments he hesitated, astounded at such a peremptory order, and at last replied, "I will do what the senate thinks right." Not till then did Popilius extend his hand to the king as to a friend and ally."

Sous la plume d'Appien (Guerres syriennes chap 11) cela donne un récit plus empreint de mysticisme parce qu'il relie le geste de Popilius au sort funeste d'Antiochos juste après, ainsi qu'à un événement curieux autour d'un temple de Vénus :

" While he was encamped near Alexandria, Popilius came to him as Roman ambassador, bringing an order in writing that he should not attack the Ptolemies. When he had read it he replied that he would think about it. Popilius drew a circle around him with a stick and said, "Think about it here." He was terrified and withdrew from the country, and robbed the temple of Venus Elymais; then died of a wasting disease, leaving a son nine years of age, the Antiochus Eupator already mentioned. "

Même ambiance chez l'historien Justin dans le livre 34 de son Abrégé  des Histoires Philippiques de Trogue Pompée.qui fait lui aussi le lien entre le cercle et la mort rapide du roi à son retour en Syrie, et qui précise au passage que tous ses courtisans étaient dans le cercle :

"On députa donc Popilius à la cour d’Antiochus, pour ordonner au roi de respecter l'Égypte, ou d'en partir, s'il s'y trouvait déjà. Popilius le trouva en Égypte, et le prince, qui, étant en otage à Rome, avait formé avec lui d'étroites liaisons, s'approchant pour l'embrasser, l'envoyé romain fait taire ses affections privées devant les ordres de sa patrie, et lui présente le décret du sénat. Le voyant hésiter et renvoyer à son conseil la décision de cette affaire, d'une baguette qu'il tenait à la main, il trace autour du roi un cercle assez vaste pour contenir aussi ses courtisans, lui défendant d'en sortir sans avoir répondu au sénat et déclaré s'il veut être en paix ou en guerre avec, Rome. Effrayé de cette fermeté, Antiochus promit d'obéir. De retour dans ses états, il mourut bientôt, laissant un fils en bas âge."

Avant de développer sur le cercle tracé par Popilius, un mot du temple de Vénus d'Élymaïs. Les premières références à un "royaume" d'Élymaïs sont par Néarque (ou Nearchus), l'Amiral d'Alexandre le Grand (336-323), dans un passage conservé par Strabon (Géographe Grec, v.63 av.J.C-v.23 ap.J.C - Livre 2.13.6). Il situe le "royaume" vers le Nord de la Susiane. Il rapporte que le "Elymaei".

Flavius Josèphe dit qu' Élymaïs est le nom d'une ville. Certains historiens en font la capitale du pays d'Elam d'autres  la situent en Perse (ce qui est aussi le témoignage que rend le livre I des Macchabées, lequel signale aussi que finalement Antiochos ne put pas piller la ville). L'histoire des Juifs et des Peuples de Mr Prideaux, doyen de Norwich dans sa traduction française de  1764 p. 81, précise que la ville passait pour avoir de grandes richesses en or et en argent, et surtout que dans un Temple de Diane ou de Vénus de cette Ville, il y avait des trésors immenses. Ce qui fit qu'elle fut pillée en 165 av JC par Antiochos IV après sa guerre contre les Arméniens et avant qu'il ne s'en prenne à la Judée en 164, année de sa mort.

Revenons en au cercle de Popilius. L'affaire fait penser à cette anecdote du gourou Gurdjieff à propos des Yézidis du Kurdistan. Avec son collègue Pogossian, il se retrouve entouré de chiens de bergers yezidis entre Lalish et Mossoul formant un cercle qui les empêche d'en sortir, (Rencontre avec des hommes remarquables - Meetings with Remarkable Men chap 5) tout comme en 1888 à l'âge de 16 ans il avait vu un petit garçon yézidi, pleurer, effectuer des mouvements étranges, lutter de toutes ses forces pour sortir d'un cercle tracé par d'autres garçons qui le persécutaient. Gurdjieff libéra le garçon en effaçant une partie du cercle et l'enfant put échapper à ses bourreaux.

"Le cercle magique, peut-on lire dans l'Echo du Merveilleux de juillet 1906, une idées pratiques les plus puissantes et les plus antiques de I'initiatïon, employé en Egypte, en Chaldée et en Grèce, — employé dans les solennités maçonniques et dans celles dé l'Eglise catholique,— était connu dèquelques tribus, qui l'avaient apporté dès époques extinctes, qui sait même, des centres d'initiation delà Lémurie ou de l'Atlantide. " Dans le Roland amoureux  la magicienne Mélisse place Bradamante dans un cercle magique. Le Faust de Goethe s'enferme dans un cercle magique. Ce cercle sert à initier mais aussi à piéger et à maudire.

Il est très intéressant que Justin trace une causalité : cercle autour d'Antiochos-décès de celui-ci 4 ans plus tard-enfant en bas âge laissé derrière lui,et qu'Appien élargisse la chaîne causale de cette façon cercle autour d'Antiochos-pillage du temple de Vénus-décès de celui-ci 4 ans plus tard-enfant en bas âge.

Ces deux versions plaident clairement pour l'interprétation du cercle de Popilius comme étant un cercle de malédiction. Si nous croisons cela avec le livre des Macchabées et Flavius Josèphe nous avons la série causale suivante : profanation du temple de Jérusalem par Antiochos-cercle de malédiction avec un cep de vigne par Popilius-profanation d'un temple de Vénus-mort d'Antiochos-orphelin de 9 ans laissé derrière lui (donc une succession mal assurée). Ce qui pourrait donner la lecture parabiblique (car ça n'est pas stricto sensu dans la Bible) suivante : les lois de l'Au-delà fait que la rétribution de la profanation de Jérusalem devient, pour Antiochos, la malédiction par l'intermédiaire du cep de vigne (symbole d'Israël) d'un général romain qui trace un cercle magique (à un moment où d'ailleurs, comme le note Flavius Josèphe, Israël se rapproche diplomatiquement de Rome).

Pour un développement supplémentaire sur les cercles magiques voir cette vidéo.

Lire la suite

Charles Edward Gordon Crawford, pionnier du nudisme anglais

7 Mars 2018 , Rédigé par CC Publié dans #Nudité-Pudeur en Europe

On sait que la nudité individuelle au soleil est une pratique ancienne que partageaient dans le monde occidental aussi bien le père fondateur des Etats-Unis franc-maçon Benjamin Franklin que le philosophe athée Nietzsche. La nudité collective s'est pratiquée dans les sectes hérétiques dans des perspectives plus ou mois adamites puis dans les milieux anarchistes au XIXe siècle, avant de trouver un institutionnalisation en Allemagne avec le Freiluchtpark de Hambourg en 1903.

Les anglo-saxons reconnaissent comme pionnier de leur naturisme nu (car il y eut un naturisme habillé) Charles Edward Gordon Crawford, un juge britannique veuf qui fonda une micro colonie de quatre nudistes à Thane en Inde, The Fellowship of the Naked Trust, avec deux fils de missionnaires en 1891. L'existence de ce groupe (mise en exergue en 2010 par le Mumbai Mirror repris par CNN) qui ne dura qu'un an à l'abri des regards jusqu'au remariage de Crawford (mariage qui le conduisit à déménager à Ratnagiri) est connue seulement à travers la brève correspondance de Crawford avec le "gourou gay" Edward Carpenter, un poète socialiste végétarien anglais proche du philosophe indien Rabindranath Tagore (à quel titre se connaissaient-ils ?).

On ne sait pas si ce Crawford fut lié à la franc-maçonnerie comme le sera un peu plus tard l'autre célèbre fonctionnaire colonial britannique Gerald Gardner amateur de nudité au grand air qui allait mélanger nudisme et sorcellerie néo-païenne dans la religion wiccane dont il fut le fondateur.

