Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le "Traité des Energumènes" de Pierre de Bérulle

1 Février 2019 , Rédigé par CC Publié dans #Christianisme

Après la signature de l'édit de Nantes, la France est agitée par l’affaire de Marthe Brossier, la possédée de Romorantin. Les capucins et non des moindres (Benoît de Canfield) multiplient les exorcismes à Saumur et à Paris ; mais la possédée risque d’ameuter la population contre les huguenots, ce qui inquiète le Parlement de Paris. En avril 1599, l’évêque Pierre de Gondi désigne Pierre de Bérulle (1575-1629), alors jeune prêtre (il finira sa vie comme directeur de conscience de Descartes), comme exorciste à la place de son maître Canfield persécuté par le Parlement de Paris dans cette affaire. Certains dont le Dr Marescot estiment que Marthe Brossier simule. Ils s'opposent à la thèse de la possession qui repose sur quatre éléments "Que Marthe étant piquée bien avant d'une épingle, elle n'avait fait aucun semblant de la sentir ; qu'il étoit apparu en sa bouche une escume très-ténue et déliée ; qu'elle faisoit des mouvemens merveilleusement violens, sans aucune mutation ny en son pouls, ny en sa respiration, ny en sa couleur ; qu'elle avoit sinon parlé, au moins répondu à une interrogation et en anglois et en grec".

Contre eux, Pierre de Bérulle, hostile à l'édit de Nantes mais respectueux du roi, publie sous le pseudonyme "Léon d'Alexis" le Traité des Energumènes dont on va ici résumer le contenu dans sa version accessible sur Gallica en 1630 qui ne comprend pas le Discours sur la possession de Marthe Brossier qui normalement devait le suivre.

Bérulle y explique que la défaite de l'homme face au Serpent à donné à Satan le pouvoir sur la Terre, et, comme celui-ci autrefois entrait dans le corps du serpent, animé de la haine de l'homme il entre désormais dans le corps de celui-ci. Il y assiège l'âme, saisit ses organes intérieurs et pervertit la nature. Il entre aussi chez les animaux (les porcs dans l'évangile de Luc 8, les chameaux chez st Jérôme). La victoire des gens d'Eglise sur les démons (p. 36) est une preuve pour les libertins du pouvoir de Jésus et de ce qui l'attend au jugement dernier (p. 36). "L'ange y témoigne par la voix du possédé comme par un organe emprunté l'excès de son tourment et la rigueur du jugement de Dieu sur le péché".

Ces pénétrations des démons dans l'homme sont communes. "Les prophétesses du paganisme étaient autant de possédées de l'esprit malin qui émouvait leur corps et empruntait leurs organes pour prononcer ses oracles" (p. 43) - Bérulle renvoie à Tertullien et aux classiques Varron, Sénèque etc. Il y avait, explique Bérulle, toute une série de préparatifs pour que non seulement le démon leur parle mais parle à travers elle, avec des altérations de leur personnalité (Bérulle cite un exemple pris dans Lucain).

Au début du christianisme et après, les possessions ont été maintenues par Dieu comme preuves de la vérité le foi. "Le concile de Carthage auquel assista St Augustin et celui de Laodicée en traitent comme d'un mal ordinaire" (p. 55).

Bérulle décrit l'ampleur du mal de la possession pour sa victime (l'énergumène), mais Dieu a doté l'Eglise d'un pouvoir particulier d'exorcisme que n'ont pas les Juifs (p. 84).

L'auteur examine les types d'esprits et de possession que décrit la Bible (esprit d'infirmité, esprit d'erreur, esprit de fornication etc). Le malin reçoit un droit de Dieu d'habiter et agir chez l'énergumène (p. 116). La cause peut être le péché originel ou un péché actuel comme cette fille "que Prosper (d'Aquitaine) raconte avoir été possédée d'un esprit immonde pour un regard impudique jeté sur l'image de Vénus (p. 123). Parfois le démon vient par l'action d'un magicien comme dans le cas du favoris de l'empereur Constance dont le démon explique comment il est entré en lui dès son enfance (p. 139). "Comme en l'Eglise chrétienne le saint Esprit est donné à l'homme par le moyen des hommes, ainsi Satan, singe de Dieu, chef de cette sienne milice des Magiciens, se complaît à voir en son Etat que les malins esprits soient appliqués aux hommes, par le moyen des hommes" (p. 141).

Satan ne s'unit pas au possédé pour lui ôter l'intelligence ou la puissance du corps, ni pour en ajouter comme il le fait aux magiciens, mais seulement pour le plonger dans la misère et la peine (p. 154), et sous le contrôle de DIeu qui "détermine la qualité, la quantité et les autres circonstances de cette altération, la réglant et la modérant selon les divers sujets pour lesquels il permet que ce mal arrive" (p. 155). Le mal peut être continu ou épisodique, aigu ou modéré.

Le diable est dépossédé par l'Eglise (p. 161) qui lui inflige une "plaga occulta, peona manifesta" dit Saint Cyprien. En représailles, le Malin "prend la peau du lion contre l'Energumène, et la peau de renard contre l'Eglise" (p. 163), car "Dieu a constitué l'Eglise avec autorité non seulement sur leshommes, mais aussi sur les diables. Devant elle Satan donc ne manifeste pas aisément son attentat, non plus que le criminel n'avoue son forfait sans contrainte" (p. 164). Ainsi s'est-il caché trois mois sous une apparente maladie d'épilepsie chez un gentilhomme que soignait le docteur Jean Fernel (1506-1558), selon le chapitre 16 de son De abditis rerum causis (p. 167).

Le démon peut ensuite user de la calomnie pour se defendre et faire croire qu'il n'était pour rien dans les maux qui travaillaient une personne.

Comme le note Houssaye en 1872 dans son "M. de Bérulle et les Carmélites de France, 1575-1611" (p. 176), Pour Bérulle, "Le remède que Dieu a préparé contre un mal si terrible (la possession) tire lui-même du mystère de l'Incarnation sa souveraine efficacité. Mais M. de Bérulle ne s'arrête pas à admirer son effet immédiat : le démon chassé, l'énergumène rendu à ses semblables et à lui-même ; il voit dans le pouvoir confié à l'Église sur les esprits mauvais, une autorité qui console l'humanité de sa chute et l'élève plus haut que le point d'où elle était tombée ; grandeur dont il ne peut trouver le principe que dans la consanguinité qui unit désormais l'homme à celui dont l'empire est universel, à Jésus-Christ. "

-------------

PS : En ce moment spectacles déconseillés en ce moment par diverses autorités du fait des risques de possession :

- Messmer le médium

- Viktor Vincent le "mentaliste"

- Eviter aussi tout ce qui est lié à Disney (films, chansons, y compris Ariana Grande), aux Beatles (donc aussi à Queen, M. Jackson etc liées aux Beatles), à Madonna, Beyonce, Rihanna, tout ce qui dans le rock ou le rap renvoie à Aleister Crowley.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article