Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le néo-platonisme est-il chrétien ?

24 Septembre 2017 , Rédigé par CC Publié dans #Philosophie, #Christianisme

Dans mon livre "Incursions en classes lettrées" j'ai expliqué combien, dans les années 2000, j'étais empreint de stoïcisme, au point de mettre la photo de Chrysippe sur un de mes livres publiés sous pseudo. Je crois que le stoïcisme a toujours été identifié comme une forme assez basse de spiritualité. Avec sa volonté de détrôner les planètes de leur statut divin, tout en soumettant chacun à l'acceptation d'un fatum astral, il fait jeu égal avec l'épicurisme dans la course à l'athéisme (et ce n'est point un hasard si Chrysippe eût un penchant épicurien avant de rejoindre Zénon), et je crois que son insistance sur l'universalisme et la philanthropie n'est pas plus de nature à le "sauver" de ce point de vue là que l'humanisme aujourd'hui ne peut racheter l'humanité de ses errances. 

De ce point de vue  je ne vois pas de différence entre le premier stoïcisme grec anarchisant et son pendant romain tardif impérial. Brunetière eut raison de reprocher à Marc-Aurèle (contre Renan) d'avoir torturé Sainte Blandine du haut de son orgueil (l'orgueil ennemi de chaque jour disait Augustin). Peut-être le platonisme a-t-il un peu relevé le stoïcisme chez certains nobles comme Caton (mort en relisant le Phèdon) tandis qu'à l'origine sa doctrine était écrite "sur la queue d'un chien" (celle des cyniques) c'est à dire sur l'antireligiosité même, là où St Paul voit dans la religiosité des athéniens l'unique de leurs vertus.

Il se peut que ce platonisme qu'en Terminale notre prof de philo voulait à tout prix "renverser" et dont le culte agaçait tant Stove soit effectivement la seule source de compréhension du spirituel comme le soutenait St Augustin. On sait combien il a irrigué le judaïsme via la kabbale, l'Islam au IXe siècle, et le christianisme notamment dans l'académie de Ficin. Mais dans ce dernier cas de figure où l'on synthétisait tout, et où l'on pratiquait magie, voyance et spiritisme à tout va (y compris et surtout dans les cercles platoniciens les plus érudits), était-on encore dans le christianisme ? Je m'étonne de voir que l'Eglise n'a jamais condamné ouvertement le néo-paganisme de la Renaissance. Il est vrai qu'il est au coeur de Saint-Pierre de Rome. Mais en quoi la ronde des Grâces (Voluptas,Castitas, et Pulchrito), les spéculations platoniciennes sur l'Aphrodite ouranienne nue et l'Aphrodite Pandemos habillée, ou sur le baiser de Jupiter à Leda sont-elles chrétiennes ? Il est vrai que le dernier peut être tiré du côté de la passion de Saint Paul "je désire partir pour être avec le Christ, car c’est bien préférable ; mais, à cause de vous, demeurer en ce monde est encore plus nécessaire" (Ph 1, 20c-24.27a), belle aspiration au divin "baiser de la mort" que tous les mystiques espèrent toute leur, Marguerite de Cortone en tête. On entend bien que le platonisme offre une voie pour trouver plus concrètement Dieu avant la mort physique (mais au prix d'une mort psychique) dans l'union douce-amère saphique d'Eros et de Thanatos que la messe dominicale. Mais n'est-ce pas une façon d'épouser des spectres plutôt que l'Etre aimé ainsi que Platon lui-même le reprochait à Orphée, en le blâmant d'avoir choisi la musique pour retrouver son Eurydice plutôt que la mort de l'amour véritable ? Allez savoir...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

H
Bonjour,

Au sujet des "spéculations platoniciennes sur l'Aphrodite ouranienne nue et l'Aphrodite Pandemos habillée", je ne savais pas qu'il existait une dichotomie entre les deux Aphrodites concernant le vêtement : les deux peuvent êtres nues, me semble-t-il, même si la nudité comme don au regard peut être sans doute différente dans chaque cas. Qu'en est-il exactement ?

Cordialement.
Répondre