Lire la suite

Quelques guérisseurs célèbres proches du pentecôtisme

25 Février 2018 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées, #Christianisme

En 1854 l'humble prédicateur Henry Wight arriva à Edimbourg et installa son pupitre portable devant la maison de John Knox. Il y eut une cérémonie où John Alexander Dowie (7 ans) chanta pour lui.

Henry Wight eut sa vie brisée par la mort de sa femme et fut sauvé à Londres en 1827 par l'enseignement presbytérien de l'Ecossais Edward Irving (1792-1734) fondateur de l’Église catholique-apostolique qui croyait que tous les dons de l'Eglise primitive nous seraient déversés sur les croyants en ces temps d'approche des derniers jours. Le groupe Port Glasgow Pentecost fondé par Henry Wright eut plus de 400 adeptes mais lui et ses prédicateurs furent excommuniés par l'Eglise d'Ecosse.

John G. Lake (1870-1935) raconte dans "Heavenly Authority" (éditions de GodSounds 2017 p. 7) qu'atteint de rhumatismes, il s'est rendu à la Divine Healing Home de l'évangéliste écossais John Alexander Dowie au 12 Michigan Streets à Chicago. Plus tard John Alexander Dowie  l'a aussi aidé à distance (par  téléphone) à ramener sa grande soeur à la vie (p. 30).

p. 65 "Je vivais, écrit-il, dans une famille où pendant 32 ans ils n'ont jamais été sans un invalide à la maison. Avant que j'eusse 34 ans nous avions enterré quatre frères et quatre soeurs, et quatre autres membres de la famille étaient mourants, des invalides désespérés, sans aide. J'ai construit mon propre foyer, épousé une belle femme. Notre premier fils était né. Il se passa seulement peu de temps avant que je visse le même train diabolique de maladie qui avait suivi la famille de mon père s'abattre sur la mienne. Ma femme devint une invalide, mon fils fut un enfant valétudinaire."

Outre John G Lake, Dave Hayes recense dans son "panthéon" Smith Wigglesworth (1859-1947), un des premiers pentecôtistes anglais, la canadienne Aimee Semple McPherson (1890-1944) et le télévangéliste né à Jaffa en 1952 Benny Hinn.

Kenneth E. Hagin, né en 1917 au Texas, prématuré et presque mort né, très valétudinaire, connut deux EMI à 15 ans et demi (en 1933). Il mourut en 2003. Il semble se rattacher aussi à cette lignée.

 

Lire la suite

Les vices de la médiumnité selon John G Lake

22 Février 2018 , Rédigé par CC Publié dans #Médiums, #Christianisme

John G Lake (1870-1935) fut un grand prédicateur pentecôtiste qui pratiquait la guérison des malades en application des préceptes de l'Evangile. Extrait de son célèbre livre "Heavenly Authority" à propos des médiums et de ceux qui pratiquent le spiritisme (éditions de GodSounds 2017 p. 53) :

"Nous avons un voisin qui est un ardent spirite. Un jour il m'a accompagné en ville et il m'a raconté combien cela le fascinait. Et puis la semaine dernière il est parti avec la femme d'un de ses camarades. J'aurais beaucoup à dire sur ce sujet. J'ai observé les progrès et les processus du spiritisme depuis des années, et ça finit généralement comme ça. Cette tendance tire vers le bas, pas vers le haut, vers l'égoïsme et la sensualité. Mais non, nous quand nous avons une difficulté dans notre esprit, nous allons vers le Père des esprits (Dieu). Quand nous avons une difficulté dans notre âme, nous n'allons pas vers l'esprit du monde, la chair et le diable. Le problème est dans notre consécration. Nous n'avons pas une bonne vision de la consécration du chrétien et de ce qui la constitue. Le Seigneur apporte un salut pour l'esprit, un salut pour l'âme et aussi un salut pour le corps".

Lire la suite

Le livre de Bernhard Koch sur le Maharishi du Mont Kailash

14 Janvier 2018 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme

Bernhard Koch est un érudit allemand qui exhume des aspects peu connus du christianisme comme la vie d'Hilarion de Gaza (4e siècle), ou celle de Maria Woodworth-Etter (la "grand mère du pentecôtisme).

En  2008 il a publié une synthèse des témoignages de Sadhu Sundar Singh sur le Maharishi du mont Kailash, un musulman d'Alexandrie né en 1594 qui, après avoir été converti par un certain Jernaus "neveu de St François Xavier" en Egypte (1506-1552), aurait vu Christ lui apparaître, celui-ci lui ayant révélé qu'il ne mourrait pas avant le retour du Messie, de sorte que ce Maharishi (sage) qui vit sur l' "Olympe de l'Inde" (le mont Kailash) aurait aujourd'hui plus de 400 ans. Il est d'ailleurs une référence importante du prédicateur pentecôtiste indien déjà mentionné sur ce blog Sadhu Sundar Selvaraj qui a lui-même écrit un livre sur ce Maharishi en 2011.

Sadhu Sundar Singh (1889-1929) lui aussi converti au christianisme a rencontré ce sage en 1912, puis à nouveau semble-t-il en 1916 (il en a parlé dans le magazine indien Nur Afshan du 14 juillet 1916 et le 27 juillet 1917), et il est retourné sur ses traces en 1929 sans qu'on sache s'il l'y a retrouvé puisque sa mort dans l'Himalaya fut mystérieuse.

Les témoignages de Sundar Singh que B. Koch mobilise ont été synthétisés une première fois par le missionnaire Oskar Liebler en 1923 à partir des conférences qu'il a données à Berlin (probablement en 1920 puisqu'il fut cette année là à Oxford).

B. Koch utilise aussi la biographie de Sadhu Sundar Singh publiée par Rebecca Jane Parker (1865-1946), de la London Missionnary Society,  en 1922 et "Sâdhu Sundar Singh, Ein Apostel des Ostens mid Westens, Mûnchen, 1914" du théologien très actif dans la réconciliation entre catholiques et protestants Friedrich Heiler (1892-1967) qui eut des échanges épistolaires avec le sage en 1924-1925 (il est identifié comme son introducteur et sa caution principale auprès des protestants continentaux, avec le Dr Nathan Soedblom). Il aurait peut être aussi pu utiliser les travaux du chanoine BH Streeter et AJ Appasamy.

(Les auteurs allemands comprenaient mieux Sundar Singh que les Français. NB : ainsi le journal La Croix du 4 avril 1922 en p. 4 dans sa "revue des revues" rend compte d'un article du catholique Léonce de Grandmaison de janvier-avril 1922 qui rend compte d'une façon positive de l'oeuvre évangélisatrice de Sundar Singh, sans dire un mot de sa rencontre avec la Mahashi de Kailash - Alfred Loisy dans le numéro Revue critique d'histoire et de littérature du 1er mai 1924 p. 186 dans son compte rendu du livre de Heiler fait de même. ll y aurait eu une campagne jésuite contre lui mais aussi d'un théologien protestant suisse selon Recherches de sciences religieuses de 1926 - mortel intellectualisme !).

En 1912 à l'occasion de ses pérégrinations dans l'Himalaya, il glisse sur les pentes, perd connaissance et se retrouve devant la caverne de l'ermite et y trouve un vieil homme couvert de cheveux très longs avec une barbe qui lui descend jusqu'aux pieds. Il lui explique  qu'il est né il y a 318 ans. ll lisait le Nouveau testament sur un parchemin grec oncial écrit à l'époque de Constantin que lui avait remis Jernaus et qui avait appartenu à François Xavier (p. 23). Il fut missionnaire pendat 25 ans et apprit 21 langues. Devenu vieux, il décida de se réfugier sur le mont Kailash pour y finir tranquillement ses jours. Ii vivait dans un antre entouré d'herbes qui lui permettaient d'affronter le froid (il en fit absorber à Sundar Singh).

Las de la vie il pria Jésus des heures pour être amené au ciel. Un jour il vit le ciel s'ouvrir, Jésus lui apparut et lui qu'il l'avait lavé de ses péchés et qu'il serait maintenu en vie jusqu'au retour du messie pour prier et combattre les démons (p. 25). Jésus repartit, des saints vinrent le féliciter chaque jour (sur la présence des saints voir Hebreux 12:1 et Hebreux 12:22-24, l'apparition de Samuel à la pythonisse 1 Samuel 28:15, et la transfiguration Matt 17:1-13). Peu de temps avant la visite de Sundar Singh (1912), le Maharishi avait reçu la visite de St François d'Assise, St Polycarpe de Smyrne et Linus (le véritable auteur de l'Imitation de Christ et non pas Thomas a Kempis). Depuis lors, il voyagea par l'esprit là où le Seigneur lui demandait de se rendre pour aider tel ou tel comme jadis St Paul (Colossiens 2:5) ou Elisée (2 rois 5:26), sans que le fidèle ait besoin de le prier ni que le fidèle puisse prier pour autrui car les autorisations d'intervention viennent de Dieu.

un jour il a rencontré Jean le Baptiste qui lui raconta avoir aperçu Jésus au désert en restant caché derrière un arbre, peu de temps après sa tentation (p. 39). Les anges étaient présents, et les prophètes Moïse, Elie, Samuel et Adam qui chantaient la louange du Seigneur. Tous voulaient se sacrifier à sa place mais Jésus leur expliqua pourquoi c'était impossible. Il explique aussi aux animaux pourquoi la mort les a atteints comme l'humanité après la Faute d'Adam.

Jean le Baptiste lui parle aussi et Jésus lui annonce son martyr prochain. Après sa mort Jean alla instruire les âmes des morts sur la résurrection prochaine.

Sur l'Au-delà, le Maharishi dit à Sundar Singh : une âme sauvée par le sang de Jésus est voit un ange en mourant et perd toute crainte. Une âme non sauvée est reçue par des anges sataniques et répugnent à quitter leur corps. Au début l'âme ne ressent pas qu'elle a quitté le corps, dans un second temps un guide angélique la conduit devant deux chemins : un qui mène à la lumière de Dieu, un autre est obscur. Ceux qui ne supportent pas de par leur nature la lumière de Dieu choisissent nécessairement le second (p. 46). Au troisième stade ceux qui sont sur le chemin de lumière découvrent la joie éternelle, sont lavés de leurs derniers péchés, et introduits dans leurs maisons célestes d'où ils loueront Dieu et aideront les vivants. Les autres sont couverts de blessures qui résultent de leurs péchés terrestres et informés de leur prochaine chute dans le lac de feu au Jour du Jugement, sans rémission possible (Hebr 10:26-27).

Un jour le Maharishi eut affaire à un esprit sans repos, celui d'un brigadier de police qui errait dans le désespoir. Le Maharishi pria. Dieu lui envoya un ange qui lui fit savoir que le jugement de Dieu serait inévitablement négatif.Le Maharishi insista. L'angle plaça le mort devant le Seigneur qui se tint devant lui dans une lumière seulement atténuée, mais même cette lumière là l'esprit du policier ne put la supporter et il s'enfuit.

Au contraire le Maharishi un jour se rendit par l'esprit dans une compagnie d'anges auprès d'une parisienne mourante de 21 ans nommée Maggie ou Margot en français. 15 minutes avant sa mort les anges touchèrent les yeux de la jeune fille et elle put voir immédiatement à son chevet une armée d'anges et des parents décédés en Christ. Elle remarqua aussi une échelle dorée. Elle voulut consoler sa mère qui était près d'elle en lui disant ce qu'elle voyait mais la mère et les autres gens de sa famille présents crurent qu'elle délirait. Ses derniers mots furent : "Entre tes mains je remets mon esprit". Désespérée sa mère se jeta sur son corps décédé. Margot tenta de continuer à la consoler mais sa mère ne le percevait pas. L'âme de la jeune fille fut accueillie au Ciel par Jésus, elle reçut sa demeure céleste en récompense de bonnes actions qu'elle avait elle-même oubliées et, qui plus est, une couronne avec quatre pierres précieuses du fait des quatre personnes qu'elle avait conduites à Jésus à divers moments de son existence terrestre. Les appartements célestes sont cités par Paul (2 Corinthiens 5:1). p. 50

Sur l'expérience de la voie obscure, on peut se reporter, sur You Tube, à l'expérience de mort imminente (EMI) d'Howard Storm professeur d'arts plastiques en visite à Paris le 1er juin 1985, et sur les maisons célestes voir l'EMI de ce pasteur nord coréen qui coïncide exactement avec celle de Kim Sang-ho l'associé du pasteur coréen de cette vidéo,  David Paul Yonggi Cho (né en 1936, fondateur après une guérison miraculeuse en 1958 de l'Eglise du Plein Evangile Yoido à Séoul, son église compte maintenant plus de 500 missionnaires et il a été condamné en 2014 à cause de malversations financières de son fils) : il eut une attaque cardiaque après le décès de sa femme, qui entraîna son propre décès attesté par un médecin (et le pasteur organisa lui-même sa cérémonie de funérailles). Il se réveilla pendant le dernier cantique juste avant d'être mis dans son cercueil (trois jours après le décès). Il raconta : au moment de son décès, il vit trois étoiles tomber du ciel. C'étaient trois anges. Ils lui dirent : "Allons à ta maison". Deux le prirent chacun par un bras et le troisième les conduisait. Il vit son corps sur Terre. Ils survolèrent la Terre jusqu'au pôle Nord et là prirent une autoroute vers le Ciel. Il vit des âmes emprunter cette route. Les anges lui dirent que cela prendrait un jour. Il fut accueilli dans la Jérusalem céleste par Jésus et les anges. Il vit le roi David, St Etienne, puis une rivière entourée d'arbres, avec des bancs, des anges, des fruits revigorants, de la beauté. Il arriva dans un auditorium où des milliards d'âmes louaient Dieu dans la lumière. Jésus lui fit visiter des endroits. D'abord à sa demande la demeure de sa femme (min 7'35). Sa femme y était avec de beaux vêtements. Elle était très belle (alors que sur Terre elle ne l'était pas), elle ressemblait à Jésus, renouvelée par lui. L'arrière de sa tête brillait comme un diamant parce que son père était si en colère qu'elle soit allée à la messe un dimanche qu'il lui avait donné un coup derrière la tête avec une pierre (minute 10). Ce détail ressemble à l'image des pierres précieuses accordées à Margot (ci dessus). Le pasteur coréen vit aussi la beauté de la maison de sa femme parce qu'elle avait nettoyé l'église souvent dans l'abnégation sans être remarquée, tandis que la sienne était plus petite et sans toit. Jésus lui dit qu'il devrait retourner sur Terre pour réaliser la construction du toit avec ses bonnes actions.

Marishi a aussi rencontré l'esprit du fils de la veuve de Naïn, celui que Jésus ressuscita (Luc 7:12-15) qui fut ensuite selon lui parmi les 7 disciples que le Christ envoya ensuite deux par deux en mission à travers le monde (Luc 10: 1-12). Un philosophe athénien connu vint à lui par l'esprit pour lui dire qu'il avait vécu à l'époque de Jésus et avait rencontré le fils de la veuve de Naïn après sa résurrection. Et il rencontra aussi un autre philosophe qui était parti à la recherche de Jésus après le miracle de la piscine de Bethesda.

Selon la biographe d'Appasamy, le 14 juillet 1916 et le 27 juillet 1917 la revue Nur Afshan parla d'une nouvelle visite de Sundar Singh au Maharishi chrétien. Ceux qui devaient l'accompagner avaient eu des empêchements.Sundar Singh y raconta ainsi cette deuxième rencontre où le Maharishi avait vu en esprit les compagnons de Sundar Singh l'abandonner un à un.  Il lui a été expliqué à nouveau l'envoi des saints pour aider les vivants (parce que ceux-ci ont une meilleure compréhension des problèmes humains que les anges). Le Maharishi lui enseigna aussi sur la base de Jeremie 1:5 que les âmes humaines existent dans le projet de Dieu avant le corps (Zac 12:1) mais pas de toute éternité.   Le Maharishi lui parla aussi d'un lama bouddhiste qui était venu le voir et avec qui ils avaient évoqué Kartar Singh, un martyr chrétien sikh du Penjab.

Maharishi lui expliqua que le sage Vishvamitra de Benares était un des rois mages (alors que dans la tradition hindoue il est très antérieur au Christ) qui prépara ensuite le terrain à St Thomas pour l'évangélisation du pays. Dans leur lignée il y aurait eu en 1916 24 000 missionnaires cachés en Inde.

Du dernier voyage de Sundar Singh dans l'Himalaya on ne sait rien puisqu'il n'en est pas revenu.

Sundar Singh aura été finalement assez discret sur le Maharishi même lors de ses tournées en Europe dans les années 1920 parce qu'il estimait que sa mission était d'annoncer Jésus et non le Maharishimi (biographie de Liebler et celle d'Appasamy et Streeter). Selon Heiler un sadhu hindou et des marchants tibétains auraient parlé de ce Maharashi chrétien croisé dans les montagnes. Une certaine Miss Dobson dans les années 20 parla dans une université américaine du Maharishi et un étudiant lui dit que son père ingénieur dans le nord de l'Inde lui en avait parlé avant de mourir (p. 71). Dans les archives du pr Heiler se trouve une lettre de Yunas Singh datée du 20 avril 1926 qui explique qu'il a entendu parler de l'ermite à Dwarahat puis en 1916 il a interrogé des marchants tibétains et Bhotiya qui a parlé d'un très vieil ascète parmi ceux qui vivaient dans les cavernes secrètes. Maria Humphrey née Von Kalben, dans une lettre de St Georgsberg près de Ratzeburg du 28 janvier 1927 écrit que sa soeur a entendu d'un certain M. McMullan que quelqu'un avait entendu parler d'un homme vieux de plusieurs siècles vivant dans l'Himalaya. La propre belle mère de Mme Humphrey décrivait cet homme comme étant en contact avec les saints.

Le Sadhu John Nelson dit avoir entendu un officiel gouvernemental affirmer qu'il avait vu le Maharishi lui apparaître et le bénir. Il prétend aussi que l'ex gourou devenu chef de l'association des missionnaires secrets lui a confié en 1929 : qu'Il y a 8 ans en 1921 il était une mauvaise personne, mais dans la zone du mont Kailash il vit apparaître un homme au corps couvert de cheveux qui le convertit au christianisme, et qu'il apprit que l'homme avait plus de 300 ans".

Heiler reconnait que les sceptiques trouveront ces témoignages trop indirects mais que beaucoup de gens autour di mont Kailash croient à son existence.

Lire la suite

Les téléportations de John G. Lake

13 Janvier 2018 , Rédigé par CC

Cité par Bernhard Koch (p. 9), un témoignage William Booth (1829-1912), pasteur méthodiste fondateur de l'Armée du Salut à propos de ses expériences dans le royaume des cieux :

" Ma sensation fut complètement au delà de toute description possible. C'était le frisson d'une existence céleste nouvelle. C'était le paradis.

Après le premier sentiment de surprise se fut apaisé, je regardai autour de moi, et saisis la situation. C'était largement au delà de tout ce qui est sur terre - positivement délicieux. Et pourtant quelques unes des plus belles scènes et les sons et les sentiments du monde que je venais de quitter sembla se répéter dans ma nouvelle expérience d'une façon qui m'enchantait. Cependant aucun oeil humain n'a jamais contemplé une telle perfection, une telle beauté. Aucune oreille terrestre n'a jamais entendu pareille musique. Aucun coeur humain n'a jamais éprouvé pareille extase, comme c'était mon privilège de voir, entendre, et me sentir dans le pays céleste.

Au dessus de moi était le plus ravissant des ciels bleus. Autour de moi planait une atmosphère si douce que cela fit vibrer toute ma structure physique de plaisir."

John G. Lake (1870-1935) un pentecôtiste suspect dont les disciples visitent la tombe pour obtenir son onction vivait aussi des téléportations (p 10). Il y a des débats sur le Net sur la différence entre "projections astrales" New Age et "voyages en esprit" chrétiens. Les chrétiens considèrent les artefacts de Satan dans le New Age comme des imitations inachevées du surnaturel chrétien - voir aussi le sataniste de Marie de Jésus à Cordoue au siècle d'or espagnol.

 

Lire la suite

Quand le culte marial ne mène pas à Dieu...

13 Janvier 2018 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme

Dans un entretien accordé cette semaine à Paris-Match, l’acteur Alain Delon évoque son rapport à la religion, et surtout à la Vierge Marie. « Ma passion, c’est Marie. Parce que j'aime cette femme, j'aime tout ce qu'elle fait […] Je lui parle, je lui dis des choses, je lui demande des choses. Elle m’apporte un soulagement, elle m’apporte une compagnie que je n’ai pas, elle est toujours là. ». Pourtant par ailleurs dans la même interview "il confesse ne plus croire en Dieu et demeure certain que, post mortem, «on ne devient qu'un corps qui pourrit sous terre". "Elle, au moins, ne souffre plus. Elle repose. Sans elle, je peux partir moi aussi" confiait-il récemment à la mort de l'actrice Mireille Darc.

Lire la suite

Les prophéties autour de Donald Trump

6 Janvier 2018 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme

Les prophéties autour de Donald Trump

Aux yeux des évangéliques américains les démocrates sous Obama étaient liés à l'Islam (Huma Abedin adjointe d'Hillary Clinton"pakistano-américaine née dans le Michigan en 1976, qui a grandi en Arabie saoudite qui finança 20 % de la campagne de Clinton, laquelle et restait en contact à travers notamment sa mère avec la Ligue mondiale musulmane wahhabite), aux scandales sexuels, (voir les fuites de mails de Wikileaks notamment celui du 8 octobre 2015  de John Podesta , avant qu’il ne soit le directeur de campagne d’Hillary, authentifiés par signature cryptographique, annonçant qu'il allait recourir aux services d’Uber et chauffer une piscine pour y mettre des enfants de 11, 9 et presque 7 ans, et ceux qui parlent de pizzas, de pastas, de sauce et de cheese. Pour certains ce serait un code : Cheese Pizza = CP = Children Pornography / Candy Porn, Domino = Domination / BDSM, Cheese = petite fille, Hot Dog = garçon etc . ») et à l'ésotérisme (voir le mail du 30 août 2009 d’H. Clinton à Abedin se terminant par « En croisant les doigts, la patte du vieux lapin hors de la boite dans l’attique, je vais sacrifier un poulet au Moloch dans la cour », celui 28 juin 2015 indiquant que Tony Podesta, était invité avec son frère de John, invité par l’artiste serbe Marina Abramovic chez elle à New York à une séance de « Cuisine spirite » - « spirit cooking »-, un rituel de la religion luciférienne du mage Aleister Crowley, auquel se livre aussi Lady Gaga - voir aussi les symboles suspects des artistes qui soutiennent H. Clinton, et le soutien du banquier George Soros, principal financeur de Clinton à la diffusion dans le monde du livre de Saul Alinsky « Rules for radicals » Alinsky que Clinton interviewa dans sa jeunesse, Podesta a préfacé un livre sur les extraterrestres). Cela a conduit ces évangéliques à voter largement pour Donald Trump.

Certains de leurs prédicateurs disent avoir reçu des paroles prophétiques de l'Esprit Saint qui vont au soutien de Donald Trump.

Ce fut notamment le cas de Lance Wallnau, né d’une mère catholique et d’un père protestant, Wallnau a été cadre dans l’industrie pétrolière pendant vingt ans  et enseigne à l’Université chrétienne du Sud-Ouest dans l’Oklahoma. Il a rencontré Trump dans ses tours (les Trump Towers à New York) alors qu’il n’était qu’un des dix-sept postulants à l’investiture républicaine . Et il affirme avoir eu une révélation directe de Dieu : Trump est la « boule de démolition » (wrecking bowl, un instrument de chantier qui n’existe pas en France) contre le politiquement correct (political correctness, c'est-à-dire la culture dominante de protection des minorités ethniques, religieuses et sexuelles et de mélange des culture) satanique qui selon lui emprisonne la société américaine (notamment parce que, selon sa conception, elle valorise l’homosexualité et la disparition des genres, attaque la famille à travers la promotion de la jouissance sexuelle généralisée étendue jusqu’à la pédophilie, et la vie à travers la liberté d’avorter assimilée par lui à un vaste sacrifice d’enfants au service d’un Moloch ploutocratique digne du paganisme archaïque). À ce titre Donald Trump est le « Cyrus » de notre époque.

Cyrus est l’empereur perse qui, bien qu’il ait été païen, demeure honoré par la Bible pour avoir permis aux Juifs en exil à Babylone de retourner en Terre sainte. Wallnau n’est pas le premier à identifier un  leader politique qui n’est pas très recommandable sur le plan de ses mœurs comme un Cyrus providentiel. L’écrivain Jean-François de La Harpe (1739-1803) avait eu aussi cette révélation à propos de Napoléon Bonaparte (l’homme qui mit fin à la politique antireligieuse du Directoire et signa un concordat avec le Pape) et en témoignait dans un cours juste avant sa mort . Dans le contexte américain la résonance est plus forte du fait de la synchronicité autour du chiffre 45 : l’élection devait investir le 45e président des États-Unis, et c’est le 45e chapitre du livre d’Esaïe qui commence par « Ainsi parle l’Eternel à son messie (celui qu’il a oint ), à Cyrus, qu’il saisit par la main droite, pour terrasser les nations devant lui ».

Comme La Harpe, Wallnau est un converti : il a adhéré à l’évangélisme en décembre 1973 dans une école militaire, à une époque où il croyait plus aux extraterrestres qu’en Dieu  quand il a vu un jeune évangélique entrer dans l’enceinte de l’école comme par magie sans même être repéré par les sentinelles. « Boule de destruction » est une chanson du répertoire de Miley… Cyrus, chanteuse à succès de l’époque, célèbre pour ses provocations sexuelles et clairement répertoriée comme « esclave des satanistes » par le milieu évangélique (voir ce livre p. 80-81).

Il affirme que le Saint Esprit lui a rappelé la distinction (issue du calvinisme) entre « grâce commune » (« common grace »), celle qui conserve la vie, et « grâce qui sauve » (« saving grace »), celle qui assure un salut à l’humanité dans l’ordre escathologique. Trump relèverait de la première : n’est envoyé par Dieu que dans l’ordre de la première et donc ne fera qu’empêcher les USA de tomber trop bas. S’ils veulent un véritable salut, il leur faudra prier plus, se convertir en masse, renoncer davantage à leurs péchés.

Il est d’ailleurs un des trois prédicateurs à avoir prédit (sous l’inspiration de l’Esprit Saint selon lui) la victoire à l’élection présidentielle de Donald Trump là où tous les pronostiqueurs donnaient son adversaire gagnante

Une autre prophétie concerne son gendre Jared Kushner. le 22 février 2014, Kim Clement (1956-2016) avait eu la révélation qu'un "homme humble", jeune, un génie, qui parle peu, associé à un nom qui évoque l'or, et qui renversera les géants, on rira de lui mais il mettra en échec les ennemis de l'Occident et d'Israël. K. Clement n'a pu voir son visage, un brouillard entourait les gens devant lui parmi lesquels il était. Selon sa fille Donné Clement Petruska, Kushner, né en 1981, pourrait être cet homme. Son rôle clé en juin 2017 dans la préparation de la visite de D. Trump en Israël ou sa visite en Irak en avril avant même celle du secrétaire d'Etat Tillerson. Kushner a déclaré qu'il avait seulement lu quelques lignes sur le Proche-Orient quelques minutes durant en attendant un télésiège au ski. Ivanka Trump a qualifié le fait qu'il ait tant appris en quelques minutes de "nothing short of amazing" (rien de moins que stupéfiante) ce qui est interprété par Donné Clement Petruska comme le fait qu'il s'est agi d'un apprentissage surnaturel, tout comme serait inspirée par l'Esprit saint son ascension actuelle dans l'administration Trump. En 2017 le premier ministre irakien s'était dit impressionné par sa connaissance de la région et le premier ministre israélien a laissé entendre qu'il le connaissait depuis longtemps. Il est à l'origine de la décision du président Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Lire la suite

Sundar Selvaraj

31 Décembre 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme

Sundar Selvaraj est né le 17 Mars 1962 à Janai au Bengale occidental, dans une famille catholique où il fut l'enfant premier-né mâle ce qui l'obligea à suivre la voie de son père devenu un prêtre hindouiste (qui faisait des sacrifices de sang aux démons) quand il avait 7 ans. Il s'est donc consacré à l'étude des mantras, et il était versé dans l'exécution des pujas (cérémonies religieuses). Il a même fait le kavadi - une forme de pénitence hindouiste, pendant 3 ans. A l'âge de 16 ans, il a recherché la faveur des divinités hindoues par les jeûnes, les pénitences et les pujas, afin d'être délivré du cycle de renaissance et être un avec Brahma - . En vain.

En juin 1978, il a assisté à une conférence sur la religion et la science, donnée dans un auditorium public. L'orateur parlait de l'évolution ce qui procurait au jeune Sundar avait une envie de devenir un neurochirurgien. Après avoir parlé pendant une demi-heure sur l'évolution, l'orateur a ensuite comparé la théorie de l'évolution à celle de la création par Dieu. Le sujet, même s'il était intéressant, déplut à Sundar parce que l'orateur avait parlé de Jésus-Christ.  A la fin de son message, l'orateur a invité à tous ceux qui souhaitaient recevoir Jésus-Christ comme leur Sauveur de s'avancer jusqu'à la scène. Comme l'expose une site chrétien " Même si Sundar sentit une impulsion de s'avancer, étant un hindou convaincu, il s'est rebellé contre cette impulsion. Soudainement, venant de son for intérieur, il a entendu une voix claire et audible lui parler. La voix disait: «C'est le vrai Dieu. Va et suis-le.» Sundar était estomaqué d'entendre une voix l'inviter à s'avancer et à accepter le Seigneur Jésus-Christ comme son Sauveur et son Dieu. Il a ignoré la voix. Mais, comme une cassette, la voix continuait à répéter «C'est le vrai Dieu. Va et suis-le.» Sundar a alors vécu une autre expérience surnaturelle. La chaise sur laquelle il était assis s'est mise à vibrer. C'était comme si la chaise le poussait à se lever et à aller. Il a saisi les bras de la chaise, décidé à ne pas bouger d'un pouce.

Pendant tout ce temps, la voix continuait à répéter la même chose. Alors, sans avertissement, il a ressenti une vraie main tangible sous son dos. La main l'a gentiment levé sur ses pieds. Interloqué, Sundar a cessé de résister. La main invisible mais vraie a alors pris sa main et l'a gentiment conduit à travers 3 rangées de chaises jusqu'au devant de la scène.

Il a rejoint environ 50 autres personnes qui s'étaient avancées pour recevoir Jésus-Christ comme leur Sauveur. Regardant vers le haut, Sundar a dit: «Jésus, si tu es le vrai Dieu, aide-moi s'il te plaît à être délivré du cycle de renaissance.» Il a alors mécaniquement récité ce que l'orateur a demandé de dire à tous ceux qui s'étaient avancés, «Seigneur Jésus, entre dans ma vie.»

Aussitôt qu'il eut prononcé ces mots, il vécut une autre expérience surnaturelle totalement inattendue. Il a ressenti quelqu'un verser comme de l'huile sur sa tête. Cela tombait sur sa tête et se répandait tout sur lui, il sentit alors une purification se produire dans son coeur. Comme si tous ses péchés et sa nature souillée étaient lavés et purifiés. Quand l'huile est parvenue à ses orteils, une paix indescriptible a rempli son être. Cette dernière expérience a totalement convaincu Sundar que le Seigneur Jésus-Christ était vraiment le Seul Vrai Dieu. "

Aux vacances de novembre suivantes (six mois plus tard) il lut les livres que lui avait donnés l'orateur, il entendit une voix en les lisant lui disant de baptiser. Il prit un uniforme scolaire pour faire croire qu'il avait un baptême  supplémentaire, se fit baptiser. Chaque dimanche après midi il apprit la Bible, et se rendit à la formation tous les dimanches après midi. Le 3 mars 1979 il fut baptisé chez des adventistes du 7e jour.

En septembre 1980 il intégra les pentecôtistes mais les trouvait trop bruyants. Il lut beaucoup l'Evangile jusqu'à ce qu'il fût convaincu de la vérité du baptême dans l'Esprit et intégra le courant pentecostiste. En septembre 1981 il eut 3 jours d'électrisation par l'esprit saint. ll en voulut les dons. Un autre homme de Dieu voyait les anges, et avait des voyages d'esprit. Selvaraj voulut cela. Il lut "The believer's authority" de Kenneth E. Hagin, pria sans cesse, et il lui fut annoncé qu'au bout de 180 jours les dons lui seraient donnés. Le 23 ou 24 septembre 1983 son esprit s'ouvrit, il vit pendant 20 mn Jésus sur la croix sous divers angles et les larmes coulèrent des ses yeux comme des rivières. Il put vérifier le soir en écrivant son journal que cela faisait bien 180 jours. Depuis lors à chaque fois qu'il prie il a une vision spirituelle. Cela ne lui suffisait pas. Il demanda à voir Jésus. En novembre 1983, comme il avait la charge de faire des prières pour le chef de son église, de 10 h à 17 h, il resta en prière et contemplation sans but, puis le soir, alors qu'il s'apprêtait à demander à Dieu de l'aider à prier pour les gens qui avaient écrit les lettres, Jésus entra par la porte de la pièce dans une belle robe bleue. Il fut ravi par sa grandeur. Jésus dit qu'il venait prier avec lui. Il se mit à genoux. Il lui dit de mettre la main sur chaque lettre, et lui même priait et pleurait pour chacune d'elles. Puis Selvaraj voulut voir la gloire de Jésus dans les cieux, et après des jours de prière il vit un saint plein de gloire dans sa pièce qui lui demanda ce qu'il lisait. Selvaraj lui demanda "Aya, qui êtes vous ?" et l'homme répondit "Je suis celui qui a écrit l'Apocalypse". Il lui fit ouvrir le livre, lui expliqua notamment comment les anges des sept églises qu'il y mentionnait se tenaient près de lui à Patmos et recevaient ses manuscrits pour les donner aux églises concernées, puis partit au bout d'une demi-heure. Depuis lors d'autres saints entrèrent dans sa chambre pour prier avec lui ou lui expliquer des morceaux des écritures. Isaïe est venu lui expliquer son livre.

Le 24 mars 1984 il se trouva dans un très beau jardin vert, deux anges de 8 pieds lui donnèrent la bienvenue au paradis. Il vit de nombreux enfants de 3 ou 5 ans. En 1985 alors qu'il priait à minuit il entendit un bruit d'ailes autour de lui. Il rechercha le calme et son esprit sortit alors de son corps. Il sentit un aigle dans son dos, comme dans Isaïe 40:31 qui l'ame,a dans une maison voir une personne pécher en secret pour qu'il en témoigne au jugement de la fin des temps.

En 1992 après avoir prié en langues pendant deux jours il fut capable de voir dans toute la pièce autour de lui avec une vision à 180 degrés. En 2006 Jésus lui a appris qu'il n'y aura pas de grand enlèvement avant les tribulations de l'Apocalypse contrairement à ce qu'enseignent les pentecotistes.

En 1997 lors d'une conférence en Afrique du Sud il a vu Andrew Murray et John G Lake prier pour le pays dans les cieux.

En 2003, il se rend pour la première fois à Washington DC invité par l'Eglise chinoise  (Chinese community church), puis il parle chaque année dans le New Jersey.

En 2013 avec le prophète indien Vincent Selvakumar il prévoit une maladie de peau qui gagnera le Pangasinan, mais il y eut une controverse sur la réalisation de cette prophétie.

En 2014 alors que son avion est retenu à Francfort, un prophète d'Israël lui révèle que Berlin sera la QG politique de l'Antéchrist.

Il a aussi des révélations sur la corruption des démocrates américains et l'onction de Trump (ce qui rejoint les inspirations de Lance Wallnau). Il pense que l'image de la bête dans les derniers jours sera un produit de l'intelligence artificielle (comme Theoneptie interprète la marque de la bête comme une puce électronique). Comme Allan Rich et d'autres protestants il pense que le pape François prépare l'accueil du monde à l'Antéchrist en faisant croire que toutes les religions sont une. Il a vu plusieurs fois G. Washington au ciel.

Il s'appuie sur 1 Samuel 28, sur la transfiguration et sur Matthieu  27:50-52 pour justifier la présence des saints à nos côtés sans que cela implique une invocation des morts comme chez les catholiques.

Dieu lui aurait dit que la Russie va envahir les USA si ceux-ci ne se repentent pas dans la forme où le prophète Joël le leur demandait.

Une question : son apologie du Maharishi du Mont Kalash n'est-elle pas New Age ?

Lire la suite

Une monarchie française d'ascendance davidique ?

9 Décembre 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées, #Christianisme

C'est le Marquis de la Franquerie (André Lesage) qui l'expose dans "Ascendances davidiques des rois de France", un livre des années 1980 réédité en 2002 par les éditions Saint-Remi auquel on faisait référence il y a peu,  en partant de la déportation à Babylone (IV Rois 17), il montre que certaines populations transplantées en Assyrie s'enfuirent vers la Mer Caspienne quand cet empire s'effondra en 609 av JC et se mêlèrent aux cimmeriens qui ensuite firent partie des celtes. Gaulois pourrait venir de l'hébreu gôlâh (gaulau) mot qui apparaît pour la première fois dans Rois 15:19, et non pas de coq en latin. 

Le site ici note aussi "Peu après que les Israélites aient été transportés en Assyrie, les érudits remarquent l'apparition, dans ces régions, des Cimmériens et des Scythes. Les Assyriens appelaient aussi ces Cimmériens et ces Scythes  « Khumri », « Ghomri » ou « Gimiri » (d'après le roi Omri d'Israël) et « Iskuza » ou « Sacae » (dérivatif d'Isaac)." Il donne aussi des références plus précises que de la Franquerie à ce sujet : "L'historien Samuel Lyons apparente quelques-uns des peuples ayant habité l'Europe du nord-ouest aux Cimmériens. Comme il l'a écrit, il semblerait que les Cimmériens « soient le même peuple que les gaulois ou les celtes » (John Henry et James Parker, Our British Ancestors: Who and What Were They? [Nos ancêtres britanniques : Qui étaient-ils, d'où venaient-ils ?] 1865, pp. 23, 27).

L'historien et érudit George Rawlinson a écrit : « Il est raisonnable de dire que les Gimiri [ou Kymry ou Khumri] ou Cimmériens, qui apparurent en premier aux confins de l'Assyrie et de la Médie au 7e siècle avant notre ère, et les Sacae mentionnés sur la falaise du Behistun, près de 2 siècles plus tard, ne sont autres que Beth-Khumree [la Maison d'Omri] de Samarie, ou les Dix Tribus de la Maison d'Israël » (note sur sa traduction de l'Histoire d'Hérodote, Livre VII, p 378).

La linguiste et érudite danoise Anne Kirstensen est du même avis : « Il n'y a plus aucune raison de douter de la déclaration fascinante avancée par les experts étudiants les Dix Tribus, selon laquelle les Israélites déportés de Bit Humria – de la Maison d'Omri – sont les Gimirraja des sources assyriennes. Tout indique que les déportés israélites n'ont pas disparu de la circulation mais qu'ailleurs [à l'étranger], sous un statut différent, ils ont continué à laisser des traces dans l'histoire » (Who Were the Cimmerians, and Where Did They Come From? Sargon II, the Cimmerians, and Rusa I [Qui étaient les Cimmériens, et d'où venaient-ils ? Sargon II, les Cimmériens et Rusa I, traduit de l'anglais et du danois [Jørgen Læssøe, de l'Académie Royale Danoise des Sciences et des Lettres, no. 57, 1988, pp. 126-127)."

De la Franquerie développe ensuite la descendance de Japhet, les recherches linguistiques (contestées) de l'abbé Boudet sur les correspondances entre langues hébraïque et celtique.

En 585 av JC, Dieu punit à nouveau Israël sous Nabuchodonosor et fait égorger les princes de Juda (Jérémie, 52:10-11), mais les filles du roi Sédécias sont sauvées. Une d'elles, Tea-Tephi sera l'ancêtre des maisons royales européennes. Une tradition irlandaise fait de Jérémie un grand législateur (Ollam Fodhla) qui aurait amené Tea-Tephi  dans cette île où elle aurait épousé le prince Heremon, ce qui explique que la harpe de David figure sur le blason irlandais. Tandis que Joseph d'Arimathie oncle de la Ste Vierge (de la famille de David) serait mort à Glastonberry en 82 (sa petite fille aurait épousé le roi Lear).

Avec l'extinction du royaume de Juda en 585 av JC. Le droit d'ainesse passe à la branche des rois troyens mais Dieu promet de faire reverdir cet arbre (Ez 17, 18-24). Dans II Rois 7, 8-29 Dieu a promis à David une monarchie éternelle. Le Psaume 88 dit la même chose.

De la Franquerie cite toutes les ascendances antiques (notamment troyennes) que différents historiens attribuent à la monarchie française et les origines davidiques de la monarchie anglaise repérées dans de nombreux livres notamment le pasteur WMH Milner ("La Maison royale de Grande Bretagne, une dynastie qui dure" "The royal house of Britain an enduring dynasty" chap IX).

Le livre d'Hebert W. Armstrong "Les Anglo-Saxons selon la prophétie" et celui de Didier Apartian "Les Pays de langue française selon la prophétie" convergent pour voir dans ces deux peuples les héritiers des bénédictions faites à David, mais selon de la Franquerie l'ainesse selon la loi salique déjà applicable en Israël revient à la France car la maison royale anglaise n'est héritière que par une femme : Elisabeth II descend de Hildegarde, fille de Charlemagne. (NB : pour une critique de Milner voir ici)

Voir aussi en ligne Cohendy-Bray André - Ascendance davidique des rois de France.

 

Une monarchie française d'ascendance davidique ?
Une monarchie française d'ascendance davidique ?
Une monarchie française d'ascendance davidique ?
Lire la suite

"Faut-il croire aux prophéties politiques ?" de René d'Orfeuille (1883)

9 Décembre 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Histoire des idées, #Christianisme

Notre époque étant très friande de prophéties si l'on en croit les vidéos sur le Net, il peut être intéressant, pour le volet catholique monarchiste de cette thématique, de se reporter à l'ouvrage du comte René d'Orfeuille (après tout n'avais-je pas du bien récemment dans un de mes livres et il y a deux ans sur ce blog du livre du chevalier Roger Gougenot des Mousseaux, "La Magie, ses agents, ses vérités, ses mensonges", Plon, Paris, 1854 contre la sorcellerie ?) de 1883 "Faut-il croire aux prophéties politiques ?"

Ouvrage prudent d'un homme qui précise en p. II de son introduction : "Mettant le pied sur le terrain périlleux de la Mystique divine et diabolique, nous nous souviendrons que nous sommes avant tout catholique et nous désirons ne pas prononcer une syllabe en contradiction avec l'enseignement de la Sainte Eglise Romaine. Nous espérons y arriver, car nos idées sont aussi celles d'un érudit, savant théologien, que sa modestie nous empêche de nommer, mais qui est notre maître et dont les enseignements nous ont depuis longtemps guidés dans celte périlleuse étude" (on ne saura pas qui est ce maître).

On dit peu de choses sur le Net du comte René d'Orfeuille, à part qu'il était monarchiste et licencié en droit. En 1866 il était questeur adjoint à titre officieux société des antiquaires de l'Ouest à Poitiers, puis il en est vice-secrétaire l'année suivante. Fonctions qu'il abandonne en 1868 en devenant attaché au cabinet de M. ie Préfet de Loir-et-Cher. Il décède en 1913 à Paris et la revue souligne que "son nom n'avait cessé d'être réputé en Poitou pour l'amour traditionnel de l'érudition qu'il tenait de ses ancêtres." Il a écrit un livre sur le Pèlerinage de Lucerne (en Suisse). On repère de lui aussi un hommage à deux cléricaux dans la Semaine religieuse du diocèse d'Alby de novembre 1873 et un article sur le traitement du clergé dans les Annales catholiques de 1876.

Le but de son ouvrage est de faire le bilan raisonné des prophéties qui se sont abattues sur la France après la défaite de Sedan.

Il croit à la prophétie de St Rémi rapportée par Hinemar et Flodoard promettant à la France de devenir le nouvel Empire romain, malgré les critiques de Saint Avît archevêque de Vienne contre cette prophétie. Pour d'Orfeuille, la promesse s'est transmise légitimement des Mérovingiens aux Carolingiens et aux Capétiens. La France fût châtiée pour l'impiété de Philippe le Bel avec la guerre de Cent ans mais sauvée par Jeanne d'Arc. Charles VII est puni d'avoir édité la Pragmatique (premier pas vers le gallicanisme) en se laissant mourir de faim devant la révolte de son fils. Charles VIII entre à Rome malgré les droits du pape et meurt sans postérité. "Louis XII convoque le conciliabule de Pise et il règne seul de sa branché. Les trois fils d'Henri II, soutien du protestantisme, disparaissent sans héritiers. Henri IV périt assassiné après avoir, accordé à. l'erreur les droits de la vérité, et, quand les traités de Westphalie ont sanctionné toutes les injustices, viennent les malheurs de la Fronde".

"Louis XIV humilia le pour voir pontifical et fil décréter par des évêques lâches et servîtes la déclaration de 1682, source de l'hérésie gallicane, et sa triste vieillesse fut suivie d'une longue minorité, comme si Dieu avait voulu que la France affaiblie ne put abaisser l'Eglise davantage. Puis est venu la Révolution, c'est-à-dire le grand châtiment (...). Les Parlements qui avaient persécuté les Jésuites remplirent la charrette du bourreau sauf les deux qui les avaient pris sous leur protection, le Parlement de Besançon et le Conseil de Colmar. Enfin les rois qui s'étaient dits indépendants de l'Eglise, ont entendu le peuple se déclarer souverain. Depuis, les usurpateurs ont été punis, l'un dans les neiges de la campagne de Russie, après avoir dit que le pape ne ferait pas tomber les armes des mains de ses soldats ; le second est monté en fiacre chassé par l'émeute qui l'avait élevé ; le troisième a eu Sedan, et nos désastres ont commencé le jour où nos soldats abandonnaient Rome et Pie IX."

Il croit aussi aux visions de Ste Hildegarde, reconnues par le Concile de Trèves, et estime qu'elles ne peuvent être que toutes angéliques ou toutes sataniques car l'ange qui l'inspirait n'aurait pas manqué d'avertir l'abbesse de Rupesberg (p. 14) si elle était trompée. Les prédictions de la Sainte qui comprennent des temps heureux pour l'Eglise puis une invasion par les barbares sont rapprochées d'une remarque de M. Le Play dans Constitution essentielle de l'humanité (p. 259) sur le fait qu'un jour les Chinois envahiront Paris. Puis, une fois les barbares évincés, la justice règnera à nouveau, Juifs et hérétiques se convertiront et Jésus reviendra (p. 20). "Sainte Hildegarde parlait de l'Église d'Allemagne, son pays, et il est évident que jusqu'ici ses prédictions se sont accomplies. Les désordres du clergé ont en effet été punis par la guerre entre les Guelfes et les Gibelins; le relèvement des études théologiques dans l'Eglise a eu lieu au xiir* siècle, âge des Thomas et des Bonaventue. Au triomphe incomplet de cette époque succédèrent d'abord la révolte du pouvoir civil, puis celle de Jean Huss et de Wiclef, celle enfin du protestantisme spoliateur. Le Concile de Trente n'a pas ramené à l'idéal les églises d'Allemagne et il faut, avant l'ère de prospérité, que les chapitres de Trêves et de Cologne se soient retrempés dans la pauvreté et la persécution." " Ste Hildegarde n'a pas dit dans combien de temps on reverrait le rétablissement du Saint Empire, époque, nous osons le croire, où s'accomplira dans son entier la prophétie do saint Rémi promettant aux rois de Franco l'empire du monde s'ils savent s'en rendre dignes. Alors les Juifs rentreront dans le giron de l'Eglise, et, malgré nous, nous nous souvenons et d'Ezéchiel montrant Jérusalem renaissante et du Livre des Macchabées qui, dans la description de l'alliance de la république juive et des Romains, annonce peut-être en une figure une réalité du testament nouveau. "

Joachim de Flore que l'auteur accuse d'avoir inventé la quaternité à la place de la trinité et d'avoir été mis à l'index ne retient pas son attention (pour lui le grand monarque était un Hohenstaufen), pas plus que "l'ermite italien Jean Kalta sorte de médium ou de démoniaque" (p. 22) - on ne voit pas à qui il fait référence. En revanche les prédictions de Ste Marguerite de Cortone, Ste Brigitte et Catherine de Sienne lui paraissent véritables et concordantes à la différence de celle de Nostradamus (fondées sur l'astrologie et donc condamnées par les conciles de Bordeaux et de Tours). René d'Orfeuille reste prudent sur Savonarole, trouve que Catherine Raconigni s'est trompée en ne voyant pas de concile complet avant le Grand Pape, alors que le concile de Trente a eu lieu, ce qui, à ses yeux, discrédite les autres prédictions. Il voit dans les prophéties de Saint Malachie une distorsion par Arnold de Wyon (16e s) et le dominicain Chicon auxquelles on fait dire à peu près ce qu'on veut (p. 27). Le Liber Mirabilis, vieille compilation de la fin du 16e s, comportait déjà des erreurs sur le début du 16e s. La prophétie de St Césaire qui en fait partie fut l'oeuvre d'un faussaire qu'on utilisa à tort en 1793 pour faire croire à l'évasion de Louis XVII.

Les prophéties de Ste Thérèse d'Avila qui annoncent des jours heureux pour les dominicains, et Ste Marguerite-Marie Alacoque pour la victoire du Sacré Coeur sont validées par d'Orfeuille. Celle de Barthélémy Holzhauser qui faisait naître l'Antéchrist vers 1855 après le triomphe de l'Eglise lui paraît controuvée. Pour Marie d'Agréda il rappelle juste qu'elle est à l'Index.

D'Orfeuille critique ceux qui ont identifié Napoléon dans la prophétie d'Orval, qui remonterait XIIe s (il la décortique sur plusieurs pages, démontrant les erreurs sur toute la lecture du 19e siècle). Il disqualifie aussi le Père Nectou, Hélène Wallraff qu'il juge diabolique. Celle du P. Martinelli, jésuite italien du 17e s, lui paraît juste douteuse. Celle du frère Hermann de Lehnin lui parait avoir été forgée vers 1750 puisqu'elle concorde jusqu'à cette époque et se trompe sur Frédéric II de Prusse (p. 48).

Comme beaucoup de ses contemporains, d'Orfeuille doit examiner le cas d'Anna-Maria Taïgi, morte en odeur de sainteté en 1837 et dont la cause en béatification fut introduite en 1863, qui vit des tribulations (des ténèbres épaisses qui entoureraient le monde), mais aussi le retour des hérétiques vers l'Eglise. Au même moment sAdrien Peladan dans un ouvrage sur le même sujet "Dernier mot des prophéties" rappelait (p. 110 de ce livre) qu'elle avait prédit la conversion de la Russie, de l'Angleterre et de la Chine... Les catholiques contemporains d'Orfeuille lui étaient reconnaissant d'avoir annoncé que le pape perdrait ses Etats et que le Saint Siège "serait réduit à vivre des aumônes du monde entier mais que d'ailleurs elles ne manqueraient pas" (p. 53).

Elisabeth Canori-Mora, née à Rome en 1774, annonça aussi le triomphe de l'Eglise comme Hildegarde. Le minime Bernard-Marie Clausi, la mère Steier en 1843, le franciscain Hyacinthe Coma ont vu des fléaux nombreux. En 1804 Mlle de Leyrette avait annoncé la Restauration, et le retour de Bonaparte avant un an (p. 68), Marie de Jésus du couvent des Oiseaux à Paris reçut le rappel du voeu divin de consécration de la France au Sacré Coeur. Parmi les stigmatisées, d'Orfeuille condamne les visions d'AC Emmerich sur Ephèse, et soeur Bertine de St Omer et Louise Lateau lui paraissent être les jouets du diable.

On ne peut citer ici tous les voyants catholiques que d'Orfeuille examine. A partir de la page 104 il instruit aussi le procès du spiritisme, du mormonisme, et de la secte de Vintras, puis termine par une analyse interessénate (p. 111) du secret de La Salette.

Le livre s'achève sur cet acte de foi "Pour, nous, et comme conclusion de nos éludes, trois faits sont absolument certains :1° La Maison de France remontera sur le trône de saint Louis. Nous,aussi nous avons la foi ; nous aussi, nous ne doutons pas du triomphe définitif du droit monarchique cl national. 2° Un prince de celle famille des lys consacrera notre pays au Sacré-Coeur, selon la volonté formelle de Jésus-Christ. 3° C'est après cet acte que s'accomplira dans son entier la prophétie de Reims."

A cent ans d'écart, ce livre nous paraît faire écho à "Ascendances davidiques des rois de France" du Marquis de la Franquerie qui, dans les années 1980, mobilisait diverses prophéties sur le rétablissement des Bourbons en France, dont des lettres du Padre Pio de 1972 à un religieux de ses amis à propos du testament de la duchesse d'Angoulême et du rôle à venir de la monarchie française pour écraser les démons dans le monde. Pour ce volet plus contemporain des prophéties monarchistes, on pourra se reporter à cette page de blog qui paraît assez synthétique.

Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>